Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Au Sénat, la poste envoie de drôles de courriers 09.04.08

Pas besoin de courir après les timbres au Sénat. Les parlementaires profitent de leurs quotas postaux et s’arrangent avec les règles. « Bakchich » a déniché l’envoi d’un courrier d’une association franc-maçonne.

Entre menus avantages bien français, les sénateurs de la Ve République bénéficient de légers avantages postaux. « La gratuité de l’affranchissement du courrier parlementaire, dans la limite d’un forfait annuel, est accordée pour les lettres nécessitées par les obligations du mandat parlementaire. Les correspondances collectives aux élus locaux peuvent également, dans certaines conditions, bénéficier de la gratuité de l’affranchissement », décrit le site Internet de la chambre haute du Parlement.

Mais entre l’esprit et le texte du règlement, existe une différence, qu’il n’est point besoin de trop expliciter aux sénateurs. Ils la connaissent bien.

Ainsi, quelques libéralités sont prises quant « aux lettres nécessitées par les obligations du mandat parlementaire ». Pour preuve, une étrange enveloppe arrivée entre les mains de Bakchich. Avec en-tête « Sénat, la vice-présidente » et marquée du cachet du bureau de poste du Sénat, daté du 7 mars 2008, la missive se veut bien peu « parlementaire ». Il s’agit d’un bulletin de liaison du « groupe fraternel d’Études des questions africaines, Fraternité Europe Afrique ». Bref, une gentille association de franc-maçonnerie franco-africaine qui fait distribuer sa petite lettre d’information à l’œil.

Sans que quiconque trouve cela désobligeant, surtout pas la vice-présidente du Sénat, Michèle André – présidente d’honneur de l’association – jointe par Bakchich.

« Cela vous gêne parce que c’est une association maçonnique c’est ça ? ». Ben, pas vraiment. Plutôt que les services de l’État (et ses finances) cajolent une association « spirituelle ». « Oh, mais vous savez, c’est une aide parce que je suis très soucieuse du développement de la francophonie ». Avant de conclure en renvoyant Bakchich à ce quota « postal » accordé à chaque parlementaire, que chacun use comme il l’entend. Rien à redire, donc.

Entre l’esprit et le texte de son règlement, le Sénat a fait son choix. En usant de l’équerre et des compas ?

Article : Bakchich

 

Xavier Bertrand et la maçonnerie : le faux aveu 05.03.08

xbertrand.jpg

Par un habile tour de passe passe, Xavier Bertrand a réussi à faire passer la Une de « L’Express » révélant son appartenance à la franc-maçonnerie comme une opération de transparence dont il était l’initiateur. Faux ! plaide le journaliste auteur de l’enquête.

Le 21 février, L’Express fait sa une sur « Les francs-maçons et le pouvoir », avec pour premier titre « Xavier Bertrand : révélations sur un ministre « frère » ». Dans ce dossier de 9 pages, figure une petite interview du ministre du Travail, où il confirme le scoop de L’Express. Pourtant, avant même la mise en kiosques, une singulière dépêche de l’AFP travestit malicieusement la réalité en titrant : « Xavier Bertrand annonce qu’il est franc-maçon ! » Le mardi suivant, Le Monde parvient dans le même article à parler de l’« outing » de Bertrand par L’Express (ce qui est exact) et, quelques lignes plus loin, du fait que c’est le ministre qui a demandé à s’exprimer dans nos colonnes (ce qui est faux) ! Pour le quotidien du soir, le calendrier de cette révélation ne doit donc rien au hasard. (more…)

 

Xavier Bertrand : « Oui, je suis franc-maçon » 20.02.08

franc_maconnerie.jpg

Sollicité par L’Express, le ministre du Travail, des relations sociales et de la solidarité, l’un des plus en vue du gouvernement, a accepté de jouer la transparence et d’expliciter les raisons de son engagement. Une première.

Pourquoi avez-vous intégré la franc- maçonnerie ?

Je vous réponds parce que vous me posez la question et que je n’ai pas l’intention de me dérober. On ne peut mentir quand on est un responsable politique et qu’on représente les Français. De moi-même, je n’aurais pas pris l’initiative de parler, mais certains l’ont fait pour moi.

J’ai effectivement adhéré, en 1995, attiré par le travail sur soi et sur les idées des autres que permet la franc-maçonnerie. Cela a développé en moi le sens de l’écoute, j’en avais bien besoin, et on en a toujours besoin ! Dès 2004, lors de mon entrée au gouvernement, j’ai souhaité me mettre en retrait. (more…)

 

Patrick Devedjian : un passé extrême [Droit] 13.05.07

patrick_devedjian.jpg

Étudiant en droit, Patrick Devedjian devient dans les années 1960 un membre actif du mouvement de la droite radicale Occident, tout comme Gérard Longuet et Alain Madelin.
Dans les années 1970, contrairement à ses derniers, qui soutiennent Valéry Giscard d’Estaing, Patrick Devedjian rejoint les gaullistes, et devient pendant vingt ans l’avocat de Jacques Chirac.
En 1995, il soutient, à la suite de son nouveau protecteur, Nicolas Sarkozy, la candidature présidentielle d’Edouard Balladur. Ministre de 2002 à 2005 dans les gouvernements Raffarin, il a fait depuis 2005 campagne pour son ami Nicolas Sarkozy.

LE GROUPE OCCIDENT

Patrick Devedjian (lunettes noires et gabardine claire), Alain Madelin, surnommé « Mado » au sol, et des comparses anonymes à l’arrière-plan.

A la fin des années 60, l’extrême-droite française tente de se réorganiser après la défaite de la France en Algérie. Dans ce milieu aux contours flous et aux multiples passerelles entre groupes néo-nazis, néo-fascistes, et intégristes chrétiens, deux organisations vont à l’époque se distinguer et illustrer le « renouveau » de l’ultradroite à la française : le mouvement Europe-Action et Occident. Parmi les militants les plus actifs de ces groupuscules figure alors le jeune étudiant en droit, Patrick Devedjian. (more…)