Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Gloire Au Guide Suprême Infaillible 18.12.10

Pourquoi Sarkozy ne veut plus de primaires à l’UMP pour 2012.

« Sarkozy ne veut plus de primaires. C’est ce qu’on appelle une volte-face ! » Une brève du Parisien l’affirme jeudi : le Président, qui louait jusqu’à maintenant les bienfaits d’élections internes pour désigner le candidat de l’UMP voire de la majorité en 2012, entend aujourd’hui faire machine arrière. C’est pourtant lui qui avait initié l’idée dès 2005, au prix d’un bras de fer avec les chiraquiens. A l’époque ministre de l’Intérieur, il déclarait au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI : « Je souhaite que la France devienne une démocratie exemplaire. Et il faut arrêter, me semble-t-il, avec une conception qui consisterait à dire qu’on cherche un guide suprême, infaillible. […] S’il y a un ou plusieurs candidats, il faudra bien que l’UMP décide qui elle soutient. […] C’est difficile de rassembler les Français si on n’est pas capable de rassembler sa famille. »

Une conviction qui ne devait pas valoir uniquement pour 2007 puisque Nicolas Sarkozy, alors également président de l’UMP, allait faire inscrire ce principe dans les statuts du parti. Comme le souligne LeMonde.fr, l’article 14 précise toujours : « Le congrès, […] composé de tous les adhérents à jour de cotisation, […] choisit le candidat soutenu par l’Union à l’élection à la présidence de la République. »

Pour ceux qui doutaient encore de la validité de la disposition et de la volonté du chef de l’Etat, François Fillon est venu les confirmer, pas plus tard que le 3 juin dernier, dans une interview à l’Est Républicain : « Le président de la République a toujours dit qu’il y aurait, le moment venu, des primaires à l’intérieur de l’UMP pour désigner notre candidat. » Le Premier ministre allait ainsi dans le sens du secrétaire général de l’UMP. Xavier Bertrand qui avait clairement affirmé le 29 mars au micro d’Europe 1 : « Ce n’est pas un scoop que je vais vous livrer : il a toujours été dit que pour 2012 le candidat à la présidentielle serait choisi par les militants et quel que soit le statut du candidat, qu’il soit ancien Président ou pas, il passera par le vote des militants. »

C’est malheureusement bien connu en politique : les promesses n’engagent que ceux qui les croient. Les temps changent et les convictions avec. On retrouve désormais à la tête de l’UMP Jean-François Copé, qui a déclaré le 30 novembre sur France 3 : « Je ne crois pas du tout à l’intérêt des primaires dans une majorité qui a son candidat naturel, en l’occurrence le président de la République qui terminera son premier mandat. » Encore une initiative isolée du franc-tireur Jean-François Copé ? Non, l’ancien président du groupe UMP à l’Assemblée a depuis quelque temps rangé son pistolet. François Fillon lui a emboîté le pas mardi devant les parlementaires de la majorité : « Nous avons pour atout le président de la République. Dans l’attente de son ultime décision, nous ne sommes pas condamnés, nous, à improviser des primaires. »

Source : Extrait de l’article de Julien Martin I Rue89

 

LipDub UMP : No Comment 12.12.09

 

La Nouvelle Révolution Francaise est en Marche 27.10.08

Filed under: < UMP — eilema @ 7:43
Tags: , , ,

La nouvelle campagne des jeunes UMP est lancée ! Ressortez vos bonnets phrygiens de vos commodes, car pour ce nouvel assaut, c’est le thème de la révolution qui a été dégainé.

.

Pour présenter ce projet audacieux (www.lesrevolutionnaires.fr), une conférence de presse a été organisée. Vous pourrez apprécier le verbe guerrier de Frédéric Lefebvre et les hochements de tête du président des jeunes de droite, Benjamin Lancar, sur ces images de L’express. Bon courage :

.

.

La vidéo de présentation du projet vaut elle aussi le détour. Seul regret, les propos du gesticulant sont peu audibles : pas d’ingénieur du son ! Les caisses de la jeunesse UMP seraient-elles vides ?

.

 

Paris : Véronique Vasseur fuit la nuit des longs couteaux 19.03.08

municipalesump.jpg

Véronique Vasseur, candidate UMp dans le 13è, démissionne du Conseil de Paris.

A peine élue, Véronique Vasseur quitte l’arène politique parisienne. Ex-candidate d’ouverture de l’UMP dans le 13e arrondissement de Paris, elle a dénoncé le climat politique au sein de la droite parisienne, dans un entretien au Parisien, publié le mardi 18 mars.

