Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Borloo vs Kosciusko-Morizet 19.01.08

Borloo et Kosciusko-Morizet en Corse le 31 octobre (Philippe Wojazer/Reuters)

Combat de lucioles

Jean-Louis Borloo, super-ministre de l’Environnement et numéro deux du gouvernement, se dispute les lumières avec sa jeune secrétaire d’Etat, Nathalie Kosciusko-Morizet.

Notoirement exécrables, leurs rapports sont d’autant plus tendus que Borloo, qui n’a jamais fait carrière dans l’environnement, n’a pas affaire à une novice. Avec des compétences reconnues, NKM maîtrise parfaitement les dossiers dont elle a la charge. Pas assez âgée ni expérimentée pour prétendre à un portefeuille, l’ex-chiraquienne se voit également reprocher ses excès d’assurance et de prétention.

A cette entente imparfaite, s’ajoute le besoin raccord du duo d’exister et de s’imposer… chacun de son côté. Installé à ce poste suite à sa bourde sur la TVA sociale, Jean-Louis Borloo a parfois été rappelé à l’ordre par Nicolas Sarkozy, comme en septembre lorsque le radical a, pour la première fois, évoqué le gel des cultures OGM. Henri Guaino, (conseiller spécial de Nicolas Sarkozy), avait dû rétorquer : « La position de la France sera définie à l’issue du Grenelle de l’environnement par le président de la République et le Premier ministre. »

La première phase, fructueuse, du Grenelle passée, Borloo comme NKM ont récolté des points dans les sondages, si chers au président de la République. Le duo l’a ainsi accompagné en Chine. Un voyage dont le Canard Enchaîné a relaté les bisbilles d’invitations. Borloo se serait imposé d’un : « L’international, c’est moi. »

Parfois autoritaire, Borloo n’hésite pas à mettre NKM dans l’embarras. Lors de la visite du colonel Kadhafi, il s’est décommandé pour une signature de contrats… qu’a paraphés à sa place une NKM ridiculisée : elle n’avait pas pris connaissance du texte auparavant. Quelques semaines avant, elle parvenait à tenir tête à son ministre qui voulait lui imposer une traversée en ferry jusqu’à Ajaccio plutôt que le confort d’un avion. Ecologie oblige.

Elle, réputée ambitieuse, brigue la mairie de Longjumeau (Essone). Lui, ne cachant pas ses aspirations de chef, avait averti en novembre, lors de son élection à la tête du parti radical : « Ne me demandez pas d’être le leader d’un courant de l’UMP. »

Quelques années le séparent encore de 2012.

[Sources : Rue89]