Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Censurer plus pour exposer moins 15.02.10

L’installation de l’artiste chinoise Ko Siu Lan, dont le vernissage était programmé vendredi, a été démontée quelques heures après leur affichage sur la façade de l’École des beaux-arts, quai Malaquais. « Censure politique », dénonce l’artiste.

« Un week-end de sept jours », une exposition collective à la connotation délibérément utopique, devait présenter du 13 au 21 février des œuvres d’étudiants du Royal College of Art de Londres, et de Lasalle College of the Arts de Singapour. Ko Siu Lan, qui connaît bien les Beaux-Arts de Paris pour y avoir passé deux ans en résidence, avait imaginé deux bannières réversibles de 7 mètres de haut sur 1,2 m de large, visibles depuis les quais de la Seine et incluant simplement quatre mots. Selon le chemin que l’on empruntait, on pouvait lire les mots ci-dessous.

photomontage des bannières de l'expo /Siu Lan Ko

  • Gagner Plus Travailler Moins
  • Travailler Plus Gagner Moins
  • Travailler Moins Gagner Moins
  • Travailler Plus Gagner Plus
  • Plus Gagner Plus Travailler
  • Moins Gagner Plus Travailler
  • Moins Travailler Moins Gagner
  • Plus Travailler Plus Gagner
  • Plus Gagner Moins Travailler
  • Plus Travailler Moins Gagner

L’artiste explique avoir cherché à évoquer « à la fois la question du travail et de la propagande, dans un esprit universel » et s’être « bien sûr inspirée du slogan du candidat Sarkozy. »

Mercredi à 10h30, comme prévu, les bannières ont été montées sur la façade située à deux pas de l’actuelle résidence de Jacques Chirac, quai Voltaire. Mais dans l’après-midi, elles ont été retirées alors que l’artiste n’a été officiellement avertie que par un mail reçu dans la soirée de sa commissaire d’exposition, Clare Carolin, du Royal College of Art de Londres. « Le pire est que tout était calé depuis un an, le catalogue imprimé, ils n’ont pas découvert ça hier ».

D’après les informations recueillies, la direction de l’école aurait jugé cette œuvre trop dérangeante et aurait argué qu’elle avait choqué certains membres du personnel de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts et du ministère de l’Éducation. Le directeur aurait ajouté que la période était particulièrement sensible alors que l’école était en train de renouveler sa convention de financement avec les ministères. À la commissaire d’exposition Clare Carolin, on a simplement proposé de rapatrier les bannières à l’intérieur de l’école, mais elle ne pouvait prendre une telle décision sans prévenir l’artiste. Elle n’a pas eu le temps de le faire puisque lorsqu’elle est sortie de la réunion, l’œuvre était déjà démontée.

L’Ecole des beaux-arts de Paris, dans un communiqué, a déclaré que l’artiste avait accroché son oeuvre à l’extérieur « sans que la direction de l’établissement en soit informée » : « Sans titre, sans nom d’auteur, sans mention relative à l’exposition, le caractère de l’oeuvre se réfère explicitement à un contexte politique. Son auteur a souhaité, par la présentation sur la voie publique, utiliser spectaculairement comme médiation de son message un bâtiment de l’Etat voué à l’enseignement », a poursuivi l’école. La direction de l’école a considéré que « cette présentation non concertée de l’oeuvre, sans explicitation à l’attention du public, pouvait constituer une atteinte à la neutralité du service public et instrumentaliser l’établissement », selon le communiqué.

Mise à jour du 13 février 2010 : Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand a demandé à l’Ecole des beaux-arts de raccrocher l’oeuvre de l’artiste chinoise Ko Siu Lan.

Sources : Rue89 I Libération.