La liste conduite par Mme Vasseur a été sévèrement battue dimanche par celle du maire sortant PS, Jérôme Coumet, par 69,9 % des voix contre 30,1 %. « Je n’aurais pas dû me présenter. Je ne veux pas me battre pour des histoires de crottes de chien ou de réverbères« , ajoute l’ex-médecin-chef de la prison de la Santé, qui quitte son siège au Conseil de Paris.

« NUIT DES LONGS COUTEAUX »
« Les coups de poignard dans le dos j’en ai marre ! On m’a prise pour mon image alors que je ne voulais pas me présenter et on m’a envoyée à l’abattoir« , dénonce-t-elle. « Je suis écœurée par la manière dont on m’a lâchée et par les batailles intestines » à l’UMP à Paris.

Selon elle, la candidate UMP à la Mairie de Paris, Françoise de Panafieu, « a été nulle et a manqué de punch« . « Elle n’a pas été à la hauteur, critique-t-elle. Il fallait un Borloo ou une personnalité d’une trempe nationale. » « C’est une femme courageuse, mais elle est allée au casse-pipe. Elle a été lâchée par tout le monde, y compris par le président de la République« , estime Mme Vasseur.Prévoyant « une série de règlements de compte » dans les prochaines semaines, elle conclut : « La nuit des longs couteaux ne fait que commencer, et je ne veux pas y participer. Je reprends ma liberté. »

 

Les résultats des municipales en un coup d’oeil 17.03.08

municipalesplombeluz.jpg

Cette semaine encore, merci à Rue89 pour cette synthèse (et au Monde pour les résultats des villes de Marseille et Paris) :

Les résultats dans les principales villes et des principales personnalités passés au scanner par Rue89.

► Deux villes faisaient figure de test entre les deux tours: Marseille et Toulouse.
Jean-Claude Gaudin (UMP) conserve de peu la mairie de Marseille, malgré l’alliance de son adversaire PS, Jean-Noël Guérini, avec le MoDem.
En revanche, à Toulouse, Pierre Cohen (PS), qui avait fait le choix de refuser toute alliance à sa gauche comme à sa droite, l’emporte contre l’UMP Jean-Luc Moudenc.

► Nombre de grandes villes françaises basculent à gauche (voir ci-dessous). C’est, sans surprise, le cas de Strasbourg, mais aussi de Metz, Reims, Saint-Etienne, Caen, Blois ou Amiens (perdu par l’ancien ministre Gilles de Robien). La droite conserve Le Havre, Orléans, Vannes, Saint-Brieuc et conquiert Calais.

► Parmi les personnalités, le ministre de l’Education Xavier Darcos s’incline à Périgueux. La défaite de François Bayrou à Pau symbolise l’échec du MoDem. La liste sur laquelle était présente Rama Yade perd à Colombes. Dominique Voynet l’emporte à Montreuil contre le communiste Jean-Pierre Brard. Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat à la coopération, est réélu de justesse à Mulhouse.

► A Paris, la victoire de Bertrand Delanoë est moins spectaculaire que le premier tour aurait pu le laisser supposer. L’ancien maire Jean Tiberi conserve de justesse le Ve arrondissement, tout comme l’UMP Jean-Pierre Legaret dans le Ier. La défaite est sévère pour Jean-Marie Cavada dans le XIIe. Au total, la gauche ne gagne ni ne perd de mairies d’arrondissement, mais elle remporte 57% des voix contre 50% six ans plus tôt.

Plusieurs duels étaient attendus en région parisienne: L’UMP Manuel Aeschlimann perd à Asnières, Serge Dassault l’emporte de justesse à Corbeil-Essonnes et Jean-Christophe Fromantin, soutenu par l’UMP, remporte Neuilly.

Aix en Provence

Maryse Joissains (UMP) bat Alexandre Medvedowsky (PS) et François-Xavier de Peretti (MoDem)

Amiens

Gilles Demailly (PS) bat Gilles de Robien (UMP) (more…)

 

Laurent Wauquiez : Honteux ? 08.03.08

C’est Lluis Uria, correspondant du quotidien espagnol La Vanguardia, qui le souligne dans un article intitulé Les candidats UMP ont honte de Sarkozy : Laurent Wauquiez, candidat au Puy-en-Velay (Haute-Loire) est l’un d’eux : sur son blog de campagne, aucune référence n’est faite à l’UMP. Ce serait un élément anecdotique, si Wauquiez n’était pas le porte-parole du gouvernement.
Source : La Vanguardia (Espagne), via Courrier International.

 

Parti politique recherche graphistes 26.02.08

Il faut croire que Nicolas Sarkozy utilise à son seul compte toutes les compétences disponibles sur la capitale en matière de communication. Car ses sous-représentants cumulent bourdes et mauvais goût.

L’exemple Roger Karoutchi.

