Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

« Depuis que tu es à l’Elysée, je suis inquiet » 13.03.08

leotardcavamalfinir.jpg

François Léotard publie « Ça va mal finir », livre plein d’ironie et de sévérité envers le nouveau président. L’ancien ministre a voté Bayrou au premier tour, Sarkozy au second. Il y croyait. Mais il avoue qu’il dort moins bien depuis.

Ils étaient deux ministres…

Ils ne sont pas de la même droite, mais ils gouvernèrent un temps ensemble. L’un aux armées de la France, l’autre aux bourses de l’Etat. Il y a quinze ans. Entre 1993 et 1995.

A cette époque ministre du Budget du gouvernement Balladur, Sarkozy fait ses classes. Bientôt, il saura trahir tout seul. A cette époque, c’est l’anti-bling bling. Ça ne l’empêche pas de commencer à rêver d’un destin glamour et présidentiel. Un rêve que François Léotard, ministre de la Défense du même gouvernement, a longtemps caressé. Mais la roue a tourné pour ce golden boy de la classe politique eighties : il sera pris dans la tourmente du financement des partis (dix mois de prison avec sursis pour blanchiment dans l’affaire du financement occulte du Parti Républicain), dans les turpitudes de l’intervention au Rwanda, et dans les affres occultes de la politique sauce PACA (avec Marchiani aux commandes). Politiquement, Léotard est fini.

François Léotard a toujours dit que la guerre et la Shoah avaient fondé les bases de son engagement politique. Aussi, il n‘est pas illogique qu’en ce début 2008, il soit un des « opposants de droite » à Nicolas Sarkozy.

Aujourd’hui, celui qui est à présent écrivain (treize livres dont quatre romans) publie « Ça va mal finir« , livre plein d’ironie et de sévérité envers la nouveau président. Léotard a voté Bayrou au premier tour, Sarkozy au second. Il y croyait. Mais doit aujourd’hui avouer : « J’ai voté Nicolas Sarkozy, mais dors mal depuis. » (more…)