Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Nicolas Le Couard 04.10.08

Filed under: > Sarkozy : Le Vrai Sarkozy — eilema @ 5:24
Tags:

Comme nous l’apprend Sarkostique, ce vendredi 3 octobre, Nicolas Sarkozy devait prononcer un discours devant 10 000 jeunes européens réunis au palais omnisport de Bercy. Informé que l’idée ne semblait pas enchanter les dits jeunes, le courageux a préféré annuler le déplacement.

.

[Dailymotion id=x6ycff]

 

Le nouveau Sarkozy 23.03.08

Pour la seconde fois il nous l’avait assuré : il allait changer. Cette fois-ci, il a tenu parole. Exit le « casse-toi pauvre con », bienvenue au sourire narquois et condescendant. Une seule interrogation reste désormais de mise : lequel des deux Sarkozy est le moins détestable ?

.

 

Le calme sarkozyen 26.02.08

.
Merci Bakchich…
 

« Casse-toi pauv’con » : explications et réécriture

cassetoi.jpg

Interrogé lundi par une lectrice du Parisien à propos de l’échange du Salon de l’agriculture, Nicolas Sarkozy raconte qu’il était bousculé, qu’un « grand type » s’est collé à lui, l’a insulté : « Je lui ai dit ok, ne me serre pas la main, casse-toi si tu veux« , et ce, selon le Président, « pas agressivement« . Il omet de citer le « pauv’con« . Puis il s’interroge : « Fallait-il lui dire merci monsieur, c’est gentil de votre part? » et commente : « Ce n’est pas parce qu’on est président de la République qu’on doit être un président guimauve, un président sur lequel on peut s’essuyer les pieds. Le Président n’a pas plus de droits, moins de droits que les autres. »

Il exprime toutefois un léger regret : « J’aurais pas dû lui dire casse toi si tu veux, j’aurais dû lui dire « pffff », comme je le fais toujours. »

A la fin de la réponse, il donne ce conseil à la dame, avec référence à la cour d’école, donc : « Je m’appelle Sarkozy… Depuis la cour d’école, personne ne peut dire que j’ai baissé les yeux quand j’étais dans mon bon droit. Dites à vos enfants qu’il ne faut pas baisser les yeux quand on n’a rien à se reprocher. »

Dans le quotidien publié mardi, après relecture et lissage de l’Elysée, le texte est devenu :

« Il est difficile même quand on est Président de ne pas répondre à une insulte. J’ai sans doute les défauts de mes qualités. Ce n’est pas parce qu’on est le Président qu’on devient quelqu’un sur lequel on peut s’essuyer les pieds. Cela étant, j’aurais mieux fait de ne pas lui répondre. »

Le Parisien, dans sa version papier, précise qu’il a reçu lundi soir, tard, la version « corrigée et amendée » de cet entretien. Le retour de la copie aurait eu lieu après 23h.

Source : Rue89 I Illustration © Chimulus

 

Sarkozy : « Casse-toi alors, pauvre con ! » 23.02.08

Chaque rencontre de Nicolas Sarkozy avec le monde de la pêche ou de l’agriculture nous offrira-t’elle systématiquement un inoubliable moment de poésie ?

La séquence filmée a été diffusée dans la soirée sur le site Le Parisien.fr. Aussi entouré que faussement souriant, le chef de l’Etat prenait un bain de foule et serrait des mains quand un visiteur lui a lancé: « ah non, touche-moi pas ». « Casse-toi, alors », a répondu M. Sarkozy. « Tu me salis », a enchaîné le badaud. « Casse-toi alors, pauvre con » , a répliqué le président. Interrogé samedi soir sur l’incident, l’Elysée s’est refusé à tout commentaire.

NOTE : La vidéo étant supprimée au fur et à mesure de Dailymotion qui la censure, différentes sources ont été ajoutées (Cliquez sur lire la suite si la première n’est plus accessible). Ou regardez la vidéo sur LeParisien.fr

(more…)

 

Virage à [l’Extrême] droite 25.01.08

Filed under: > Sarkozy : Le Vrai Sarkozy — eilema @ 5:50
Tags:

Nicolas Sarkozy, qui prône l’ouverture, est depuis longtemps déjà entouré d’un certain nombre d’ex fervents militants d’extrême droite.

Patrick Devedjian était, dans les années 1960, un membre actif du mouvement de la droite radicale Occident, tout comme Gérard Longuet, Alain Madelin, Hervé Novelli, Claude Goasguen, Anne Méaux, Alain Robert.

Il faut croire que la liste n’était pas assez longue : un nouveau membre vient donc s’y greffer : Gérard Gachet, ex militant du PFN, devient porte-parole du ministère de l’intérieur.

.

sarkolp.jpg

Extraits d’un article d’Isabelle Mandraud [Le Monde I 24.01.08] :

En quête d’un porte-parole pour son ministère de l’intérieur, Michèle Alliot-Marie a nommé au mois de janvier un ancien compagnon de route de l’extrême droite. Pour une part, le profil de Gérard Gachet, nouveau venu dans le paysage des porte-parole dont la mode se répand au gouvernement, répond aux canons actuels du genre : ancien journaliste au Figaro, puis directeur de la rédaction de l’hebdomadaire Valeurs actuelles de 2000 à 2007, chroniqueur sur I-Télé, il a été élu en 1983 conseiller du 19e arrondissement de Paris.