Le président du groupe UMP au conseil régional d’Ile de France et secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement dénonce, dans la dernière lettre d’information de son groupe, les projets des Verts de Paris, qui veulent créer des péages sur le périph et les autoroutes de la région. Pour illustrer son propos, Roger Karoutchi a mis en ligne une photo du périphérique parisien très embouteillé.

karoutchi_peripherique.jpg

Tellement embouteillé que les Parisiens en ont perdu leur latin et leur code de la route. Car problème : sur la file de droite, il y a plusieurs voitures à contre-sens ; et une petite voiture jaune a décidé d’en faire de même sur la file de gauche. Source : Backchich

 

La mairie d’Asnières donne des couleurs aux électeurs. 19.05.07

RÉSUMÉ : Découverte dans la ville du sulfureux maire d’Asnières, Manuel Aeschlimann, d’un fichier électoral à caractère ethnique, classé en toute illégalité par pays de naissance. (more…)

 

Meaux : l’impossible visite 13.04.07

sarkozymeaux

Nicolas Sarkozy n’a eu de cesse de répéter qu’il n’avait aucun problème à se rendre en banlieue. Si ce n’est justement celui de s’y rendre ! Le vendredi 13 Avril 2007, il va pourtant le faire, en allant à la Cité Beauval de Meaux.

Cet évènement a été filmé par La Télélibre. L’article :

Il fallait absolument que Nicolas Sarkozy fasse un saut en banlieue avant le premier tour. C’est fait, mais ça a failli ne pas se faire. Le vendredi 13 avril 2007, entre 18h30 et 19h30, il s’est rendu une heure à la cité Beauval dans la ville de Meaux pour y rencontrer des associations de jeunes. La rumeur de sa venue circulait depuis de nombreux jours, le Canard Enchaîné avait même fait une brève dans son édition du 11 avril dernier. Un mystérieux informateur se revendiquant être un membre déçu du QG de Nicolas Sarkozy nous avait même envoyé un mail le 12 avril nous demandant de nous rendre là-bas à 15 heures, le vendredi 13, pour assister à la préparation. La venue de Nicolas Sarkozy étant programmée pour 17 heures. Il faut savoir que le candidat de l’UMP avait un meeting avec Jean-François Copé, dans cette même ville de Meaux à 18h30. Nous nous y sommes donc rendus à l’heure dite et effectivement, au regard du nombre de policiers, de tireurs d’élite et d’officiels présents, il se tramait quelque chose.

Notre arrivée sur les lieux a surpris. Nicolas Sarkozy désirait sans doute faire une visite, préparée par Rachida Dati, loin des caméras, tout dérapage pouvant entraîner des conséquences électorales difficiles à évaluer. Mais c’était raté. Du coup, personne ne confirmait son éventuelle venue. Certains membres des associations invitées nous indiquaient même vers 17 heures 30, que Nicolas Sarkozy avait décidé de faire marche arrière pour des raisons de sécurité et en raison de la présence de journalistes. À 17 heures, l’Afp avait été avertie. Finalement, face à la pression des associations, notamment celles de Karim Zéribi, le Président du Parlement des banlieues, et des conséquences d’une reculade, Nicolas Sarkozy est finalement arrivé, visiblement tendu, à 18h30 dans le local des jeunes pour un débat mouvementé d’une heure devant les caméras de latelelibre.fr et de Dimanche+ ( le journaliste avait été averti par des sources locales). Les autres médias étaient à un kilomètre de là et ils ne sont jamais venus.

Nous vous proposons le récit complet de cet après-midi pas comme les autres dans la cité Beauval de Meaux. C’est une exclusivité de LaTeleLibre. Un reportage réalisé par Allan Rothschild, Ludovic Tourte, Bruno Martin et Julie Lalande.

;

LA VIDEO DE LA VISITE A LA CITE BEAUVAL

.

Pour ceux qui ont un peu de temps à « perdre », ce fichier de grande valeur est très instructif pour saisir la vision réductrice et condescendante que Nicolas Sarkozy a des « quartiers », comme on les appelle désormais.

Vous trouverez ci-dessous le déroulement de la journée ainsi que quelques-unes des remarquables interventions du Président de tous les Français :

À l’extérieur de la salle.

