Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

La presse internationale sonne la fin de l’ère « bling-bling » 17.03.08

h_9_ill_1023672_sarkozy.jpg

Cette photo de Nicolas Sarkozy a été prise dans un bureau de vote du 8e arrondissement de Paris, le 16 mars 2008. Si la Sarkopithèque flèche n’est naturellement pas d’origine, n’hésitons néanmoins pas à voir dans ce doigt présidentiel une métaphore subtile de la considération que le chef de l’État et les membres du gouvernement ont eu pour le vote des Français.

Maintien des réformes, plébiscitées par les Français, et de leur rythme. C’est le message lancé par François Fillon et la majorité après la défaite de la droite aux municipales. Mais, lundi 17 mars, la presse internationale ne fait pas tout à fait la même analyse.

« La droite française mord la poussière » titre ainsi Le Temps. Le quotidien suisse estime que « les déconvenues du pouvoir amènent deux questions ». Il s’interroge sur un éventuel « vent de révolte » à droite. Même s’il est improbable, le quotidien note que « les élus de droite auront sans doute plus de mal à suivre un chef qui les a conduits à la défaite ». L’autre question porte évidemment sur le rythme et la réussite des réformes que le président annonce vouloir mener. Le Temps dresse un bilan bien terne pour Nicolas Sarkozy : « Son image de gagneur, capable de réaliser la « rupture » à vitesse grand V, a été sérieusement écornée. »

Dans sa rubrique Opinions, le Financial Times estime que si Nicolas Sarkozy a lancé quelques chantiers méritant d’être salués, il ne s’agit pas de la rupture annoncée. Le Financial Times raille même le côté « comique » de la commission Attali. Celle-ci ayant plongé dans le travers européen consistant à dresser une liste sans fin de réformes à mener sans toutefois prévoir les détails de leur application. « Les réformes de Sarkozy doivent aller au-delà des licences des taxis », souligne le Financial Times pour qui il ne s’agit pas forcément d’une priorité pour la France. Pas plus que de faire de l’aéroport Charles-de-Gaulle le premier en Europe, devant Heathrow… Le Financial Times vote pour la fin effective des 35 heures et une réforme des « lois archaïques » encadrant les contrats de travail.

NICOLAS SARKOZY, « FASHION VICTIM »

Le conservateur Wall Street Journal affiche quant à lui une photo bizarrement déformée du président français tout sourire, présentant à l’objectif un sac Louis Vuitton. Et d’expliquer que les Français ont été déçus par la rupture annoncée. Celle-ci s’étant traduite par un affichage visiblement peu prisé : « Rolex à 14 000 dollars », « jogging en Ralph Lauren », « bague de fiançailles Christian Dior à 30 000 dollars »… Le journal note que les marques, elles, ont bénéficié de l’effet publicitaire. Mais si les Français aiment la mode, ils ne goûtent pas l’idée que leur président soit un représentant publicitaire, estime le Wall Street Journal. De « bling-bling », le président français est devenu une « fashion victim », conclut le quotidien financier.

Si le cap des réformes sera tenu, le style du président sera revu, parie l’International Herald Tribune. Après « Sarko l’américain » et « le président bling-bling », on s’acheminerait vers un style présidentiel plus traditionnel selon l’International Herald Tribune. Mais il s’agira toujours d’image, selon le quotidien : le président devrait multiplier les voyages en province, au contact de la population et les conseillers élyséens devraient être invités à une plus grande discrétion.

Enfin, la plupart des journaux, comme El Pais ou l’Orient-Le-Jour, notent la défaite du ministre de l’éducation, Xavier Darcos. Pour le quotidien madrilène, l’UMP fait clairement les frais de l’impopularité de Nicolas Sarkozy. La gauche enregistre une large victoire tandis que le parti du président évite de peu une défaite humiliante grâce à sa victoire à Marseille. Mais, pour El Pais, la politique de Nicolas Sarkozy ne devrait pas changer pour autant : après ce résultat, « le gouvernement fait la sourde oreille », note le quotidien espagnol.

