Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Mouammar Ollier 22.02.11

« Kadhafi n’est plus le même qu’il y a vingt ans et a soif de respectabilité. Il lit d’ailleurs Montesquieu ». Patrick Ollier, compagnon de Michèle Alliot Marie à la ville, et Ministre chargé des relations avec le Parlement. (1)


Marianne.fr prend la peine de nous le rappeler : Patrick Ollier est le véritable Monsieur Libye du gouvernement. Vieil ami de Kadhafi, président du groupe d’amitié France-Libye, qu’il a fondé, jusqu’à son entrée récente au gouvernement, il est pour certains l’ambassadeur « officieux » du Guide en France. Médiateur très actif, « facilitateur », il a été présent derrière toutes les reprises de contacts avec la Libye depuis 2002 et les négociations de contrats  civils ou militaires, après la levée de l’embargo sur les ventes d’armes décidée le 11 octobre 2004 par l’Union Européenne.

(1) Le 16 novembre 2007 lors d’une interview au journal Le Monde.

 

 

Composition du Gouvernement 14.11.10

 

M. Sarkozy a précisé les critères qui seraient retenus pour compléter le gouvernement. Ils devront :

« répondre à des critères de diversité […] par leurs origines territoriales, leurs origines politiques et être représentatifs de la France multiple ».

Illustration : Luz

 

GOUVERNEMENT FILLON III

[14 NOVEMBRE 2010]

Sur la proposition du Premier ministre, le président de la République a nommé, le 14 novembre 2010, neuf nouveaux ministres. Quinze ministres quittent le Gouvernement. La nouvelle équipe gouvernementale se compose de 31 membres : le Premier ministre, 2 ministres d’État, 13 ministres de plein exercice, 7 ministres auprès d’un ministre et 8 secrétaires d’État.

François FILLON Premier ministre.

M. Alain Juppé, ministre d’Etat, ministre de la défense et des anciens combattants ;

Mme Michèle Alliot-Marie, ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères et européennes ;

Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement ;

M. Michel Mercier, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés ;

M. Brice Hortefeux, ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration ;

Mme Christine Lagarde, ministre de l’économie, des finances et de l’industrie ;

M. Xavier Bertrand, ministre du travail, de l’emploi et de la santé ;

M. Luc Chatel, ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative ;

M. François Baroin, ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l’Etat, porte-parole du Gouvernement ;

Mme Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche ;

M. Bruno Le Maire, ministre de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire ;

M. Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication ;

Mme Roselyne Bachelot-Narquin, ministre des solidarités et de la cohésion sociale ;

M. Maurice Leroy, ministre de la ville ;

Mme Chantal Jouanno, ministre des sports ;

M. Patrick Ollier, ministre auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement ;

M. Eric Besson, ministre auprès de la ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, chargé de l’industrie, de l’énergie et de l’économie numérique

M. Henri de Raincourt, ministre auprès de la ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères et européennes, chargé de la coopération ;

M. Philippe Richert, ministre auprès du ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration, chargé des collectivités territoriales ;

M. Laurent Wauquiez, ministre auprès de la ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères et européennes, chargé des affaires européennes ;

Mme Nadine Morano, ministre auprès du ministre du travail, de l’emploi et de la santé, chargée de l’apprentissage et de la formation professionnelle.

Mme Marie-Luce Penchard, ministre auprès du ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration, chargée de l’outre-mer ;

M. Pierre Lellouche, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, chargé du commerce extérieur ;

Mme Nora Berra, secrétaire d’Etat auprès du ministre du travail, de l’emploi et de la santé, chargée de la santé ;

M. Benoist Apparu, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé du logement ;

M. Georges Tron, secrétaire d’Etat auprès du ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l’Etat, chargé de la fonction publique ;

Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des solidarités et de la cohésion sociale ;

M. Thierry Mariani, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé des transports ;

M. Frédéric Lefèbvre, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, chargé du commerce, de l’artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services, des professions libérales et de la consommation ;

Mme Jeannette Bougrab, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, chargée de la jeunesse et de la vie associative.

(more…)

 

Polémique sur la pratique des tirs tendus 02.08.09

En Corse, polémique sur la pratique des tirs tendus par les forces de l’ordre.

Les gendarmes mobiles ont-ils délibérément effectué des tirs tendus de grenades lacrymogènes sur un adolescent de 14 ans, à Bastia, au cours d’une manifestation de soutien à Yvan Colonna lundi 30 mars ? Le jeune homme, grièvement blessé au visage, a été plongé dans le coma pendant trois jours, la mâchoire fracturée en plusieurs endroits. De source médicale, son état serait désormais stable et le pronostic vital ne serait plus engagé. Selon ses proches et plusieurs témoins, Xavier O., 14 ans, aurait été touché de plein fouet, à une distance très courte, par un tir tendu de projectile au cours des heurts qui ont suivi une manifestation lycéenne de protestation après le verdict rendu à l’encontre d’Yvan Colonna.

