Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Sarkozy, un historien approximatif 06.04.08

« Ce qu’il y a d’effarant dans le livre de Sarkozy ».

« Il y a le plagiat, la bourde, et le plagiat de la bourde. Ou le mimétisme… Mais pas seulement » juge Adrien le Bihan, auteur de la Fourberie de Clisthène procès du biographe élyséen de Georges Mandel. L’écrivain analyse, pour la première fois, la biographie de Mandel écrite par Nicolas Sarkozy, lorsqu’il était ministre du budget en 1994. Il relève plusieurs erreurs historiques et « l’effacement troublant » par Sarkozy des contacts du général de Gaulle avec Mandel.

Le Contre-journal (Karl Laske). Vous venez de publier La Fourberie de Clisthène, procès du biographe élyséen de Georges Mandel, pour être clair vous parlez de « Georges Mandel, le moine de la politique » écrit par Nicolas Sarkozy, pourquoi la fourberie de Clisthène ?

Adrien Le Bihan. Parce qu’il m’a semblé que ce livre était fourbe. Pour aller au point qui m’a retenu le plus longtemps, Sarkozy en écrivant cette biographie se débarrasse du Général de Gaulle, or comme nous savons que de loin, et très indirectement, il lui doit quand même beaucoup, cela m’a paru une fourberie.

Le Contre-journal. Pourquoi Clisthène ?

Adrien Le Bihan. J’ai découvert ce personnage dans Le trait empoisonné, où Pierre Vidal-Naquet répond à Thierry Wolton qui répandait la rumeur que Jean Moulin avait été un agent soviétique. Vidal-Naquet en vient à évoquer les processus d’héroïsation et d’anti-héroïsation des personnages dans l’antiquité. Il rapporte qu’un Clisthène, grand père du réformateur athénien du même nom, avait voulu chasser de sa cité les reliques d’un personnage qui lui déplaisait. La Pythie le lui interdisant, il leur juxtaposa les reliques d’un autre. Je me suis dit : tiens c’est comme Sarkozy dans sa biographie de Mandel, il n’attaque jamais De Gaulle, mais simplement, il ne le mentionne quasiment jamais, du moins à partir de l’Occupation, il le fait passer à la trappe et tous les hommages sont dirigés vers un autre personnage qui est Mandel. (more…)