Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Composition du Gouvernement 14.11.10

 

M. Sarkozy a précisé les critères qui seraient retenus pour compléter le gouvernement. Ils devront :

« répondre à des critères de diversité […] par leurs origines territoriales, leurs origines politiques et être représentatifs de la France multiple ».

Illustration : Luz

 

GOUVERNEMENT FILLON III

[14 NOVEMBRE 2010]

Sur la proposition du Premier ministre, le président de la République a nommé, le 14 novembre 2010, neuf nouveaux ministres. Quinze ministres quittent le Gouvernement. La nouvelle équipe gouvernementale se compose de 31 membres : le Premier ministre, 2 ministres d’État, 13 ministres de plein exercice, 7 ministres auprès d’un ministre et 8 secrétaires d’État.

François FILLON Premier ministre.

M. Alain Juppé, ministre d’Etat, ministre de la défense et des anciens combattants ;

Mme Michèle Alliot-Marie, ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères et européennes ;

Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement ;

M. Michel Mercier, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés ;

M. Brice Hortefeux, ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration ;

Mme Christine Lagarde, ministre de l’économie, des finances et de l’industrie ;

M. Xavier Bertrand, ministre du travail, de l’emploi et de la santé ;

M. Luc Chatel, ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative ;

M. François Baroin, ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l’Etat, porte-parole du Gouvernement ;

Mme Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche ;

M. Bruno Le Maire, ministre de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire ;

M. Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication ;

Mme Roselyne Bachelot-Narquin, ministre des solidarités et de la cohésion sociale ;

M. Maurice Leroy, ministre de la ville ;

Mme Chantal Jouanno, ministre des sports ;

M. Patrick Ollier, ministre auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement ;

M. Eric Besson, ministre auprès de la ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, chargé de l’industrie, de l’énergie et de l’économie numérique

M. Henri de Raincourt, ministre auprès de la ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères et européennes, chargé de la coopération ;

M. Philippe Richert, ministre auprès du ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration, chargé des collectivités territoriales ;

M. Laurent Wauquiez, ministre auprès de la ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères et européennes, chargé des affaires européennes ;

Mme Nadine Morano, ministre auprès du ministre du travail, de l’emploi et de la santé, chargée de l’apprentissage et de la formation professionnelle.

Mme Marie-Luce Penchard, ministre auprès du ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration, chargée de l’outre-mer ;

M. Pierre Lellouche, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, chargé du commerce extérieur ;

Mme Nora Berra, secrétaire d’Etat auprès du ministre du travail, de l’emploi et de la santé, chargée de la santé ;

M. Benoist Apparu, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé du logement ;

M. Georges Tron, secrétaire d’Etat auprès du ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l’Etat, chargé de la fonction publique ;

Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des solidarités et de la cohésion sociale ;

M. Thierry Mariani, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé des transports ;

M. Frédéric Lefèbvre, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, chargé du commerce, de l’artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services, des professions libérales et de la consommation ;

Mme Jeannette Bougrab, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, chargée de la jeunesse et de la vie associative.

(more…)

 

CSA : Christine Kelly récompensée 30.01.09

Françoise Laborde n’a pas été la seule nouvellement nominée au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). À ses côtés, on trouve la journaliste Christine Kelly, que l’on espère plus humble que son blog.

Nommée par le président du Sénat Gérard Larcher (UMP), elle a déclaré mercredi à l’Afp avoir été choisie en raison de son parcours et de son origine, soulignant qu’elle était le premier « sage » d’outre-mer. « Je suis ravie d’avoir été nommée par Gérard Larcher que je ne connaissais pas du tout. J’ai été choisie par rapport à mon parcours professionnel et parce que je suis de l’outre-mer« . « C’est la première fois qu’un membre originaire de l’outre-mer entre au CSA« , a fait valoir la jeune femme originaire de Guadeloupe, assurant qu’elle représenterait « dignement » sa communauté.

