Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Arrêt sur Images : aujourd’hui j’arrête ! 09.02.09

pause

Dans l’affaire Kouchner Vs Péan (alias « Le Monsieur », dixit Sarkozy), on atteind des sommets…

Ce matin, je reçois dans ma boîte mail La gazette d’@rrêt sur images, n° 58. Ce sera la dernière. Ce lundi 9 février, je me désabonne. Voici la dite gazette :

.

gazette

.

« De grâce ne vous contentez pas de la fin de l’émission« . Pourtant, surlignés en jaune, les propos qui s’y réfèrent et y invitent sont nettement plus nombreux que ceux concernant « la première partie« . La méthode Schneidermann a toujours été celle-ci : la présence de [pseudo] révélations autorise le racolage sauce TF1. J’avais fini par boycotter la version télé de l’émission. J’ai espéré que loin de la pression de l’audimat, le site ne tombe pas dans le même ecueil. Las : je prend le même chemin avec la version internet.

.

Voici la vidéo :

.

Ci-dessous, la retranscription de l’échange. « Ce n’est pas une raison pour ne pas poser les questions » nous dit Daniel Schneidermann. « Vous jugerez« . À vous de juger, donc,  si l’interview ne prend pas de faux airs d’interrogatoire :

D.S : « Cosmopolistisme, c’est un mot qui a été extrêmement  fréquemment utilisé par les antisémites des années 30 pour désigner la finance cosmopolite, les banquiers cosmopolites, la ploutocratie cosmopolite. J’imagine que vous connaissez ça par coeur puisque vous vous êtes intéressé à cette période. Pourquoi avoir utilisé des mots comme celui-ci ? Puisque, vous m’avez dit là en arrivant que vous étiez extrêmement blessé par les imputations d’antisémitisme qui vous sont faites depuis la sortie du livre. Pourquoi frôler la ligne jaune ?« .

P.P : « Écoutez, je me retrouve dans une position d’accusé. J’ai utilisé ce mot comme j’aurais utilisé ce mot d’universalisme« .

D.S : « C’est pas la même chose ! Vous êtes écrivain Pierre Péan, vous connaissez le poids d’un mot plutôt que d’un autre. Par exemple, le mot cosmopolitisme vous connaissez son utilisation des années 30 ? »

P.P : « C’est pas parce que ce terme a été dévoyé pendant quelques années effectivement par une extrême-droite antisémite, surtout à la fin des années 30 et au début des années 40, que… Ce que vous laissez entendre, c’est qu’on ne peut plus utiliser ce mot. »

D.S : « On fait attention, on est écrivain, donc on fait attention aux mots qu’on choisi. Est-ce que au moment où vous l’utilisez, vous le couchez par écrit dans votre livre, est-ce que vous vous dites… Vous ne pressentez pas ? »

P.P : « Ben non, sinon sans ça, si je l’avais pressenti… Et tous les gens qui l’ont lu non plus. C’est sûr que voyant tout ce que j’entends, là, depuis quelques jours, je le réécrirai, je ne réécrirai plus la même chose. Parce que c’est évidemment pas dans ma tête… à un quelconque moment, pensé antisémitisme« .

D.S : « Si vous deviez réécrire le livre aujourd’hui… »

P.P : « J’enlèverai le mot, évidemment ! Quand je vois l’impact de ce mot… Je l’enlèverai, voilà. »

D.S : « Bon, écoutez. Que vous dire ? Je ne suis pas dans le secret de vôtre âme. Mais s’agissant d’un écrivain, d’un enquêteur chevronné, il y a des imprudences de plumes qui laissent un peu sans voix. »

P.P : « Et qui sont, si je vous entend bien, révélatrices? »

D.S : « J’en sais rien, je ne conclut pas, je ne suis pas dans le secret de vôtre âme. »

Pierre Péan met fin à l’entretien.

.LeL

Les preuves apportés par Pierre Péan dans son ouvrage, parce qu’elles sont nombreuses,  ne permettent pas vraiment à Bernard Kouchner de se défausser en plaidant non coupable. Au lieu de nier les faits en bloc, il est donc plus simple de jouer, quasi la larme à l’oeil, la carte de l’attaque antisémite. Les médias, chaque jour davantage à la botte du gouvernement, sautent allègrement sur l’occasion, et Arrêt sur Images avec eux. Mais comme le suggère Stéphane Guillon : « avec toutes ces conneries, il ne faudrait pas laisser filer les vrais antisémites comme Dieudonné ou fermer les yeux sur les vraies trahisons comme fricoter aver Omar Bongo quand on fait de l’humanitaire« .

.

.

Au sujet de Daniel Scneidermann :

À voir (ou revoir) : Enfin Pris ?, un film de Pierre Carles.

 

« Quand il y a une grève en France… » 28.01.09

Filed under: < Société : Divers — eilema @ 8:52
Tags: , ,

.

Et là, tu nous as vu ?

.

image-8

 

La pauvreté des Français est en hausse 04.05.08

Filed under: < Société : Divers — eilema @ 10:15
Tags:

Un accablant rapport annuel sur la pauvreté et l’exclusion sociale en France vient d’être rendu : 12,1% des Français vivent sous le seuil de pauvreté et 7% des travailleurs sont pauvres.

