Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

« Casse-toi pauv’con » : explications et réécriture 26.02.08

cassetoi.jpg

Interrogé lundi par une lectrice du Parisien à propos de l’échange du Salon de l’agriculture, Nicolas Sarkozy raconte qu’il était bousculé, qu’un « grand type » s’est collé à lui, l’a insulté : « Je lui ai dit ok, ne me serre pas la main, casse-toi si tu veux« , et ce, selon le Président, « pas agressivement« . Il omet de citer le « pauv’con« . Puis il s’interroge : « Fallait-il lui dire merci monsieur, c’est gentil de votre part? » et commente : « Ce n’est pas parce qu’on est président de la République qu’on doit être un président guimauve, un président sur lequel on peut s’essuyer les pieds. Le Président n’a pas plus de droits, moins de droits que les autres. »

Il exprime toutefois un léger regret : « J’aurais pas dû lui dire casse toi si tu veux, j’aurais dû lui dire « pffff », comme je le fais toujours. »

A la fin de la réponse, il donne ce conseil à la dame, avec référence à la cour d’école, donc : « Je m’appelle Sarkozy… Depuis la cour d’école, personne ne peut dire que j’ai baissé les yeux quand j’étais dans mon bon droit. Dites à vos enfants qu’il ne faut pas baisser les yeux quand on n’a rien à se reprocher. »

Dans le quotidien publié mardi, après relecture et lissage de l’Elysée, le texte est devenu :

« Il est difficile même quand on est Président de ne pas répondre à une insulte. J’ai sans doute les défauts de mes qualités. Ce n’est pas parce qu’on est le Président qu’on devient quelqu’un sur lequel on peut s’essuyer les pieds. Cela étant, j’aurais mieux fait de ne pas lui répondre. »

Le Parisien, dans sa version papier, précise qu’il a reçu lundi soir, tard, la version « corrigée et amendée » de cet entretien. Le retour de la copie aurait eu lieu après 23h.

Source : Rue89 I Illustration © Chimulus

 

One Response to “« Casse-toi pauv’con » : explications et réécriture”

  1. […] Discours du Président: Même les dires du mini Napoléon sont filtrés, passés au crible puis épurés, pour être politiquement corrects. Incroyable mais vrai, le président ne contrôle même plus ce qu’il dit, ce sont les conseillers de l’Elysée qui sont en charge de faire parler, correctement, la marionnette. Ainsi, le site web Sarkopithèque va encore plus loin sur ce qu’on savait déjà, à savoir le rajout par le journal le Parisien, de la phase d’excuse du Président pour ses propos lors du Salon de l’Agriculture: “Cela étant, j’aurais mieux fait de ne pas lui répondre.” On apprend ainsi que l’intégralité des propos tenus a été retravaillée. D’une jeune racaille locataire du 7-5, on arrive à un discours de Président de la Vème République au Palais de l’Elysée. “Ce n’est pas parce qu’on est président de la République qu’on doit être un président guimauve, un président sur lequel on peut s’essuyer les pieds. Le Président n’a pas plus de droits, moins de droits que les autres.“ donne: “Il est difficile même quand on est Président de ne pas répondre à une insulte. J’ai sans doute les défauts de mes qualités. Ce n’est pas parce qu’on est le Président qu’on devient quelqu’un sur lequel on peut s’essuyer les pieds. Cela étant, j’aurais mieux fait de ne pas lui répondre.“ Plus de détails sur le Sarkopithèque site web: ici […]


Les commentaires sont fermés.