Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

L’Élysée Censure Un Titre de Carla Bruni ? 01.02.08

brunikichka.jpg © Kichka

Article de Vincent Nouzille [Bakchich]

Le troisième album de Carla Bruni devient une affaire d’État. Sa date de sortie ? Secret défense. Mais « Bakchich » a eu quelques indiscrétions : c’est prévu pour mars. Et le contenu d’une chanson, dédiée à Nicolas Sarkozy, et prétitré « Ma came » provoque beaucoup d’émois à l’Elysée.

Tout comme le mariage probable, l’événement est attendu avec anxiété. Espéré et redouté tout à la fois, dans les milieux artistiques autant que politiques. Au point de relever désormais de l’affaire d’État.

La sortie du troisième album de la chanteuse Carla Bruni n’est en effet pas encore officiellement annoncée. La maison de disque Naive, dirigée par Patrick Zelnik, qui produit l’artiste depuis ses débuts dans la chanson en 2002, ne donne, sur son site web, qu’une échéance lointaine pour la commercialisation de ce troisième opus Bruni : en août 2008. Un brin nerveux, les proches de la chanteuse, eux, restent évasifs quand ils sont interrogés sur ce sujet sensible par des journalistes : « la sortie sera annoncée quand elle sera annoncée » bredouillent-ils. Avant de préciser, à très haute voix, pour tenter de s’en convaincre : « c’est un disque NORMAL ! NORMAL ! »

Mais non. Depuis que la belle italienne a affiché son idylle avec le président de la République, plus rien n’est « NORMAL » dans la vie de Carla. Son futur album n’échappe pas à la règle. Sa date de sortie ? C’est un secret d’Etat, mais Bakchich peut vous le révéler : elle est théoriquement prévue en mars. La chanteuse continue de travailler encore ses textes et les enregistrements sont imminents. Mais le producteur, Naïve, s’interroge sur ce lancement peu commun. La chanteuse avait cartonné avec son premier disque en 2002, Quelqu’un m’a dit (2 millions d’exemplaires vendus, dont 700 000 à l’étranger), avant de décevoir un peu avec son deuxième album, No promises sorti en janvier 2007.

Cette fois-ci, faut-il espérer un rebond ou craindre un bide ? Son statut de future possible Première Dame va-t-elle drainer des curieux, ou provoquer des critiques assassines, le public délaissant son icône, comme l’opinion boude Nicolas ? Le pronostic est incertain. La maison de disques a reçu, ces dernières semaines, des exemplaires des anciens CD renvoyés directement par les fans avec des mentions peu amènes, comme « pour la discothèque de l’Elysée ». L’ambiance est fébrile, d’autant que Carla Bruni a aussi programmé une tournée en régions, au printemps.

Enfin, une anecdote mérite d’être contée, tant elle est révélatrice du caractère peu banal de cet album attendu. Carla Bruni a écrit une chanson, dédiée à Nicolas, qu’elle a intitulée « J’aime ma came » ou « Ma came ».

Mais voilà : prévenu du contenu et du titre envisagé de cette ode à son amoureux, l’Elysée a toussé. Beaucoup toussé. Une chanson qui assimile le Président de la République à une drogue ! Avec d’infinies précautions, Nicolas Sarkozy tente de faire comprendre à sa dulcinée que ce n’est pas forcément « politiquement correct ». Que ce pourrait même être gênant. Aux dernières nouvelles, la chanson controversée pourrait ne plus figurer dans l’album. A moins que Carla ne cède pas…