Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

les Mauvais Jours Finiront 07.01.09

LES MAUVAIS JOURS FINIRONT
40 ans de justice en France aux côtés du Syndicat de la Magistrature.
Un film réalisé par Thomas Lacoste.

Au moment où déferle sur notre pays une vague liberticide sans précédent, où les orientations populistes sécuritaires ne cessent de se durcir, où le droit des affaires se voit dépénalisé, où l’idée d’une justice à deux vitesses en faveur des puissants semble entendue, alors même que nous sommes pris en otage par une crise financière d’une rare violence et que le dialogue social semble inexistant, Thomas Lacoste choisit de se saisir du quarantième anniversaire du Syndicat de la magistrature pour revenir sur l’enjeu majeur que représente la justice et sur le lien étroit qui lie l’histoire politique, sociale et judiciaire française.

Ce film-frontières entre entretiens réflexifs, fictions, littératures, oeuvres picturales et créations sonores s’articule autour de onze chapitres (1968 une société en débat, 1970 les prisons de la misère, 1975 repenser le droit du travail, 1981 abolition de la peine de mort, 1990 lutter contre la délinquance politico-financière, 2001 un tournant sécuritaire, 2003 l’immigration choisie, 2008 bilan et perspectives, etc.).

.

Avec la participation exceptionnelle de : Eric Alt (conseiller référendaire à la Cour de cassation), Robert Badinter (ancien président du Conseil constitutionnel et Garde des sceaux), Etienne Balibar (philosophe), Jean Bérard (historien), Laurent Bonelli (sociologue), Patrice de Charette (président de la chambre sociale à la Cour d’appel de Toulouse), Aïda Chouk (juge d’instance), Jean-Pierre Dubois (président de la Ligue des droits de l’Homme), Hélène Franco (secrétaire générale du Syndicat de la magistrature), Simone Gaboriau (présidente de chambre à la Cour d’appel de Paris), Jean-Luc Godard (cinéaste), Benoist Hurel (substitut du procureur de la République), Hervé Lourau (juge des Libertés et de la détention), Pierre Lyon-Caen (membre fondateur du SM), Charles Piaget (responsable syndical chez Lip), Renaud Van Ruymbeke (juge d’instruction), Alain Vogelweith (ancien juge d’instruction).

Faire circuler.

Nous vous invitons à faire connaître, circuler et projeter le film Les Mauvais jours finiront, 40 ans de justice en France aux côtés du Syndicat de la magistrature. Ce
film peut être repris sur les sites, blog, etc. Nous vous demandons cependant une seule mention obligatoire :

« Pour soutenir cette initiative et les futurs films, vous pouvez acheter le DVD 12€ (frais de port inclus) par paiement en ligne sur le site http://www.labandepassante.org/index_lbp.php ou par chèque à l’ordre de L’Autre association, 3 rue des Petites Ecuries, F-75010 Paris. Merci de nous informer de toutes initiatives afin que nous relayons l’information sur nos différents sites. »

.

Introduction – Une histoire du 20è siècle

.

.

Chapitre I – 1968 – Une société en débat

.

.

Chapitre II – 1970 – Les prisons de la misère

.

.

Chapitre III – 1975 – Repenser le droit du travail

.

.

Chapitre IV – 1981 – Abolition de la peine de mort

.

.

Chapitre V – 1990 – Un syndicat en crise

.

.

Chapitre VI – 1990 – Lutter contre la délinquance politico-financière

.

.

Chapitre VII – 2001 – Un tournant sécuritaire

.

.

Chapitre VIII – 2003 – L' »immigration choisie »

.

.

Chapitre IX – Un syndiqué au parquet

.

.

Chapitre X – 2008 – Bilan et perspectives

.

.

Bonus – Harangue de Oswald Baudot

.

.

La Bande Passante
www.labandepassante.org

Le Passant Ordinaire
Editions du Passant

www.passant-ordinaire.com

L’Autre Campagne
www.lautrecampagne.org

.

 

Terres Inhumaines 09.02.08

terresinhumaines.jpg

Pourquoi un livre comme Terres Inhumaines ?

L’écriture de Terres inhumaines est une réponse à deux énervements qui m’irritent depuis les treize années que je travaille à la prise en soins de victimes de torture.
Le premier énervement est dû à l’enfermement d’êtres humains, hommes et femmes, dans l’expression «victimes de torture ». J’ai le sentiment que le recours à ce vocable est une tentative, pour les individus qui l’utilisent, de détacher « l’expérience » de ces hommes et femmes de l’espace du réel… d’en faire une sorte d’abstraction…

Le second énervement résulte de ce que j’entends trop souvent dire que le travail que nous faisons, à Parcours d’Exil, permet de rendre à nos patients leur humanité… Or jamais, quelles qu’aient été les épreuves qu’ils ont dû traverser, les hommes et les femmes que nous rencontrons n’ont perdu leur humanité. Les seuls qui l’aient reniée, abandonnée, sont leurs tortionnaires.

J’ai écrit ce livre tout d’abord pour le grand public, pour faire prendre conscience au lecteur de ce qu’est la torture, cette réalité trop souvent tue, et dont l’évocation suscite très généralement une réaction de « stupeur », « d’hébétude », comme si l’on préférait fuir… et nier son existence.

Il me semblait par ailleurs important de témoigner de mon expérience auprès de ceux de mes confrères et collègues d’autres disciplines qui sont susceptibles de s’y intéresser… et de se mobiliser.

Ils n’ont pas « choisi » l’exil !

Enfin, j’ai voulu adresser un message fort aux pouvoirs publics, leur dire que quelles que soient les mesures prises pour rendre plus difficile l’accès au droit d’asile et les conditions de vie en France des demandeurs d’asile, jamais ceux-ci ne renonceront à venir sur notre territoire.
Il s’agit pour eux d’une question de survie… et même la misère la plus noire en France vaut mieux pour eux que la terreur et les souffrances qu’ils ont enduré (et risquent encore) dans leur pays d’origine.
Ce qui m’a toujours marqué, et continue de le faire, c’est l’extraordinaire potentialité des patients, ce sont les ressources inimaginables dans lesquelles ils ont puisé pour survivre, venir en France, et jusqu’à nous… après avoir été soumis à une machine aussi écrasante que la torture.

Qu’ils soient adultes, enfants, enfants soldats…

Ce qui m’étonne encore aujourd’hui, c’est aussi la capacité de ces hommes et femmes ses enfants, soldats ou non mais toujours victimes, à accorder, malgré ce qu’ils ont enduré, de la confiance (aussi ténue soit-elle, dans les premiers temps) à ces inconnus que sont pour eux les intervenants de Parcours d’Exil. Au-delà de ces constats, les patients que je rencontre me démontrent chaque jour la chance que j’ai d’exercer le métier qui est le mien, l’honneur que j’ai de les rencontrer et de les connaître quelque peu.

www.parcours.asso.fr

Pierre Duterte, médecin, psychothérapeute et thérapeute familial est né à Tourcoing en 1953. En 1994 il s’engage comme médecin bénévole, puis en 1995 devient salarié et enfin médecin directeur d’un centre de soins pour victimes de torture. En 2001 il co-fonde l’association Parcours de Jeunes, puis ouvre en 2002 le Centre de Soins Parcours d’Exil. Il a été distingué « Généraliste d’Or » pour son activité professionnelle et ses engagements.