Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Clavier indésirable en Corse 05.10.08

« L’affaire » de l’occupation de la demeure de Christian Clavier a été présentée comme un fait anecdotique. Il semblerait pourtant que la toile de fond de cette action le soit moins, puisque les manifestants entendaient alors protester contre le Padduc, ce Plan d’aménagement et de développement durable de l’île accusé de servir les intentions secrètes d’élus de la majorité.

Des dizaines d’associations s’opposent à ce plan discuté avant la fin de l’année à l’Assemblée de Corse. Le président UMP du Conseil exécutif de Corse Ange Santini est lui-même accusé sur le site Amnistia de se servir du Padduc dans le but de rendre constructibles des terrains qui lui appartiennent. Le député UMP et président de l’Assemblée de Corse, Camille de Rocca Serra se voit lui aussi reproché de favoriser le bétonnage de l’île. Selon le dirigeant indépendantiste Jean-Guy Talamoni, le président de l’Assemblée corse est aussi le promoteur du lotissement où se trouve la propriété de Clavier…

Depuis l’occupation de sa propriété, Christian Clavier a reçu plusieurs lettres d’insultes, dont l’une menace de détruire sa villa de Porto Vecchio si l’acteur ne quitte pas l’île. « J’y suis, j’y reste… » C’est en substance ce qu’il a répondu, ajoutant que non seulement il ne quitterait pas l’île, mais qu’il voulait construire une maison pour sa fille, près de sa propre villa…

Reste à signaler que depuis le 30 août, la propriété de l’acteur est placée sous la protection de gardes mobiles. Question : qui paye ces charmants vigiles ?

Source : La Dépêche I Illustration © Bauer

 

Caisses vides, sauf pour les protégés de Carlita 16.04.08

Grâce à « Carlita », Pierre Charon, membre du Conseil économique et social et élu de Paris, fait son grand retour à l’Élysée comme conseiller de Nicolas Sarkozy. Bénéficiant de l’amitié du couple présidentiel et de quelques… privilèges, qui font grincer quelques dents.

Charon ne figure pas dans l’organigramme officiel de la présidence de la République : membre du Conseil économique et social et élu de Paris, il ne peut juridiquement cumuler toutes les fonctions. Il dispose toutefois d’un bureau au Château, juste à côté de sa protectrice « Carlita », et d’un strapontin à la réunion quotidienne de 8h30, celle qui réunit les douze conseillers les plus influents autour de Sarko Ier. C’est dans cette enceinte que la plupart des grandes décisions se prennent.

Sarkozyste historique, banni du premier cercle par Cécilia (qui le trouvait trop intriguant), avant de revenir triomphalement dans les bagages de Carla Bruni, trait d’union de Sarkozy avec les milieux du showbiz et des médias, maniant avec facilité l’info et l’intox, Pierre Charon est, avec Carla et ses amis, comme un poisson dans l’eau.

Question com’, la Première dame ne jure que par lui et renvoie toutes les demandes de rendez-vous et d’interview à ce nouveau conseiller élyséen, qu’elle a rencontré dans sa période showbiz. « Vous voulez me voir ? Passez par Pierre », serine-t-elle. Un spectaculaire retour en grâce pour celui qui était tricard il y encore quelques semaines !

Longtemps frustré des petits à-côtés du pouvoir, l’ancien balladurien n’a pas hésité à pousser son avantage en réclamant quelques gratifications supplémentaires. D’abord l’octroi d’une Velsatis avec chauffeur et gyrophare (vanité, quand tu nous tiens…). Ensuite la possibilité de faire appel ponctuellement à un maître d’hôtel pour son usage personnel à l’Élysée. Avantages accordés !

Source : Bakchich

 

Au Sénat, la poste envoie de drôles de courriers 09.04.08

Pas besoin de courir après les timbres au Sénat. Les parlementaires profitent de leurs quotas postaux et s’arrangent avec les règles. « Bakchich » a déniché l’envoi d’un courrier d’une association franc-maçonne.

Entre menus avantages bien français, les sénateurs de la Ve République bénéficient de légers avantages postaux. « La gratuité de l’affranchissement du courrier parlementaire, dans la limite d’un forfait annuel, est accordée pour les lettres nécessitées par les obligations du mandat parlementaire. Les correspondances collectives aux élus locaux peuvent également, dans certaines conditions, bénéficier de la gratuité de l’affranchissement », décrit le site Internet de la chambre haute du Parlement.

Mais entre l’esprit et le texte du règlement, existe une différence, qu’il n’est point besoin de trop expliciter aux sénateurs. Ils la connaissent bien.

Ainsi, quelques libéralités sont prises quant « aux lettres nécessitées par les obligations du mandat parlementaire ». Pour preuve, une étrange enveloppe arrivée entre les mains de Bakchich. Avec en-tête « Sénat, la vice-présidente » et marquée du cachet du bureau de poste du Sénat, daté du 7 mars 2008, la missive se veut bien peu « parlementaire ». Il s’agit d’un bulletin de liaison du « groupe fraternel d’Études des questions africaines, Fraternité Europe Afrique ». Bref, une gentille association de franc-maçonnerie franco-africaine qui fait distribuer sa petite lettre d’information à l’œil.