Source : Le Monde I Photo © Reuters/Philippe Wojazer

 

Les résultats des municipales en un coup d’oeil

municipalesplombeluz.jpg

Cette semaine encore, merci à Rue89 pour cette synthèse (et au Monde pour les résultats des villes de Marseille et Paris) :

Les résultats dans les principales villes et des principales personnalités passés au scanner par Rue89.

► Deux villes faisaient figure de test entre les deux tours: Marseille et Toulouse.
Jean-Claude Gaudin (UMP) conserve de peu la mairie de Marseille, malgré l’alliance de son adversaire PS, Jean-Noël Guérini, avec le MoDem.
En revanche, à Toulouse, Pierre Cohen (PS), qui avait fait le choix de refuser toute alliance à sa gauche comme à sa droite, l’emporte contre l’UMP Jean-Luc Moudenc.

► Nombre de grandes villes françaises basculent à gauche (voir ci-dessous). C’est, sans surprise, le cas de Strasbourg, mais aussi de Metz, Reims, Saint-Etienne, Caen, Blois ou Amiens (perdu par l’ancien ministre Gilles de Robien). La droite conserve Le Havre, Orléans, Vannes, Saint-Brieuc et conquiert Calais.

► Parmi les personnalités, le ministre de l’Education Xavier Darcos s’incline à Périgueux. La défaite de François Bayrou à Pau symbolise l’échec du MoDem. La liste sur laquelle était présente Rama Yade perd à Colombes. Dominique Voynet l’emporte à Montreuil contre le communiste Jean-Pierre Brard. Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat à la coopération, est réélu de justesse à Mulhouse.

► A Paris, la victoire de Bertrand Delanoë est moins spectaculaire que le premier tour aurait pu le laisser supposer. L’ancien maire Jean Tiberi conserve de justesse le Ve arrondissement, tout comme l’UMP Jean-Pierre Legaret dans le Ier. La défaite est sévère pour Jean-Marie Cavada dans le XIIe. Au total, la gauche ne gagne ni ne perd de mairies d’arrondissement, mais elle remporte 57% des voix contre 50% six ans plus tôt.

Plusieurs duels étaient attendus en région parisienne: L’UMP Manuel Aeschlimann perd à Asnières, Serge Dassault l’emporte de justesse à Corbeil-Essonnes et Jean-Christophe Fromantin, soutenu par l’UMP, remporte Neuilly.

Aix en Provence

Maryse Joissains (UMP) bat Alexandre Medvedowsky (PS) et François-Xavier de Peretti (MoDem)

Amiens

Gilles Demailly (PS) bat Gilles de Robien (UMP) (more…)

 

Le résultat des municipales en un coup d’œil 10.03.08

Filed under: < Municipales 2008 — eilema @ 12:20
Tags: , , ,

sarko_municipales.jpg© Plantu

Une vision rapide et synthétique du premier tour des élections municipales ? Rue89 a pensé à nous. Merci Rue89 !

Un premier tour marqué par une vague rose bien réelle, sensible dans la plupart des grandes villes à commencer par Paris et Lyon, un désaveu du gouvernement qui s’accompagne toutefois d’une bonne résistance individuelle de certaines personnalités de droite, comme Alain Juppé à Bordeaux (la seule grande ville qui reste solidement ancrée à droite ce dimanche soir), et de certains membres du gouvernement, comme Laurent Wauquiez et Luc Chatel qui font de belles prises à la gauche.

S’y ajoute un MoDem placé de manière ambiguë en position d’arbitre dans plusieurs villes, et qui devra se prononcer plus clairement dans les prochains jours, et enfin une extrême gauche vigoureuse dans plusieurs villes. Etat des lieux.

Les vainqueurs du premier tour:

Gérard Collomb (PS) à Lyon, Alain Juppé (UMP) à Bordeaux, Jean-Marc Ayrault (PS) à Nantes, François Rebsamen (PS) à Dijon, Jean-Claude Boulard (PS) au Mans, Sébastien Jumel (PCF) à Dieppe, Patrick Balkany (UMP) à Levallois, Hubert Falco (UMP) à Toulon, etc. (more…)