 

La culture comme réponse à la crise ! On croit rêver ! 03.02.09

chcalmetoirichecon

Arrêtez-le ! Pitié, arrêtez-le…

Une hypothèse se profile : si Dieu le père prend à ce point son temps pour répondre à une France légitimement en colère, c’est peut-être qu’il est trop occupé avec son conseil pour la création artistique. Mais l’on aurait tort de médire, car il semblerait qu’il y ait en fait un lien entre les deux phénomènes. En effet, Nicolas Sarkozy – comme à son habitude toujours mieux servi par lui-même que par autrui – préside ce conseil pour de grandes raisons : « Je veux que ça bouge, je veux que ça change, je veux que la culture soit notre réponse à la crise économique mondiale (…) et pour que ça soit vrai, il faut que la création soit au cœur de cette politique culturelle que je souhaite impulser« . « Ma parole est plus libre que celui qui produit et qui doit faire attention à ce qu’il dit (…). C’est donc à moi de donner un coup de pied dans la fourmilière, de bousculer les choses« , a-t-il déclaré dans un discours prononcé à l’Elysée devant plus de trois cents représentants du monde de la culture.

Au-delà du fait que l’inquiétante formule « Celui qui produit (…) doit faire attention à ce qu’il dit » mériterait d’être longuement méditée, il fallait y penser ! Des funambules dans les usines, davantage de clowns dans les hôpitaux, des projections de documentaires sur les marchés, des happenings à La Poste, des tableaux accrochés aux réverbères ; et tout le monde va retrouver son pouvoir d’achat et le sourire qui va avec.

Après l’ORTS sur nos écrans, Bigard et Mireille Matthieu sur les scènes des théâtres subventionnés ? Ce qui est certain, c’est que la culture va prendre un nouveau visage : « je crois fondamentalement à la capacité de l’Etat à impulser un changement de culture, pour apprendre à mieux soutenir le processus de création« . On en frissonne d’avance…

Les intermittents du spectacle ont manifesté à plusieurs reprises au mois de décembre. Très gourmands, ils ont remis le couvert ce 29 janvier, certainement en hommage à ce président si soucieux et respectueux de la culture. Après les réformes de leurs statuts en 2003 et en 2006, la question était en effet à nouveau posée : doit-on modifier ce statut ? On était alors loin des propos de campagne du gesticulateur :

« Je mesure pleinement le rôle joué par les intermittents du spectacle, sans lesquels il n’y aurait pas de spectacle vivant, pas de créations cinématographiques, ou audiovisuelles. Il est normal qu’ils bénéficient d’un régime d’indemnisation du chômage particulier, qui est d’ailleurs unique dans le monde. Je suis favorable à une indemnisation généreuse qui permette à ceux qui décident de travailler pour la culture de vivre convenablement quitte à leur demander en contrepartie de contribuer au développement de l’enseignement artistique et à la découverte par les jeunes des métiers de la culture.
Pour l’instant, un nouvel accord vient d’être signé. Je pense qu’il faut le laisser vivre et en faire le bilan dans quelques mois. Mais la vérité, c’est qu’un accord sera toujours insuffisant tant qu’il se fera dans un contexte de pénurie. Or, je suis convaincu que l’emploi culturel est plein de promesses, et qu’il compte parmi les secteurs les plus créateurs, potentiellement, de richesses et de croissance, en particulier du côté du cinéma et de l’audiovisuel. Je ferai tout pour le développement de l’emploi culturel
.
 » (1)

Lorsqu’il parle plus en détail de ce statut, Nicolas Sarkozy – épaulé par la presse, il va sans dire – prend toujours soin de faire passer les intermittents pour des privilégiés. La technique semble d’ailleurs fonctionner, si l’on se fie aux commentaires déposés par des internautes au pied des articles. On peut regretter que jamais un article plus sérieux n’ait été rédigé sur l’intermittence. C’est bien dommage, et dommageable.

Mais ce lundi 2 février 2009, on pourra « simplement » se contenter de regretter que ce soit un inculte notoire qui décide de s’emparer de la question de la création en France. Et de surcroît cette semaine, qui aurait méritée d’être consacrée à autre chose. Parce que si la culture est nécessaire et vitale ; multiple et transversale, elle vaut surtout mieux que d’être brandie par un imbécile dans un contexte de crise. Si le petit Nicolas maîtrise un art, c’est bien celui du détournement allié à la récupération ; mais ni d’images ni d’objets hélas.

