Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Dans le secret de l’accès aux soins en danger 19.01.09

infirmiere

LA DIFFUSION A ÉTÉ REPORTÉE AU JEUDI 12 FÉVRIER 2009 À 22H30.

Le film de Jacques Cotta  « DANS LE SECRET DE L’ACCES AUX SOINS EN DANGER » sera diffusé sur France 2 le jeudi 15 janvier à 22h40. (Durée : 56 minutes)

Au nom du déficit, l’idée selon laquelle la sécurité sociale n’est plus viable, est répandue quotidiennement : déremboursements, franchises médicales, augmentation du risque à charge pour les patients…

Mais il y a plus ! C’est le principe même qu’incarne la sécurité sociale qu’il faut casser. Il est en effet inacceptable pour les rendements financiers, les fonds de pensions et autres fonds spéculatifs qui cherchent dans la privatisation des services publics de nouveaux secteurs à fort rendement, que persiste un secteur dans lequel les citoyens peuvent payer en fonction de leurs moyens et recevoir selon leurs besoins.
Les citoyens dans leur grand nombre sont les premiers à subir les conséquences d’une telle politique. La question de la santé encore une fois est la plus démonstrative.
Là où les services ferment, ce sont souvent les risques vitaux qui augmentent pour une population qui n’a pas le choix. Les exemples abondent…

Merci à Janine pour l’info.

 

Fin du remboursement des lunettes [?] 16.04.08

Une nouvelle promesse de campagne s’envole. Le 6 février 2007, dans un français approximatif, Nicolas Sarkozy affirmait : « Pour les lunettes et les prothèses, les Français ont un remboursement qui ne doit pas être supérieur à 30%. J’ai proposé qu’on porte les remboursements jusqu’à 50%, alors que le problème d’hygiène dentaire c’est un problème de santé publique. On peut pas dire que c’est du confort, on peut pas se trimballer avec une dent qui manque, et pareil pour les lunettes. C’est pas une question de mode, c’est une question de nécessité« .

Le ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a pourtant jugé possible que la Sécurité sociale se désengage totalement de secteurs comme l’optique qui seraient pris en charge uniquement par des complémentaires santé, à condition d’accroître la concurrence entre ces dernières.

Source : Libération I Illustration via Boingboing.net