.

Source : Article de Antoine Albertini, Le Monde, 06 Avril 2009.

 

Okaaaaaaaaaaaay ? 04.09.08

Depuis le début du règne de Nicolas Sarkozy, certaines expressions désuètes de la langue française ont refait surface. L’une d’entre elle : « Le fait du Prince ». Merci – notamment – à Christian Clavier pour la réhabilitation de ces termes…

Evidemment qu’il fallait attaquer, okaaaaaay ? (1)

Le premier flic de Corse, enfin qui l’était jusqu’à lundi avant d’être puni, a tout faux. Il est désormais abrogé, aboli, effacé, annihilé, cassé, dissous. Selon la vieille expression imagée de l’Etat français, tout Corse qu’il est, limogé. Vous trouvez que c’est trop ? Vous plaisantez ! Comment, vous n’êtes pas au courant ? Les journaux télévisés ne parlaient que de cela, mardi soir. Si vous vivez terrés au fond d’une grotte, loin des écrans, voici les faits. Ils sont graves. Dominique Rossi, coordonnateur des forces de sécurité en Corse, en clair celui qui commande (qui commandait !) là-bas aux flics et aux gendarmes a commis le pire, l’indicible. Il a laissé samedi une cinquantaine de nationalistes pénétrer dans le jardin de la villa de Christian Clavier, près de Porto-Vecchio (Corse-du-Sud) alors qu’il savait (évidemment, il savait !) qui était le propriétaire. C’est donc si grave ? Plus que cela. Terrifiant ! Il savait que Christian Clavier était l’ami du président et il n’a rien fait. Il n’a pas bougé. Il a laissé les cinquante fouler le sol sacré du jardin de la villa de Clavier. Il a vu de loin le gardien de la villa leur servir (en tremblant ?) le verre de l’amitié, comme dans L’Enquête corse. Et il n’a rien fait ! Evidemment comme tous les coupables, il a des explications toutes prêtes, mais qui ne tromperont personne. Il a estimé qu’il valait mieux laisser une cinquantaine de militants nationalistes fouler pacifiquement et symboliquement le sol du jardin sacré pendant une heure pour éviter des troubles autrement graves à l’ordre public. Des fois qu’ils envahissent dix autres villas de continentaux riches et célèbres, ou pire encore, qu’ils incendient la préfecture d’Ajaccio ou je ne sais quoi encore. L’innocent ! Mais non, justement, le coupable ! Il savait que Christian Clavier était l’ami intime de Nicolas Sarkozy, quasiment son frère (ah non, cette fonction est déjà prise par Martin Bouygues, pour l’amour duquel on supprime la pub sur les chaînes de télé publiques). Enfin, si ce n’est son frère, quelque chose d’approchant. Et il n’a rien fait ! Il savait, en excellent spécialiste du renseignement qu’il est manifestement, et il a laissé se perpétrer l’infamie. On a foulé le sol sacré de Jacquouille la Fripouille.

Evidemment, dès lors qu’il s’agit d’un ami du président, reconnu et estampillé comme tel, il ne fallait pas barguigner. Il fallait faire donner l’armée ! D’abord un petit barrage d’artillerie, peut être, un appui aérien évidemment, et puis l’assaut des commandos. Où est-ce qu’il a appris son métier, ce policier réputé calme, courtois et méthodique ? Quand la pelouse et la piscine d’un ami du président sont violées, on ne réfléchit pas, on fonce. Okaaaaaaay ?

Sources : (1) : Article de Dominique Dhombres, Le Monde I Photo © Afp.

 

Clearstream : tout est clair 26.02.08

Hier, l’affaire Clearstream a été « bouclée ». Jusqu’à ce que les parties civiles fassent à nouveau appel, ce qui ne saurait tarder. Pour ceux qui n’auraient pas totalement assimilé tous les rouages de cette complexe affaire, voilà enfin une explication brève et limpide de cette histoire à rebondissements.

 

Michèle Alliot-Marie 01.09.07

alliot-marie.jpg

MINISTRE DE L’INTÉRIEUR, DE L’OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES.

« C’est ce qui s’appelle vendre chèrement sa peau. MAM a tout fait pour que l’élection de Sarkozy ne soit pas synonyme pour elle de préretraite, mais de promotion. Son objectif : Matignon. Elle n’y parviendra pas : Sarkozy n’a jamais caché son peu d’estime pour elle. Mais il l’a ménagée, pendant la campagne, et son statut de femme devrait faire le reste. » (1) (more…)