Celui qui disait avoir hâte de voir Obama au travail ferait bien de s’y [re]mettre lui aussi. Plutôt que de se perdre dans les dédales de ses commissions et autres conseils, plutôt que de noyer le poisson dans les eaux fétides de ses idées toujours aussi malvenues.

Eilema, pour Le Sarkopithèque I (1) Discours devant les acteurs de la Culture (04/04/07) I Citations de Nicolas Sarkozy extraites du Monde I Illustration : Luz.

 

Diversité culturelle et artistique en danger 24.02.08

Paris, 29 février. À partir de 15h, Place du Palais Royal :

Diversité artistique et culturelle en danger !
JOURNÉE DE MOBILISATION NATIONALE CONTRE LE DÉSENGAGEMENT DE L’ÉTAT DANS LA CULTURE.

L’État a décidé de réduire le budget qu’il consacre à la culture. Les acteurs culturels commencent l’année 2008 dans la plus complète incertitude concernant leurs financements. Les plus touchées par ce désengagement de l’État sont les associations artistiques et culturelles, compagnies, salles de spectacles, lieux d’accompagnement des pratiques amateurs. qui constituent le vivier de la création et de l’innovation, et sont par leur proximité les premières interlocutrices des populations. (more…)

 

Interdiction Des Concerts Dans Les Cafés : Ça Se Précise 14.02.08

Filed under: < Culture — eilema @ 12:46
Tags: , , , , ,

concertsdrac.jpg

La ville de Quimper est-elle le terrain d’expérimentation d’une nouvelle loi liberticide ?

C’est en tout cas ce que l’on est en droit de craindre. Plusieurs bars quimpérois, organisateurs de concerts, ont en effet reçu récemment un courrier de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles – Ministère de la Culture) leur imposant d’être titulaires d’une licence d’entrepreneur de spectacles dès lors qu’ils souhaitent organiser plus de 6 concerts par an. Le non-respect de cette clause est passible de 2 années d’emprisonnement, de 5 années de fermeture administrative et de trente mille euros d’amende. Est également demandé aux propriétaires d’effectuer une mise en conformité des locaux (engendrant pour beaucoup d’entre eux des travaux coûteux).

Cette mesure – une fois n’est pas coutume – pénalisera les lieux de culture « alternatifs » et de proximité au profit de structures plus conséquentes. Gérants de bars, intermittents du spectacle, musiciens débutants, sphère associative, feront ainsi les frais d’une disposition aussi dommageable pour l’activité culturelle de la ville que pour le public. Quelques intermittents du spectacle ont d’ailleurs reçu un courrier aussi délicat que rassurant, leur demandant, « en tant que personnes en grande difficulté, de songer rapidement à une nouvelle formation professionnelle ».

Les propriétaires des bars incriminés demandent l’ouverture d’une table ronde réunissant les élus, fonctionnaires locaux et représentants de la Sacem. Ils demandent en outre le transfert des moyens de la DRAC à la Région, ainsi qu’une révision de cette loi inappropriée pour des lieux de si petite envergure.

SIGNER LA PÉTITION : http://www.lapetition.com/sign1.cfm?numero=1438
Source : Bellaciao (Dimanche 20 janvier 2008)

 

Christine Albanel 01.09.07

MINISTRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION.

« La présidente du château de Versailles est une vieille amie de Sarkozy. Ils se sont rencontrés au début des années 1990, dans l’équipe chiraquienne. Mais tandis que Sarko « trahissait » pour Balladur, Christine Albanel est restée la « plume » de Chirac. » (1) (more…)

 

Pourquoi ils ne voteront pas Sarkozy 01.04.07

À la demande du site AntiSarko, de nombreux scientifiques, journalistes, artistes, professeurs, économistes, ont accepté d’expliquer leur choix de ne pas voter Sarkozy. Dans ces interviews, ils expriment leurs inquiétudes et exposent leurs convictions.

