Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Sarkozy en off fait peur 09.12.07

Filed under: > Sarkozy : Le Vrai Sarkozy — eilema @ 5:43
Tags:

Place Beauvau, février 2007. Nicolas Sarkozy et sa porte-parole Rachida Dati reçoivent des associations de Nanterre après que le Ministre de l’Intérieur ait décommandé sa visite en banlieue dans le 92.

Les médias n’étaient pas conviés à cette réunion publique. Icecreamtv a filmé cet entretien.

« Je viens du bas. J’ai pas commencé par les cabinets ministériels, j’ai pas hérité. […] J’ai monté tous les échelons. Si tous les autres ils s’étaient pas vautrées, ils s’étaient pas gourrés, c’est pas un mec comme moi qui y serait arrivé. Parce que vu de vous, moi je fais élite ; mais vu des élites, moi je fais enfant des quartiers. […] Je me suis battu plus qu’aucun autre. Ils ont tous voulu me tuer, mais je suis toujours là.

[…] La communauté turque elle s’intègre pas. Ils parlent entre eux, ils se marient entre eux, ils vivent entre eux.

[…] Pourquoi a-t-on plus de problèmes avec des enfants originaires d’Afrique qu’avec les enfants originaires du Maghreb. Faut réfléchir à ça. Pourquoi ? Et bien mon explication, c’est que la famille maghrébine a mieux tenu que la famille africaine.

[…] Quand je choisis Rachida Dati pour être ma porte-parole, le fait qu’elle soit Rachida, ça compte. Ça empêche pas qu’elle a un talent fou, et que je l’aime.

[…] On ne devient pas un tortionnaire et un assassin entre 22 et 24 ans. Mon idée c’est que le plus tôt on intervient sur des enfants violents, le plus on a une chance de les empêcher de devenir des assassins. Si vous prenez, déjà à l’école maternelle, vous voyez des gamins qui sont en situation de souffrance qui se traduit par un comportements violents. Tous les gens qui ont des problèmes avec la police et avec la justice ont eu à un moment des troubles du comportement. Il faut donc le plus tôt possible qu’on puisse intervenir. Si nous intervenons sur un jeune de 16 ans, vous n’avez aucune chance de corriger ses troubles, c’est très tard.

[…] Sur l’islam et sur les musulmans, j’aurais pas du parler du mouton, là. […] Vous vous mettez dans le truc : j’ai cent gugus que j’ai jamais vus de ma vie, je suis bombardé de questions. Je viens de me faire alpaguer par l’homosexuel. J’ai rien contre en tant que tel. Je m’en sors sur la différence entre l’amour, le désir, le contrat d’union civile, etc. Là-dessus, j’ai l’autre, la harpie, là, qui me prend. 10 millions de téléspectateurs, 2 heures vingt, et vous me dites : Ah, dites-donc, là mon vieux, vous auriez pas du le dire ».

 

Sarkozy, le [Soft]Nationaliste 02.11.07

https://i2.wp.com/img291.imageshack.us/img291/427/lepenumpsarkozywx9.jpg© Cabu

Gérard Noiriel (historien*), à propos du nationalisme selon Nicolas Sarkozy :

« Quand on regarde ses discours, on peut pointer des critères qui nous permettent de parler de nationalisme au sens classique du terme. Le nationalisme, si on prend le sens du dictionnaire, c’est une exaltation de l’identité nationale – c’est à dire du « nous » national – par opposition aux étrangers. Et cette opposition entre « eux » et « nous », on la retrouve dans ses discours de manière tout à fait évidente, et illustrée par l’exemple de l’immigration.

Le deuxième élément qu’on peut pointer, c’est l’une des références – parmi les nombreuses références historiques faites par le candidat – une qui me parait entièrement fondée. C’est la référence à Maurice Barrès. Maurice Barrès est un écrivain qui a été le chef de file du courant anti-dreyfusard, qui affirmait lors du procès de Dreyfus qu’il était persuadé que Dreyfus était coupable en raison de sa race . Quand on se réfère à Maurice Barrès comme l’un des inspirateurs de sa pensée, il faut au moins avoir le courage d’assumer cette affiliation !

