Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Chute de popularité pour Nicolas Sarkozy 09.02.09

507014-619626

Deux nouveaux sondages confirment la chute de la cote de popularité de Nicolas Sarkozy et l’impatience d’une majorité de Français réclamant des résultats concrets face à la crise.

Dans une enquête Ipsos pour Le Point, diffusée lundi soir, le président français perd neuf points avec 36% d’opinions favorables, contre 45% en janvier dernier. Les opinions négatives montent à 61%, soit dix points de plus que le mois dernier. Cette enquête a été effectuée les 6 et 7 février auprès d’un échantillon de 940 personnes.

Dans un sondage LH2 pour nouvelobs.com, le site du Nouvel Observateur, diffusé lundi, le président français perd quatre points avec 44% de satisfaits, contre 52%. De même, seules 30% des personnes interrogées, contre 56%, disent avoir été convaincues par l’intervention télévisée du président français jeudi dernier.

Selon un sondage Viavoice publié le même jour dans Libération, seules 41% des personnes interrogées émettent désormais une opinion positive sur le chef de l’Etat, contre 53% d’un avis contraire, soit un repli de 5 points par rapport au mois dernier, et de 7 points par rapport à novembre. En outre, 53% des Français estiment que le moment est approprié pour lancer des mouvements sociaux.

Dans une enquête OpinionWay pour le quotidien Metro, le président français perd cinq points en un mois d’opinions positives à 41%, et dix points, à 31%, concernant son action contre la crise.

Pour LH2, si l’activisme dont a fait preuve le président de la République à l’automne, en particulier pour coordonner les réponses face à la crise au niveau international, avait rassuré les Français, « ceux-ci semblent aujourd’hui attendre des résultats concrets. » « Or, ils ne semblent pour l’instant pas satisfaits des réponses apportées« , ajoute l’institut.

La baisse de Nicolas Sarkozy est essentiellement le fait des sympathisants de la droite (78% d’opinions positives ; -8 points). Elle est également marquée chez les bas revenus (38% d’opinions positives), soit huit points de moins par rapport à janvier. Le sondage LH2 a été effectué les 6 et 7 février auprès d’un échantillon de 1.003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Article : Le Point I Illustration : Julo

 

Sarkozy porte [Encore] plainte 17.10.08

Nicolas Sarkozy porte plainte contre l’ancien patron des RG, Yves Bertrand.

Bakchich est en mesure de révéler que le chef de l’Etat vient de porter plainte auprès du Procureur de Paris, le jeudi 16 octobre en début d’après-midi, contre Yves Bertrand, patron des RG sous Chirac.

Le président de la République, Nicolas Sarkozy, vient de décider, jeudi 16 octobre, de porter plainte contre Yves Bertrand, l’ancien patron des Renseignements généraux « pour atteinte à la vie privée », « faux, usage de faux et recel » et « dénonciation calomnieuse ». L’avocat du chef de l’État, Thierry Herzog, a rencontré en début d’après-midi le Procureur de Paris, Jean-Claude Marin, pour lui signifier cette plainte.

Cette action en justice exceptionnelle fait suite à la publication dans l’hebdomadaire Le Point du 9 octobre des « Carnets noirs de la République », les écrits que l’ancien patron des RG notait, jour après jour, lorsqu’il était encore en fonction.

Les extraits que nous reproduisons ci-dessous montrent qu’Yves Bertrand s’était intéressé de près à la vie privée supposée du chef de l’État, ainsi qu’à des dessous de table qu’il aurait prétendument touchés. À coup de ragots, de pseudos confidences et de rumeurs.

Voici les extraits des Carnets de Bertrand reproduits par Le Point qui ont amené le chef d’Etat à porter plainte :

– « Sarkozy fait construire une villa à côté de Sartrouville, fait venir des entreprises de Neuilly. Tout au black. »

– Trois mois plus tard, le directeur des RG indique à propos de Nicolas Sarkozy qu’il « couche » avec la femme d’un député, lequel est aujourd’hui ministre…

– Lundi 27 janvier 2003, YB remplit deux pages sur le mariage de Nicolas Sarkozy avec sa première femme et leur séparation. Des renseignements qui semblent tirés d’une note blanche. Y figure le détail d’une conversation téléphonique entre l’épouse et la meilleure amie de celle-ci, où il est question d’adultère. Tout porte à croire qu’il s’agit de la retranscription d’une ancienne écoute téléphonique. Les deux amies parlent entre autres de Cécilia. Plus loin, Bertrand rapporte des informations sur la future épouse de Sarkozy, « une fêtarde », sur le fait que ses parents avaient « un immeuble rue Marbeuf à Paris face au restaurant Chez Edgar », et sur les conditions de sa séparation d’avec Jacques Martin. Enfin, on y apprend que « N.S. » a acheté pour sa première femme un appartement au château de Madrid à Neuilly.

– Pourtant, dans les carnets saisis, on lit à la fin mai 2002, à propos de Nicolas Sarkozy, que Bertrand désigne par « Sarko » ou sous l’abréviation « N.S » : « Sarko : un mec le tient. Tassez [Jean-Noël Tassez, l’un des prévenus de l’Angolagate, NDLR]. » Dès lors, le nom de l’ex-patron de Radio Monte-Carlo va revenir plusieurs fois sous la plume d’Yves Bertrand, comme ce mois de juin 2002 : « Tassez a reçu du fric de Falcone pour Sarko, de Jean-Christophe et de chefs d’Etat africains. » Le 2 juillet 2003, il est encore question de gros sous. Le patron des RG : « Sarko 150 000 francs en liquide dans son cabinet. »

Article de Marion Mourgue, Bakchich.

 

Du point à l’élysée 17.05.07

//www.lepoint.fr/content/system/media/pegard2.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Catherine Pégard, rédactrice en chef du service politique au Point, qui avait largement couvert la campagne du candidat de l’UMP, a été nommée Conseiller Politique à l’Elysée. Revenant sur cette affaire, Daniel Carton, journaliste, précise : « Ce n’est pas la première fois qu’un journaliste passe cette frontière-là et s’investit près d’un homme politique. Là où il y a problème, et on l’a vu, il y a eu des exemples, c’est lorsque ces mêmes journalistes (qui sont donc devenus conseillers), prétendent revenir dans les rédactions. […] Selon moi, on devrait définitivement interdire ce genre d’aller-retour. […] Madame Pégard, souvent, s’est investie dans le rôle de conseillère des Princes ».

Source : La Grande Gueule du Jour – RMC – 17 Mai 2007

 

L’ordinateur d’Anne Fulda dérobé au Figaro 02.01.07

690674_01

La rédaction du Figaro a été victime d’un bien mystérieux vol. Celui-ci concernerait des ordinateurs et un agenda électronique appartenant à des journalistes d’investigation, parmi lesquels la nouvelle compagne de Nicolas Sarkozy, Anne Fulda.

Cette information est d’importance et elle est de nature à éclipser un temps les événements qui secouent la banlieue. En effet, maintes fois malmenée, la liberté de la presse est maintenant attaquée de plein fouet. Il est à noter qu’un journaliste du Point qui travaillait lui aussi sur des sujets sensibles a vu récemment disparaître son ordinateur.

Serait-ce l’oeuvre de sauvageons qui, pour se divertir entre deux incendies de véhicules, se seraient emparé de matériel informatique dans des locaux qui se croyaient protégés par la ceinture du périphérique?

Cette affaire est consternante quand on pense au courage et à l’abnégation de ces journalistes qui n’hésitent pas à s’introduire dans l’intimité de nos dirigeants pour un décryptage toujours plus efficace de leur politique.

Article : Le Placide