Interview de Jean-Pierre Azema. Historien, Enseignant à Sciences-Po Paris. Autour des thèmes : Clivage gauche-droite I Valeurs de la République I Atlantisme I Pseudo rupture.

.

Interview de Florence Bellivier. Professeur de droit, Secrétaire générale adjointe de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme. Autour des thèmes : Autonomie des universités I Vision répressive de la société I Loi Perben I Justice I Rhétorique de Sarkozy I Laïcité I Alternance.

.

Interview de Philippe Besson. Ecrivain. Autour des thèmes : Libéralisme I Marketing Politique I Politique étrangère I Fichage I Le Pen

.

Interview de Patrice Chéreau. Réalisateur et metteur en scène. Autour des thèmes : Rhétorique de Sarkozy I Fracture sociale I Culture

.

Interview de Françoise Cotta. Avocate. Autour des thèmes : Fracture sociale I Libertés bafouées

.

Interview d’Erell Delesvaux. Militante syndicale. Autour des thèmes : Bilan I Expulsions I Répression des manifestations anti-CPE I Immigration

.

Interview de Marie Dosé. Avocate. Autour des thèmes : Le Tout-répressif I Montée de la violence dans les prisons I Populisme pénal I Jouer sur la peur

.

Interview de Guillaume Duval. Rédacteur en chef d’Alternatives économiques. Autour des thèmes : Démagogie I Fracture sociale I Libéralisme autoritaire I Répression I Fiscalité

.

Interview de Christophe Grébert. Blogueur (monputeaux.com). Autour des thèmes : Hauts-de-Seine I Services publics I Logements sociaux

.

Interview de Michel Konitz. Avocat. Autour des thèmes : Démagogie I Communication I Illusionnisme I Égoïsme I Solidarité I Libéralisme

.

Interview de Christine Lazerges. Professeur de droit pénal à l’Université de Paris I. Autour des thèmes : Prostitution I Loi Perben I Libertés Individuelles I Immigration I Pauvreté I Bilan

.

Interview d’Ariane Mnouchkine. Metteur en scène, réalisatrice et scénariste. Autour des thèmes : Alternance I Droite sombre I Immigration I Gestuelle

.

Interview de Sibeth N’Diaye, Militante mutualiste. Autour des thèmes : Division I Double discours I Discrimination I Division

.

Interview de Thierry Pech, Secrétaire général de La République des Idées. Autour des thèmes : Démocratie I Cohésion sociale I Institutions I Indépendance de la justice I Bourgeoisie I Double discours I Soif de pouvoir I Césarisme

.

Interview de Thomas Piketty, Economiste. Autour des thèmes : Revanchardise I Soif de pouvoir I Thatcherisme I Rupture I Fiscalité

.

Interview d’Alain Piriou, Porte-parole de l’inter-LGBT (Lesbiennes Gay Bi Trans). Autour des thèmes : Revanchardise I Pensée unique I Stigmatisation I Laïcité I Communautarisme I Homosexualité I Discrimination

.

Interview d’Edwy Plenel, Journaliste – ancien directeur de la rédaction du Monde. Autour des thèmes : Communautarisme I Cohésion sociale I Politique internationale I Liberté et indépendance de la presse I Mensonge

.

Interview de Poul Nyrup Rasmussen, Président du Parti Socialiste Européen. Autour des thèmes : Exclusion I Nationalisme I Immigration I Compétitivité entre états. Note : Problème de qualité de son sur ce fichier.

.

Interview d’Agnès Salvadori, Association d’éducation populaire. Autour des thèmes : Exclusion I Banlieues I Méritocratie I Expulsions

.

Interview de Loic Wacquant, Sociologue – Professeur à l’Université de Californie à Berkeley. Autour des thèmes : Paquet fiscal I Inégalités I Atlantisme I Répression I Mineurs et justice

.

Interview de Patrick Weil, Chercheur. Autour des thèmes : Immigration I Droit d’asile I Regroupement familial I Institutions