Barrès se définissait, lui, comme nationaliste. C’est le père fondateur du nationalisme français. Il se référait à la fois à Jeanne d’Arc et à la Commune de Paris, vous avez ces références droite gauche. Tous ces éléments qui ont été repris à un moment ou un autre dans les discours de Nicolas Sarkozy, sont effectivement empruntés au nationalisme barrésien . Et je dis que c’est un « nationalisme-soft » parce que ce nationalisme aujourd’hui n’a plus les implications qu’il a eu dans le passé.

Barrès a été élu député en 1893 sur la base d’un programme qui était « Non aux Étrangers », uniquement centré sur l’expulsion des étrangers. Dans la définition de l’identité nationale, et l’opposition à l’immigration, on retrouve une constante dans l’histoire contemporaine de la France, et c’est cela qui nous semble extrêmement inquiétant. »

[*Lors de la création du ministère de l’Immigration ET de l’Identité Nationale, il avait – avec d’autres historiens et chercheurs – démissionné de son poste à la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration (CNHI)♥Là-bas si j’y Suis, France Inter, le 10/10/07]

 

Sarkozy en Bretagne : Qui a eu cette idée de demeuré ?

Filed under: > Sarkozy : Le Vrai Sarkozy — eilema @ 1:30
Tags:

//iledere.parti-socialiste.fr/files/m-drapeau_breton_gwenn_ha_du.JPG” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

« Qu’est-ce qu’on va foutre dans un centre opérationnel sinistre à regarder un radar ? Vous vous êtes renseignés sur la météo ? Qui a eu cette idée de demeuré ? (…) Je me fous des Bretons. Je vais être au milieu de dix connards en train de regarder une carte ! (…) Derniers jours de campagne dans une salle à voir une carte ! Grand sens politique vraiment ! »

C’est les propos peu amènes qu’aurait tenu Nicolas Sarkozy à l’occasion de l’un de ses déplacements en Bretagne. Adressés à son directeur de campagne, ils sont repris dans le livre de Yasmina Reza, L’Aube, le soir ou la nuit.

 

Sarkozy aime l’Amérique, pas ses journalistes 30.10.07

Filed under: > Sarkozy : Le Vrai Sarkozy — eilema @ 6:28
Tags:

https://i0.wp.com/www.liberation.fr/actualite/evenement/evenement1/_files/file_272005_348193.jpg © Reuters

Enième accroc dans une relation très mouvementée: le Président claque la porte d’une interview avec CBS.

Nicolas Sarkozy lève les yeux au ciel. « L’imbécile! » Au beau milieu de son interview avec la chaîne CBS, il décroche le micro de sa veste et se lève. « Au revoir, merci… », dit-il en tournant les talons. Lesley Stahl, la journaliste, défend la question qui semble avoir provoqué le départ du président français: « What was unfair? » (« Qu’est-ce que j’ai dit de déplacé? »). Il répond sèchement, avec un geste de la main: « Allez ! » C’était avant l’annonce du divorce, la question portait sur le sujet sensible.

C’était la bande-annonce du magazine d’information 60 Minutes, diffusé dimanche soir sur la chaîne CBS. Au cours du programme, on le voit de mauvais poil pendant la séance de maquillage, puis refuser de mettre un micro pendant une interview dans un avion. L’« imbécile », à en croire le commentaire de la chaîne, n’est autre que son porte-parole, David Martinon.

(more…)

 

Sarkozy et le rugby : une belle histoire de PIB 17.10.07

Filed under: > Sarkozy : Le Vrai Sarkozy — eilema @ 9:30
Tags:

//ak.cdiscount.com/pdt/0/0/1/1/d/9782754003001.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Nicolas Sarkozy le lendemain de la défaite de l’équipe de France : « On a perdu connement, dit-il à ses conseillers. Moi, je ne connais pas toutes les subtilités de ce jeu, mais tout le monde me dit qu’on a joué comme des pieds et avec une stratégie stupide. Ce que je sais, en revanche, c’est que cet échec fait du mal au moral et qu’il nous coûte 1 point de PIB » (1).

(1) Le Canard Enchaîné du Mercredi 17 Octobre 2007.