Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

CSA : Christine Kelly récompensée 30.01.09

Françoise Laborde n’a pas été la seule nouvellement nominée au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). À ses côtés, on trouve la journaliste Christine Kelly, que l’on espère plus humble que son blog.

Nommée par le président du Sénat Gérard Larcher (UMP), elle a déclaré mercredi à l’Afp avoir été choisie en raison de son parcours et de son origine, soulignant qu’elle était le premier « sage » d’outre-mer. « Je suis ravie d’avoir été nommée par Gérard Larcher que je ne connaissais pas du tout. J’ai été choisie par rapport à mon parcours professionnel et parce que je suis de l’outre-mer« . « C’est la première fois qu’un membre originaire de l’outre-mer entre au CSA« , a fait valoir la jeune femme originaire de Guadeloupe, assurant qu’elle représenterait « dignement » sa communauté.

Elle aura en charge plusieurs dossiers dont l’accessibilité des médias audiovisuels aux handicapés, un groupe de travail nouvellement créé. Elle est également vice-présidente du groupe sur la publicité et sur la télévision publique. »C’est un vrai challenge. Je pense que mon parcours apportera beaucoup car j’ai une connaissance des chaînes locales, publiques, privées et de la radio« , a expliqué la nouvelle conseillère. « Je suis passée du jour au lendemain de LCI au CSA. Il m’a fallu 48 heures de réflexion, et une nuit à éplucher le règlement du CSA, avant d’accepter!« , a-t-elle conclu.

Petit détail qui a son importance, Christine Kelly n’est pas connue pour son hostilité au pouvoir actuel. On lui doit la première biographie de François Fillon Le secret et l’ambition.

fillon_couv_une

À l’occasion de la sortie de cet ouvrage pour lequel la journaliste recevra le Prix de la Biographie Politique lors de la 13ème édition de la Forêt des Livres, VSD consacrera un dossier à la bien nommée « biographe de François Fillon » :

jpg_160108_vsd01

Dans son riche CV, il est également à signaler qu’elle aura accompagné en Martinique et en Guadeloupe les 22 et 23 août 2007 le Premier Ministre, François Fillon et le secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer, Christian Estrosi, venus annoncer les premières mesures après le cyclone « Dean ».

jpg_guadeloupe01-a7cb4..jpg_guadeloupe05

Toujours aucune raison de s’inquiéter, donc, sur le début des nominations…

 

L’Appel de Marianne pour l’indépendance et le pluralisme des médias 17.12.08

Bientôt, le président de la République pourra nommer et révoquer les présidents de France télévisions et de Radio France. Internautes, réagissez ! Rejoignez les premiers signataires de l’appel de Marianne pour l’indépendance et le pluralisme des médias.

SIGNER L’APPEL

808668-969907

Au nom des principes de la démocratie et des valeurs républicaines, les soussignés demandent au Parlement de renoncer à la loi qui permettrait au président de la République de nommer et de révoquer les présidents de France Télévisions et de Radio France.

Ils rappellent que la télévision et la radio publiques n’appartiennent pas au pouvoir politique, quel qu’il soit, mais à tous les citoyens.

Ils réitèrent leur engagement à défendre l’indépendance de la presse et le pluralisme de l’information.

 

canal + : interdit de débat ? 27.04.07

//www.agoravox.fr/IMG/Sarkusine_.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. © Hub

Interview de François Bayrou par Jean-Michel Aphatie le vendredi 27 avril.

« Lorsque j’ai tenu une conférence de presse, mercredi, j’ai parlé, de la part de Nicolas Sarkozy, d’intimidation et de menace. C’est exactement là qu’on en est. Ce débat qui avait été organisé à la demande de Canal+, nous avions décidé. J’avais été invité à un débat par Ségolène Royal. J’ai accepté. Et j’avais dit que si Nicolas Sarkozy m’invitait à un débat, j’accepterais aussi. […]

Ce débat avait été organisé par Canal+, à la demande de la chaîne, et puis s’y était joint un certain nombre d’autres télévisions et radios. Il se trouve que ce débat a été annulé en arguant ou en prétendant qu’il y avait des règles du CSA et une demande du CSA qui empêcherait la tenue du débat, ceci est absolument faux. […]

Parce que j’ai vérifié auprès du CSA ce qu’il en était. Et parce que si jamais, il y avait eu une intervention du CSA, elle aurait été susceptible de recours devant le Conseil d’Etat en référé, c’est-à-dire d’heure à heure et que nous aurions ainsi sans aucun doute, obtenu le respect de cette liberté. Il s’agit, Jean-Michel Aphatie, d’une liberté fondamentale des Français et une part des enjeux de cette élection présidentielle, c’est le respect des libertés fondamentales des Français. Ici, par toute une série de réseaux que nous connaissons tous, qui rapprochent de très grandes puissances financières et de très grandes puissances médiatiques autour de Nicolas Sarkozy, des interventions directes sont faites auprès des rédactions, sont faites auprès des chaînes de manière que l’information se trouve verrouillée. Je n’accepterai jamais que dans mon pays, on verrouille l’information. On est en train de choisir le chemin d’une régression immense qui met en cause le droit élémentaire des Français à être informés et songez que Nicolas Sarkozy n’est pas encore élu ! Alors, qu’en sera-t-il s’il est élu ! […]

Ce que je dis là, Jean-Michel Aphatie, tout le monde le sait. Il n’y a pas dans ce Studio une personne qui ignore ce que je suis en train de raconter là… […]

Je dis avec certitude qu’il y a dans l’organisation de Nicolas Sarkozy depuis longtemps une tentative de verrouiller l’information, que ceci passe par des puissances très importantes que j’ai tout au long de la campagne électorale désignée comme étant un problème pour la France. Ce réseau qui fait que se rapprochent de très grandes puissances financières, de très grandes puissances médiatiques et la puissance politique que Nicolas Sarkozy représente, il faut que vos auditeurs sachent que c’est un extraordinaire frein au progrès du pays. Un pays ne peut pas avancer s’il n’a pas l’information libre qui permet à chacun des citoyens de se faire une idée de son avenir. Et donc, je dis avec certitude que je ne peux pas accepter que cela se fasse. […]

Au lieu d’aller dans le sens d’une correction de la Ve république avec des règles démocratiques mieux respectées, Nicolas Sarkozy, dans sa pratique de tous les jours que nous avons sous les yeux à l’occasion du débat, il va au contraire dans le sens d’un manque aggravé de respect de ces règles. C’est la raison pour laquelle, j’ai dit l’autre jour qu’en effet, il représentait pour moi un risque pour la France, j’ai dit le risque de Nicolas Sarkozy, c’est : il ne respecte pas l’équilibre des Pouvoirs et il risque de briser la société française ; et le risque de Ségolène Royal, c’est son Programme économique et sa vision de l’Etat. […]

Je dis que l’un est un risque d’urgence sur la vie de notre pays ; l’autre est un risque de moyen terme avec des choix économiques qui ne sont pas justes. Et je l’ai dit depuis le début ».