Sans que quiconque trouve cela désobligeant, surtout pas la vice-présidente du Sénat, Michèle André – présidente d’honneur de l’association – jointe par Bakchich.

« Cela vous gêne parce que c’est une association maçonnique c’est ça ? ». Ben, pas vraiment. Plutôt que les services de l’État (et ses finances) cajolent une association « spirituelle ». « Oh, mais vous savez, c’est une aide parce que je suis très soucieuse du développement de la francophonie ». Avant de conclure en renvoyant Bakchich à ce quota « postal » accordé à chaque parlementaire, que chacun use comme il l’entend. Rien à redire, donc.

Entre l’esprit et le texte de son règlement, le Sénat a fait son choix. En usant de l’équerre et des compas ?

Article : Bakchich

 

Les folles dépenses de la ministre Rachida Dati 28.03.08

Réceptions, voyages, restaurants et dépenses personnelles : la ministre de la Justice a dépensé en moins de trois mois près des deux tiers des « frais de réception » alloués pour l’année 2008. Un dépassement de 30% avait déjà été enregistré l’an dernier. Le contrôleur financier du ministère s’en inquiète et a rappelé à l’ordre le cabinet de la garde des Sceaux, lequel se veut rassurant.

Source : Mediapart

 

Champagne : 138.000 euros la coupe 07.02.08

//soutien-estrosi.vip-blog.com/medias/0607/soutien-estrosi-vip-blog-com-957804estr.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Le ministre de l’Outre Mer, par ailleurs candidat à la mairie de Nice, devait se rendre le 23 janvier à Washington pour une conférence sur les récifs coraliens. Mais Nicolas Sarkozy décide d’organiser ce jour là, à l’Elysée, un pot impromptu, pour les « sarkozystes de la première heure » . Qu’à cela ne tienne, Estrosi renonce à son vol Air France : avec sa délégation de 11 personnes, il louera un jet privé, un Falcon 900 de la société Dassault. Le Canard a calculé le coût de cette décision : 138000 euros, pour quelques bulles.

Ce mercredi, à la sortie du conseil des ministres, Christian Estrosi a présenté ses excuses. C’est là que cela devient extravagant : « Si on m’avait donné le montant de la facture du déplacement, je n’aurais pas accepté. »

[Sources : Rue89 I Le Canard Enchaîné]

 

Députés : Préparez-vous à travailler pour eux 01.11.07

Il est toujours de bon ton, quand les trains cessent de circuler, de crier au scandale en condamnant « la prise d’otage des usagers ». Cette expression démesurée et absurde est néanmoins efficace : elle contribue à la division voulue pour mieux régner.

Après avoir travaillé (plus) à imprégner les français dits « de souche » de la haine de ceux qui n’ont pas même le droit de devenir français d’adoption, le gouvernement incite aujourd’hui les usagers des transports à la haine des conducteurs, stigmatisés comme étant d’horribles privilégiés qui abusent. C’est malin. Et efficace.

Avant de vous donner très bientôt des détails sur Les Militaires (qui contrairement aux conducteurs, échapperont à la réforme des régimes spéciaux de retraite), Le Sarkopithèque invite ceux qui ne l’auraient pas lu, à consulter un article du 15 Juin 2007 relatif à la retraite des députés : https://sarkopitheque.wordpress.com/2007/06/15/de-la-retraite-privilegiee-des-deputes/

 

Les conseils des ministres décentralisés 31.10.07

60 policiers par membre du gouvernement : les conseils des ministres décentralisés, ça coûte cher et ça pollue.

http://www.snut.fr/image.php?img=images/541.jpg © Snut

31 Octobre 2007 : Ajaccio.

Un mois après avoir inauguré cet exercice à Strasbourg, le deuxième conseil des ministres décentralisé de l’ère Sarkozy s’est déroulé mercredi à Ajaccio dans une préfecture de Corse-du-Sud transformée en camp retranché, afin d’en éloigner les nationalistes radicaux, hostiles à l’initiative, et les syndicats en colère.

Justifiée par Nicolas Sarkozy et le porte-parole du gouvernement Laurent Wauquiez sur le thème « la Corse, c’est la République », cette délocalisation a attisé les critiques, d’abord en Corse. Plus de 1.500 policiers et gendarmes, soit près de 60 par membre du gouvernement présent, ont été mobilisés, notamment pour protéger la préfecture de Corse-du-Sud qui avait pris mercredi des allures de forteresse assiégée. Déployés tous les 5 mètres dans les avenues du centre d’Ajaccio désertées par leurs habitants excédés, les forces de l’ordre ont barré tous les accès menant au centre de la cité impériale. (more…)