Elle aura en charge plusieurs dossiers dont l’accessibilité des médias audiovisuels aux handicapés, un groupe de travail nouvellement créé. Elle est également vice-présidente du groupe sur la publicité et sur la télévision publique. »C’est un vrai challenge. Je pense que mon parcours apportera beaucoup car j’ai une connaissance des chaînes locales, publiques, privées et de la radio« , a expliqué la nouvelle conseillère. « Je suis passée du jour au lendemain de LCI au CSA. Il m’a fallu 48 heures de réflexion, et une nuit à éplucher le règlement du CSA, avant d’accepter!« , a-t-elle conclu.

Petit détail qui a son importance, Christine Kelly n’est pas connue pour son hostilité au pouvoir actuel. On lui doit la première biographie de François Fillon Le secret et l’ambition.

fillon_couv_une

À l’occasion de la sortie de cet ouvrage pour lequel la journaliste recevra le Prix de la Biographie Politique lors de la 13ème édition de la Forêt des Livres, VSD consacrera un dossier à la bien nommée « biographe de François Fillon » :

jpg_160108_vsd01

Dans son riche CV, il est également à signaler qu’elle aura accompagné en Martinique et en Guadeloupe les 22 et 23 août 2007 le Premier Ministre, François Fillon et le secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer, Christian Estrosi, venus annoncer les premières mesures après le cyclone « Dean ».

jpg_guadeloupe01-a7cb4..jpg_guadeloupe05

Toujours aucune raison de s’inquiéter, donc, sur le début des nominations…

 

L’Élysée sous la tutelle des lobbies ? 18.03.08

Lors d’une enquête sur Les lobbies au coeur de la République, l’émission Lundi Investigation (Canal+), s’était intéressée à un cabinet de lobbying particulièrement performant : Domaines Publics.

Implanté dans l’industrie du jeu, la sécurité, le tabac, ou encore les vins et spiritueux, Domaines Publics est en fait un nom commercial qui regroupe deux sociétés de lobbying. L’une d’elle, Pic Conseil, est particulièrement florissante : en un an, son chiffre d’affaire a en effet progressé de plus de 50%.

Parmi les actionnaires de cette très prometteuse Pic Conseil, on trouve deux personnes qui ont un point commun : celui de travailler au ministère de l’intérieur du désormais célèbre Nicolas Sarkozy.

Frédéric Lefebvre est alors conseiller chargé des relations entre le ministre et le parlement. Il est aussi directeur de cabinet pour la présidence de l’Ump.

Stéphan Denoyes, ancien assistant parlementaire de Christian Estrosi, a beau n’avoir « aucune fonction au ministère », il y a néanmoins une secrétaire à disposition.

Est-ce normal que de puissants acteurs du lobbying dans les domaines de l’alcool, du jeux, du tabac et de la sécurité, travaillent dans un ministère qui traite justement ces dossiers ? La réponse de Nicolas Sarkozy : « franchement, ça n’est pas mon problème ».

Ci-dessous, la totalité du reportage diffusé le 23/05/2007 sur La Une (Belgique) [Merci à Real Hip Hop] : (more…)

 

Sarkozy, Gaudin, Estrosi : l’ombre du Front National 14.03.08

fn.jpg

Pour aider Gaudin et Estrosi, Sarkozy refait campagne contre les immigrés.

Face à la défaite électorale de son parti au premier tour des élections municipales, N. Sarkozy a fait le déplacement à Toulon pour y reprendre son thème fétiche de l’immigration. Au delà du contenu habituel de son discours, c’est la symbolique qui importait. D’abord par le choix de la ville de Toulon, auparavant dirigée par le FN et toujours dominée par une culture de la nostalgie coloniale et militaire ; c’est d’ailleurs à Toulon que Sarkozy prononça le 7 Février 2007 un discours aux accents xénophobes (www.ldh-toulon.net/spip.php?article1838).

La présence à ses côtés de Brice Hortefeux, l’homme aux 25000 expulsions, confirmait cette symbolique.
Il s’agissait aussi pour Sarkozy d’apporter une aide spécifique à deux candidats UMP de la région : Gaudin à Marseille et Estrosi à Nice.
Ceux-ci se présentent aujourd’hui comme des modérés, quasiment centristes mais ils ont une longue pratique de coopération avec le Front National.