15h30 → Arrivée des tireurs d’élites.
15h45 → Arrivée de Rachida Dati, puis un peu après, de Laurent Solly, chef de cabinet de Nicolas Sarkozy.
17h00 → Arrivée de Jean-François Copé.
17h30 → Karim Zéribi (Président du Parlement des Banlieues), indique que la visite de Nicolas Sarkozy est officielle depuis 72 heures. « Nous ce que nous voulons c’est débattre […] Nous sommes des démocrates et des républicains ». À la question du journaliste « alors pourquoi il n’est pas là ? », il répond « c’est à n’y rien comprendre, c’est une mascarade […] Quand on veut être Président de la République française, on doit s’adresser à l’ensemble des composantes de la société française ».
17h50 → On annonce qu’il n’a jamais été question que Nicolas Sarkozy vienne. Karim Zéribi aux caméras « Je pense que les habitants des quartiers populaires ont le droit d’entendre son projet pour les quartiers. Et puis de nous entendre lui indiquer aussi qu’on n’est pas toujours d’accord avec son projet de société ». « Les gens, ça fait une heure et demie qu’ils attendent ». « Le fait que Nicolas Sarkozy ne vienne pas ce serait une reculade qu’on ne comprendrait pas, encore une fois ». « Il n’y a pas de zone de non-droit dans notre pays ».
18h30 → Arrivée de Nicolas Sarkozy. En fond sonore, un journaliste lui demande « Monsieur Sarkozy vous êtes en retard aujourd’hui. C’est pas votre habitude. Est-ce que vous avez hésité avant de venir ? ».

À l’intérieur de la salle.

« Mesdames et messieurs, d’abord pardon pour mon retard. Je voudrais vous dire combien je suis heureux de venir ici, je suis déjà venu ! À plusieurs reprises. » Un « c’est faux » s’élève dans la salle.

« Je crois que personne, depuis bien longtemps dans la République Française, n’a fait autant que ce que j’ai fait pour que les musulmans puissent vivre leur foi dans la dignité, dans la légalité, et dans l’honnêteté ». « J’ai été de ceux qui ont dit qu’il ne fallait pas confondre des musulmans croyants avec des extrémistes ». « J’ai dit que les problèmes venaient des caves et des garages et pas des mosquées ». « Lorsque vous parlez des juifs de France, vous ne parlez pas de ceux qui vont à la synagogue. Vous parlez de ceux qui sont juifs, non pas pratiquants mais culturellement ».

« Il faut sortir ces quartiers de la mainmise d’un certain nombre de bandes, et du trafic de la drogue. Comment on peut le faire ? J’ai proposé un Plan Marshall 2, je m’en explique très brièvement. Si je suis élu Président de la République dans 3 semaines, je proposerais à chaque jeune de vos quartiers une formation, un contrat, une rémunération, une ouverture en entreprise. Celui qui considère que la société doit l’aider sans se donner du mal, celui-là que les choses soient claires, nous ne le laisserons pas empoisonner la vie du quartier, la vie de sa famille, et la vie de l’immeuble. […] Si il veut pas bosser, il faut bien comprendre que dans les valeurs qui sont les miennes, je ne les laisserais pas rendre la vie impossible dans les quartiers qui sont les nôtres. Parce que là où vous avez raison, c’est que ce n’est pas moi qui habite dans vos quartiers. C’est vous qui y habitez, la peur au ventre, la voiture brûlée, le trafic de drogue, le voyou qui terrorise vos propres enfants, c’est vous qui le vivez, c’est pas moi

« Dernier point sur la police. Toute forme de racisme – et pour moi le racisme ça commence à la familiarité, le tutoiement, la main qui pend à la fenêtre ouverte de la voiture de patrouille – toute forme de racisme ou de manque de respect est inadmissible et scandaleuse. Mais je vous dois la vérité aussi. Quant à la gare du Nord, il y a un multirécidiviste qui ne paye pas son billet, et qui en récompense de ne pas avoir payé son billet, frappe le fonctionnaire qui le contrôlait, et déclenche une émeute, je vais vous dire quelque chose : celui-là il a pas rendu service à nos quartiers. Et celui-là il faut pas me demander de me solidariser avec lui. »

Les gens commencent à réagir (on le ferait pour moins). En disant « tu » (racisme, donc, si j’ai bien suivi), Nicolas Sarkozy répond : « Qui a choisi comme porte-parole une jeune femme d’une famille de 12 enfants qui s’appelle Rachida Dati. Attends, quand on donne ; y comprit quand y a Harry Roselmack qui présente le 20 heures, il vaut mieux ça que rien ».

À 12 minutes du fichier (il ne vous en restera donc plus que 3’40 à visionner), devant tant de stigmatisation, de méconnaissance du quotidien des gens, et de bêtise, la salle commence à réagir plus sérieusement. Certains interviennent, revenant notamment sur le tutoiement, et sur le reste. La consultation de ces minutes est sans doute nécessaire si vous pouvez en trouver le temps.

Juste pour rire (si on en trouve encore le courage), Nicolas Sarkozy Tv (NS TV) a relayé le même événement… à sa manière !