Mais, plus discrètement, il a aussi milité à l’extrême droite, au Parti des forces nouvelles (PFN) dans les années 1970, à partir du lycée Condorcet où il a étudié. « Un engagement de jeunesse, admet M. Gachet, comme d’autres ont été trotskistes, mais de l’autre côté. J’étais très motivé par 1968, la guerre du Vietnam et la détestation du communisme » .Créé en 1974, issu d’Ordre nouveau, le PFN fut, jusqu’en 1981, le principal rival du Front national et opta pour une stratégie radicalement différente en prônant des accords avec la droite. La plupart de ses cadres finirent par rallier le Centre national des indépendants et paysans (CNIP).

Sans complexe.

L’engagement passé de M. Gachet lui vaut de figurer sur des sites Internet d’extrême droite qui n’hésitent pas à faire son « outing » – la plupart du temps en termes peu amènes.

Sur le blog Synthèse nationale, Roland Hélie, qui fut l’un des dirigeants du PFN, rend hommage au livre rédigé par M. Gachet, La France sans complexe paru en 2007 (éditions du Rocher). « Je connais Gérard Gachet depuis une trentaine d’années, écrit-il. Dans les années 1970, nous avons fréquenté pour ainsi dire la « même école » et il en reste toujours un petit quelque chose (…) Même si nous n’arrivons pas toujours aux mêmes conclusions, ses analyses et ses critiques sont toujours aussi pertinentes… »

Ce recueil de chroniques parues dans Valeurs actuelles, qui laissent une large place au thème de l’immigration, a nourri également le blog Sans complexe que M. Gachet a interrompu avec sa nomination place Beauvau.

Il publiera un nouvel essai au mois de mars, Mai 68, la grande arnaque (éditions Alphée), consacré à ses « victimes ». Il assure pourtant : « Mes idées, mes opinions personnelles, je les mets entre parenthèses au ministère » . Sa mission, Mme Alliot-Marie l’a ainsi définie : devenir la « voix qui représentera l’institution dans son ensemble, sous toutes ses facettes et toutes ses missions » telles que la police, les cultes ou bien encore l’outre-mer. Il devra « valoriser l’action du ministère (…) ou encore mettre en place une politique de communication », mais cette voix officielle, précise la place Beauvau, ne représentera ni la ministre, ni son cabinet.

 

2008 : une année dure et exigeante 13.01.08

Filed under: > Sarkozy : Le Vrai Sarkozy — eilema @ 4:12
Tags:

https://i0.wp.com/img145.imageshack.us/img145/2089/sarkozylepencopainscommje2.jpg

« 2008 sera une année dure et exigeante », a affirmé Nicolas Sarkozy lors de ses vœux à l’Elysée.

Sarkozy est en difficulté sur le plan social, car ses promesses sur le pouvoir d’achat montrent leur vacuité et leur caractère mensonger.
Face à la chute de sa popularité, il a recours à sa ressource préférée, au fétiche qui lui a ouvert les portes du pouvoir : la démagogie sécuritaire et xénophobe. Le seul regret exprimé par Sarkozy lors de sa conférence de presse élyséenne porte sur le nombre insuffisant d’expulsions d’étrangers.
Il faut donc s’attendre à voir beaucoup de déploiements policiers, de rafles et d’expulsions avant les municipales et au delà, à mesure qu’apparaîtront les fissures de la politique anti-sociale du président.
Ce recours était assumé et annoncé depuis plusieurs années. La récupération de l’ électorat du Front national a été considérée comme la clef de l’élection présidentielle.

Le livre de Yasmina Reza sur la campagne de Sarkozy, L’aube le soir ou la nuit, confirmait si besoin était que le président actuel a orienté sa campagne vers les électeurs du Front national. Extraits :

Non Daté
[Réunion avec son entourage, Nicolas Sarkozy parle] : « Je vous dis une chose. Si on n’avait pas l’identité nationale, on serait derrière Ségolène. On est sur le premier tour, mes amis. Si je suis à 30%, c’est qu’on a les électeurs de Le Pen. Si les électeurs de Le Pen me quittent, on plonge. »

Un nouveau livre, issu du sérail, témoigne à nouveau de cette préparation méthodique.
Extraits du livre Les hommes d’État de Bruno Lemaire ex directeur de cabinet de Villepin qui retrace le déroulement de la période 2006/2007, vu de l’intérieur du gouvernement.

9 mai 2006 [Petit déjeuner de la majorité à Matignon. Nicolas Sarkozy intervient.]
… il croise le regard de Dominique de Villepin : « Moi, je sais pas, la seule chose que je dis, c’est qu’il faut faire de la politique. Et pour faire de la politique, il faut cliver. On a le texte sur l’immigration: je dis pas qu’il est parfait, mais au moins on clive, les socialistes sont mal à l’aise. Et puis on a la prévention de la délinquance : je dis pas que c’est bien ou pas, la prévention de la délinquance, je dis que les Français attendent ça, ils veulent qu’on soit ferme, et ils voient que les socialistes sont mal à l’aise. Alors qu’est-ce qu’on attend ? C’est que du bonheur, ça ! »

13 juin 2006 [En présence de Bruno Le Maire et de Claude Guéant, Dominique de Villepin reçoit à déjeuner Nicolas Sarkozy, qui fait le point sur la situation politique.]
 « Le Pen, en ce moment, il engrange. Il engrange un maximum. Moi, je dis jamais du mal des électeurs de Le Pen, jamais. Les électeurs de Le Pen, je dis toujours que c’est des victimes. Des victimes de quoi ? J’en sais rien. Mais c’est des victimes. Pour nous, l’élection de 2007 se jouera sur les électeurs de Le Pen. On les prend, on gagne. On les prend pas, on perd. » (more…)