JC Gaudin, actuel maire de Marseille a, dès 1986, fait alliance avec le Front National pour être élu à la tête de la région PACA. Il a géré ensemble la région avec le parti d’extrême-droite jusqu’en 1992, à coup de nominations et de désistements réciproques lors des échéances électorales. Cette gestion commune a servi de laboratoire et de « modèle » à d’autres dirigeants régionaux de la droite qui ont finalisé leurs accords avec le FN lors des élections régionales d’avril 1998. En 1998, le même Gaudin organisait la scission de l’UDF car ses instances refusaient l’alliance avec le FN et créait le parti Démocratie Libérale notamment avec Madelin et Raffarin.

Gaudin a ensuite récupéré de nombreux cadres et élus FN locaux, rebaptisés par lui « droite républicaine », sans avoir rien changé de leurs idées et de leurs pratiques.
Un des fleurons de ce recyclage est Daniel Simonpieri, maire de Marignane qu’il a conquis en 1995 sous la bannière FN, intégré à l’UMP par Gaudin en 2004, et dont il a imposé l’investiture au nom de l’UMP pour les municipales de 2008. Le député UMP de la circonscription, Eric Diard, a protesté et rappelé que Simonpieri avait inauguré dans sa ville une stèle en hommage aux généraux putschistes d’Algérie et aux membres de l’OAS.

Ses protestations n’ont pas pesé face au choix de Gaudin qui préside aussi la commission nationale d’investiture de l’UMP. Diard a refusé cette investiture et présenté une liste qui a largement devancé celle de Simonpieri. Ce dernier avait déclaré au lendemain du premier tour de la présidentielle de 2007 : « Beaucoup d’électeurs FN ont constaté que Nicolas Sarkozy disait les mêmes choses que Le Pen, mais que lui avait une chance de les mettre un jour en application. Ils ont donc voté utile. Parce qu’ils ont cessé de croire à l’accession de Le Pen au pouvoir » ( cité dans Le Canard enchaîné du 25 Avril 2007).

Christian Estrosi quand à lui, se présente comme un grand ami de la communauté juive ; il avait été jusqu’à déclarer en Novembre 2007 que « Sarkozy est le candidat naturel des électeurs juifs ». Pourtant en avril 1998 lors de la grande vague d’alliances entre la droite et le FN dans les conseils régionaux, c’est ce même Estrosi qui a mené une bataille dure pour une telle alliance en région PACA, finalement empêchée par la révélation de ces manœuvres et par la résistance de dirigeants locaux de la droite, tel François Léotard . Dans un entretien à Minute du 11 mars 1998, Estrosi avait d’ailleurs annoncé : « Dire « moi je suis là pour empêcher M. Le Pen d’exercer des responsabilités parce qu’il est xénophobe » ne me semble pas la meilleure méthode pour être crédible et efficace ».

Le recyclage des idées et des hommes du Front national est toujours d’actualité à l’UMP.

Source : Mémorial 98, Vendredi 14 mars 2008

 

Christian Estrosi 01.09.07

christianestrosi.jpg

SECRÉTAIRE D’ÉTAT AUPRÈS DE LA MINISTRE DE L’INTÉRIEUR ET DE L’OUTRE-MER, CHARGÉ DE L’OUTRE-MER.

Fait partie de ceux qui « se mouillent sans hésiter pour le « patron » » (1) (more…)

 

vacances à Malte 10.05.07

« La présidence de la République, c’est une ascèse ». Nicolas Sarkozy

Ascèse : Discipline que la volonté s’impose afin de tendre vers un idéal soit de perfection morale, soit de création artistique ou intellectuelle.

cartoon -Sarkozy en croisière

Petit retour en dépêches sur les vacances prises par le Président, pour « habiter la fonction, prendre la mesure de la gravité des charges », selon ses propres mots. À défaut d’une évoquée retraite dans une abbaye, ce fut donc un séjour écourté à Malte. Plus fastueux, sans que cela ne coûte cependant aucun euro au contribuable rassurez-vous.

Simple remarque : dans Le Figaro du 11 Mai, Anne Fulda, ex compagne de Nicolas Sarkozy, fait devoir de mémoire en refaisant l’historique des escapades fastueuses des Présidents, histoire peut-être de relativiser celle de l’actuel.

(more…)