Source : On Refait Le Monde (RTL/30.04.08)

 

La police s’apprête-t-elle à ficher les homosexuels ? 19.04.08

Le fichier informatique Ardoise permettra de préciser si une victime, un témoin ou un suspect est homosexuel, SDF, syndicaliste…

Pas encore en service, le prochain système d’exploitation des données de la Police, baptisé Ardoise fait déjà débat. Recueillant les informations lors des enquêtes de police et de gendarmerie, il devrait remplacer les actuels logiciels Stic et Judex. Lundi 14 avril, le Collectif contre l’homophobie (CCH), basé à Montpellier, a saisi la la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde) et la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) pour s’opposer à sa mise en oeuvre. L’association dénonce un recueil abusif de données à caractère personnel par ce logiciel.

Lorsque les fonctionnaires rempliront le ficher Ardoise, une fenêtre s’ouvrira leur demandant de spécifier « l’état de la personne ». Etat qui pourra contenir des données personnelles comme savoir si elle est homosexuelle, handicapée ou représentante syndicale ; quel que soit son rapport avec l’affaire en cours, simple témoin, victime ou suspecte.

Averti par des fonctionnaires de police en formation sur Ardoise, le Collectif contre l’homophobie s’inquiète de la possibilité de création de fichiers catégoriels. Pour l’association, la police doit qualifier des faits et non pas « profiler des personnes« . « Rien n’exclut qu’ici où là quelqu’un fasse des extractions des données« , explique Hussein Bourgi président du CCH.

De son côté, le ministère de l’Intérieur joue l’apaisement. Selon lui, les fichiers Ardoise ne contiendront pas d’informations qui ne figuraient pas déjà dans le logiciel Stic employé jusqu’à aujourd’hui. En effet, ces fichiers contiennent bien une entrée « état de la personne », mais qui n’était remplie que pour la victime et le suspect. Ardoise ne serait qu’une modernisation des précédents logiciels et permettrait l’unification des données détenues par la gendarmerie et la police.

Le porte-parole du ministère, Gérard Gachet, fait valoir que « lors d’une affaire avec des circonstances aggravantes comme une agression de personne homosexuelle, il faut bien que ces renseignements apparaissent quelque part« . Mais ce type d’information n’apparaît pas lorsque la personne est hétérosexuelle fait valoir le CCH. Ces informations doivent aussi aider les enquêteurs à résoudre certaines affaires et elles ne seront d’ailleurs renseignées que si elles ont un lien avec l’affaire assure le ministère: « Un avertissement clair sera affiché à ce propos. »

Quant à la date d’entrée en vigueur de ce système d’exploitation, le porte-parole du ministère avoue qu’il « ne sait pas » lui-même quand elle aura lieu. Elle devait intervenir au second semestre 2008, mais les tests (à Ecully, en région Lyonnaise) et les formations ne sont pas encore finies. De plus le logiciel devra être validé par la Cnil avant d’être installé.

Article : Rue89

 

Allocations Familiales : Nouveau calcul 17.04.08

.

L’intervention de Nadine Morano :

.

.

Pour rappel, les propos tenus – et la promesse non tenue – par Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle :

.

 

L’obsession nègre perd son poète : Aimé Césaire est mort

Filed under: < Société : Divers — eilema @ 10:37
Tags: ,

Articles : Rue89 I Le Monde I Liberation

 

Handicap : les annonces insuffisantes de Sarkozy 25.03.08

handicapemploi.jpg

Handicap: les annonces de Sarkozy sont « insuffisantes » pour le collectif Ni Pauvres, Ni Soumis.

Une centaine d’associations de handicapés et de victimes de maladies invalidantes, regroupées au sein du collectif « Ni Pauvres, Ni Soumis » juge « très largement insuffisante » la décision du président Nicolas Sarkozy de revalorisation de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) à hauteur de 5% pour 2008.

Une mesure insuffisante « tant par son montant que par le fait qu’elle exclut toutes les personnes sous le seuil de pauvreté vivant avec des pensions d’invalidité ou des rentes accident du travail« , réagit le collectif dans un communiqué, renouvelant son appel à une manifestation nationale à Paris samedi prochain, de la place de la République aux abords de l’Elysée, pour « un revenu d’existence décent« .

Exhortant M. Sarkozy « à regarder la réalité en face« , le mouvement demande « le principe d’un revenu d’existence à la hauteur du SMIC brut pour toutes les personnes en situation de handicap ou atteintes de maladie invalidante pour lesquelles il est reconnu soit une incapacité de travailler, soit des difficultés majeures et durables pour accéder à un emploi (en prenant en compte tous les obstacles rencontrés pour accéder à un emploi, obstacles variables selon les personnes)« .

« Ni Pauvres, Ni Soumis » demande aussi « un dispositif incitatif vers l’emploi de type RSA permettant un meilleur cumul « revenu d’existence » et « revenu du travail » pour éviter tout effet de seuil qui ferait que des personnes accédant à un travail se retrouvent avec des ressources moindres« .

Pour sa part, le Parti communiste, estimant que la revalorisation de l’AAH portera cette dernière à 650 euros par mois, parle de « véritable camouflet pour tous ceux qui se battent pour un revenu minimum d’existence au moins égal au SMIC« . Avec cette mesure, M. Sarkozy « fait le choix de maintenir toute une partie de la population dans une situation de précarité extrême; en Europe, on est considéré comme pauvre avec moins de 800 euros par mois« .

Source : Associated Press