Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

« Casse-toi pauv’con » : explications et réécriture 26.02.08

cassetoi.jpg

Interrogé lundi par une lectrice du Parisien à propos de l’échange du Salon de l’agriculture, Nicolas Sarkozy raconte qu’il était bousculé, qu’un « grand type » s’est collé à lui, l’a insulté : « Je lui ai dit ok, ne me serre pas la main, casse-toi si tu veux« , et ce, selon le Président, « pas agressivement« . Il omet de citer le « pauv’con« . Puis il s’interroge : « Fallait-il lui dire merci monsieur, c’est gentil de votre part? » et commente : « Ce n’est pas parce qu’on est président de la République qu’on doit être un président guimauve, un président sur lequel on peut s’essuyer les pieds. Le Président n’a pas plus de droits, moins de droits que les autres. »

Il exprime toutefois un léger regret : « J’aurais pas dû lui dire casse toi si tu veux, j’aurais dû lui dire « pffff », comme je le fais toujours. »

A la fin de la réponse, il donne ce conseil à la dame, avec référence à la cour d’école, donc : « Je m’appelle Sarkozy… Depuis la cour d’école, personne ne peut dire que j’ai baissé les yeux quand j’étais dans mon bon droit. Dites à vos enfants qu’il ne faut pas baisser les yeux quand on n’a rien à se reprocher. »

Dans le quotidien publié mardi, après relecture et lissage de l’Elysée, le texte est devenu :

« Il est difficile même quand on est Président de ne pas répondre à une insulte. J’ai sans doute les défauts de mes qualités. Ce n’est pas parce qu’on est le Président qu’on devient quelqu’un sur lequel on peut s’essuyer les pieds. Cela étant, j’aurais mieux fait de ne pas lui répondre. »

Le Parisien, dans sa version papier, précise qu’il a reçu lundi soir, tard, la version « corrigée et amendée » de cet entretien. Le retour de la copie aurait eu lieu après 23h.

Source : Rue89 I Illustration © Chimulus

 

Sarkozy : « Casse-toi alors, pauvre con ! » 23.02.08

Chaque rencontre de Nicolas Sarkozy avec le monde de la pêche ou de l’agriculture nous offrira-t’elle systématiquement un inoubliable moment de poésie ?

La séquence filmée a été diffusée dans la soirée sur le site Le Parisien.fr. Aussi entouré que faussement souriant, le chef de l’Etat prenait un bain de foule et serrait des mains quand un visiteur lui a lancé: « ah non, touche-moi pas ». « Casse-toi, alors », a répondu M. Sarkozy. « Tu me salis », a enchaîné le badaud. « Casse-toi alors, pauvre con » , a répliqué le président. Interrogé samedi soir sur l’incident, l’Elysée s’est refusé à tout commentaire.

NOTE : La vidéo étant supprimée au fur et à mesure de Dailymotion qui la censure, différentes sources ont été ajoutées (Cliquez sur lire la suite si la première n’est plus accessible). Ou regardez la vidéo sur LeParisien.fr

(more…)

 

Sarkozy n’aime pas tâter le cul des vaches

sarko_vache.jpg

Le Président de la République inaugure le Salon de l’agriculture ce samedi 23 mars à Paris. Une première pour l’élu de mai dernier, qui n’a pas envie de ressembler à Chirac en passant des heures dans les stands à caresser la croupe des bovins et à serrer des mains. Enquête sur le malaise de Sarkozy avec le monde paysan. Et révélations sur les chiffres tabous des subventions aux agriculteurs, très inégalement aidés.

Tâtera ? Tâtera pas ? Nicolas Sarkozy devra sans doute se forcer un peu, samedi matin, en inaugurant le traditionnel Salon de l’agriculture à Paris, en tant que Président de la République. Car ce rendez-vous annuel des veaux, vaches, cochons, mamelles, vins de terroirs et élus de tous bords était, historiquement, le moment sacré, le pré carré, de son prédécesseur à l’Elysée. Jacques Chirac, ancien ministre de l’agriculture, y passait des heures, serrant les louches, goûtant les têtes de veau, tapant le culs des vaches, au milieu des dignes représentants de la fierté rurale, ravis de voir leur filière bénie et leurs produits appréciés au plus haut niveau. (more…)