Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

de l’Élysée à TF1 23.05.07

https://i0.wp.com/www.danielriot.com/images/medium_solly.jpg

L’arrivée d’un proche de Nicolas Sarkozy à TF1 provoque des remous.

L’arrivée annoncée de Laurent Solly, 36 ans, ex-directeur de campagne adjoint de Nicolas Sarkozy, à la direction de TF1 (groupe Bouygues), soulève un tollé à gauche et chez plusieurs syndicats de journalistes, qui dénoncent une « berlusconisation » du régime. Le groupe Bouygues a annoncé mardi que Laurent Solly, chef de cabinet de M. Sarkozy jusqu’à son départ du ministère de Intérieur en mars, intégrerait « en temps voulu » la direction générale de TF1. Selon une source proche du dossier, il prendra les fonctions de directeur général adjoint de TF1 dans la deuxième quinzaine de juin aux côtés de Nonce Paolini, nouveau patron de la chaîne.

Cette annonce, précédée par une déclaration en ce sens au quotidien Libération du responsable de la communication de l’Elysée Franck Louvrier, a provoqué de vives réactions du PS et du PCF. Les deux partis avaient déjà dénoncé pendant la campagne la « collusion » entre le candidat de l’UMP et les groupes de médias Bouygues et Lagardère, dirigés par des proches de M. Sarkozy.

« On est vraiment dans la méthode Berlusconi et cette collusion des grands médias et du pouvoir politique est complètement indécente », a estimé mercredi Faouzi Lamdaoui, secrétaire national à l’Egalité du Parti socialiste.

Benoît Hamon, porte-parole du PS, affirme pour sa part que « la parole des socialistes est difficilement audible » car « ce que beaucoup craignaient, la collusion entre certains médias et le pouvoir politique, se révèle une réalité ». Le porte-parole du PCF, Olivier Dartignolles, a fustigé une « présidence totalement décomplexée au fort relent berlusconien » qui « se fixe comme objectif (…) d’anesthésier l’opinion publique en contrôlant les grands moyens d’information ».

Plusieurs syndicats sont montés au créneau. Le syndicat national des médias SNM-CFDT craint une « nouvelle ère étouffante pour l’information », évoquant la nomination de M. Solly à TF1 et « le choix de plusieurs éditorialistes de passer du côté des cabinets ». Trois journalistes, Catherine Pégard (Le Point), Myriam Lévy (Le Figaro), et Georges-Marc Benamou (La Provence et Nice Matin) ont été nommés la semaine dernière conseillers de presse à Matignon et à l’Elysée.
« Concentrée, noyautée, la presse court aujourd’hui le danger de devenir bâillonnée », selon la CFDT, qui « souhaite qu’une intersyndicale puisse se former afin d’exercer une vigilance qui apparaît désormais indispensable ».

La CFDT critique également la perquisition au Canard Enchaîné dans le cadre de l’enquête sur l’affaire Clearstream, les liens entre le président Sarkozy et l’homme d’affaire Vincent Bolloré, ainsi que le retrait d’un article du Journal du Dimanche, propriété de Lagardère, sur l’abstention de Cécilia Sarkozy. Le JDD avait renoncé, le 13 mai, à publier un article révélant que Cécilia Sarkozy n’avait pas voté le 6 mai. Dans une lettre ouverte à Arnaud Lagardère, les journalistes avaient dénoncé une « censure inacceptable ».

Pour le SNJ-CGT, la nomination « choquante » de Laurent Solly va « accroître les soupçons de mise au pas de l’information dans une chaîne déjà largement suspecte d’avoir fait la promotion du candidat de la droite ultralibérale ». Le Syndicat National des Journalistes (SNJ) a estimé lui aussi « extrêmement choquante » la nomination à la direction de TF1 de Laurent Solly, estimant qu’elle « va mettre un peu plus à mal le lien de confiance entre les citoyens et cette chaîne de télévision ».

Article de Juliette Collen (Afp – Mercredi 23 mai 2007)

Laurent Solly, proche de Nicolas Sarkozy, va rejoindre TF1

Laurent Solly, ancien directeur de campagne adjoint de Nicolas Sarkozy, rejoindra à partir de mercredi le groupe Bouygues avant d’aller « en temps voulu » à la direction générale de la chaîne de télévision privée TF1, a annoncé le groupe de BTP et de communication. « Laurent Solly arrive à la holding du groupe Bouygues à compter du 23 mai 2007. Il y effectuera un parcours d’intégration au sein du groupe », lit-on dans un communiqué publié mardi sur le site internet de Bouygues. « En temps voulu, en accord avec Martin Bouygues et Nonce Paolini, il rejoindra TF1 où il deviendra directeur à la direction générale. Ses missions seront définies à ce moment là », poursuit le communiqué.

