Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Élève Sarkozy : peut mieux faire 14.01.08

sarkochirac.jpg

Le président de la République va remettre prochainement à ses ministres un bulletin de notes censé évaluer leur action. L’édito du Financial Times fait de même avec lui.

Communication : 9 sur 10. Nicolas Sarkozy dispose d’un incroyable talent pour faire passer ses idées auprès d’un public sceptique. C’est un communicateur né, à la hauteur d’un Bill Clinton ou d’un Tony Blair. Il a transformé les termes du débat politique.

Intelligence tactique : 8 sur 10. Nicolas Sarkozy est parvenu à damer le pion à ses opposants. Il a rallié à lui les poids lourds du Parti socialiste et il fait preuve d’une grande habileté avec les syndicats. Il lui faut maintenant mettre cet avantage tactique au service d’une stratégie.

Vision stratégique : 7 sur 10. Nicolas Sarkozy a identifié les principaux problèmes de la France et a exposé un projet de réforme particulièrement séduisant. Il a raison d’insister sur une réforme des marchés du travail et des biens et services. Mais il doit aussi s’attaquer aux excès de corporatisme et d’étatisme. Que recouvre sa « politique de civilisation » ?

Diplomatie : 6 sur 10. Nicolas Sarkozy s’est raccommodé avec Washington, ce dont on ne peut que se féliciter. Il a également joué un rôle important dans la résolution de la crise institutionnelle européenne. Toutefois, sa position sur la question des droits de l’homme a été affaiblie par sa recherche constante d’avantages commerciaux.

Cohérence intellectuelle : 4 sur 10. La cohérence n’est pas le fort de Nicolas Sarkozy. Par exemple, il accuse des fonds souverains étrangers d’investir dans un but autre qu’économique tout en demandant au fonds souverain français de faire la même chose. Nicolas Sarkozy ferait bien de se replonger dans un manuel de théorie des échanges commerciaux.

Discipline budgétaire : 4 sur 10. La décision de baisse d’impôts de Nicolas Sarkozy paraît plus avisée aujourd’hui que l’été dernier. Mais le président s’est privé de toute marge de manœuvre en cas de détérioration de la conjoncture.

Résultats : 3 sur 10. Nicolas Sarkozy n’en est encore qu’au début de son quinquennat, mais ses efforts n’ont pas donné pour l’heure beaucoup de résultats. Le ralentissement de l’économie mondiale n’arrange rien. Nicolas Sarkozy possède un goût immodéré pour les solutions gadget aux problèmes complexes. Il aurait tout intérêt à leur préférer plus souvent l’application de principes de bon sens.

Esprit d’équipe : 2 sur 10. Nicolas Sarkozy a constitué une équipe talentueuse. Mais il veut jouer à tous les postes et marquer tous les points. Au niveau européen aussi, Nicolas Sarkozy monopolise le ballon.

Retour sur investissement final : 6 sur 10. Nicolas Sarkozy possède une énergie phénoménale et un très fort potentiel. Il a créé le climat le plus propice à une réforme de la France depuis une génération. Mais il est vite surexcité et se laisse trop facilement distraire par les feux des projecteurs. Il est temps pour Nicolas Sarkozy de quitter ses habits de candidat pour endosser le costume de président et se préoccuper moins de la communication et plus de l’essentiel.

Courrier International (11 Janvier 2008)