Le Parti communiste français voit dans cette nomination une « présidence totalement décomplexée au fort relent berlusconien ». « La toile du président de la République ne se tisse plus dans l’ombre, son réseau notamment au sein de grands moyens d’information se construit désormais au grand jour », accuse mardi dans un communiqué Olivier Dartignolles, porte-parole du PCF. A ses yeux, Nicolas Sarkozy « se fixe comme objectif, facilité par la concentration des groupes de communication, d’anesthésier l’opinion publique en contrôlant les grands moyens d’information ».
Laurent Solly, 36 ans, est inspecteur des Finances.

Source : Reuters – Mardi 22 mai 2007

 

menaces et intimidations 11.05.07

« Privilégiez [les journalistes] les plus jeunes et les moins titrés […] Vous les formerez à votre main et vous bénéficierez d’un réseau qui vous sera acquis »

Nicolas Sarkozy [dans le Feuilleton Estival publié par le quotidien Les Echos – 1995]

https://i1.wp.com/cawa.fr/IMG/gif/reporter.gif

Thomas Legrand, journaliste à « L’Humanité », se rend au QG de Nicolas Sarkozy. En arrivant, il croise Allègre et Sarkozy qui sortent d’un même bureau. Sarkozy lui dit « T’as rien vu ! ». Legrand lui répond « J’ai parfaitement vu ». C’est lui qui le soir même lèvera le voile sur cette rencontre. Source : RTL – Nicolas Poincaré et ses polémistes – 02.05.2007

Nicolas Poincaré : « Les anciens ministres socialistes qui rendent visite discrètement en ce moment à Nicolas Sarkozy n’ont pas de chance. En sortant du bureau, ils tombent à chaque fois sur des reporters de RTL. Ce matin, c’est Emmanuelle Julien de RTL qui a vu Hubert Védrine sortir par l’arrière des locaux de Nicolas Sarkozy à côté de Matignon ». Source : RTL – Nicolas Poincaré et ses polémistes – 11.05.2007

Guy Carlier nous informe qu’il a reçu le courrier d’un auditeur visionnaire « Avec Sarko, les connards de gauche de votre espèce vont vite dégager de la radio ». Source : Carte Blanche – France Inter – 10 Mai 2007

Philippe Pichon, Commandant de police, Auteur de « Journal d’un flic » aux éditions Flammarion confirme avoir subit des pressions suite à la sortie de son livre : « On m’a fait comprendre que le 7 mai 2007, je ne ferais plus partie de la Police nationale ». RMC : La Grande Gueule du Jour du 17 avril

Jean-François Kahn, sur le plateau de C dans l’air, France 5 : « Quand il est pas content, c’est terrible. Moi je peux vous dire. Vous le savez, il a essayé un moment de nous étrangler financièrement. Il a essayé de faire pression sur quelqu’un pour nous étrangler financièrement ».

« Il met en garde, avec toujours cet index pointé, en disant : toi, si tu n’es pas avec moi tu es contre moi, si tu n’es pas avec moi je te tue. Et ça il le dit aussi bien en politique, et ça tous les journalistes politiques peuvent en témoigner, que même à nous journalistes. Quand il n’est pas en situation de pouvoir ça se passe très bien, il est à ce moment-là extrêmement séduisant, extrêmement sympathique – Le Pen d’ailleurs aussi. Mais quand il est en situation en revanche de pouvoir et de puissance, alors là c’est tout à fait autre chose. Et pardonnez-moi Pascale parce que j’en sais quelque chose pour l’avoir payé moi-même. En tant que directeur de la rédaction du Figaro Magazine, j’ai eu à payer le fait de ne pas être dans les petits papiers de Monsieur Nicolas Sarkozy ». En Aparté, Canal+

Fin mars 2007, la Société des Journalistes de France 3 et les deux syndicats de la chaîne, le SNJ et la CGT, s’indignent des propos du candidat de l’UMP qui a dit pour avoir été obligé de patienter avant de se faire maquiller pour participer à l’émission « France Europe Express » : « Toute cette direction, il faut la virer […] Je ne peux pas le faire maintenant. Mais ils ne perdent rien pour attendre. Ça ne va pas tarder ».