Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

La double augmentation de Sarkozy 23.12.07

« Sarkozy, à défaut de soigner celui des Français, a su bichonner son propre pouvoir d’achat ».

acquis.jpg

On apprend dans Le Canard enchaîné que l’homme qui justifiait sa faramineuse augmentation de 206% par un souci de transparence perçoit toujours depuis le 6 mai son salaire de ministre de l’Intérieur !
On se souvient de l’augmentation du salaire présidentiel que s’était généreusement accordé Nicolas Sarkozy. Elle se justifiait par une volonté de « plus de transparence ». Du moins avait-il osé le prétendre – mais n’est-il pas celui-qui-ose-tout ? La bonne blague ! En fait de transparence, on a d’abord eu droit à la valse des chiffres : la majorité a commencé par évoquer 140% d’augmentation, avant de corriger à 172, jusqu’à ce qu’on s’aperçoive, grâce aux calculs précis de certains députés de l’opposition, que l’augmentation était en réalité de 206 % ! Le Président lui-même, pris la main dans le sac, en flagrant délit d’enrichissement personnel non justifié – il est déjà logé, blanchi et nourri dans le luxe inouï de notre monarchie républicaine -, avait tenté de noyer le poisson. De son explication embrouillée ressortait que Jacques Chirac, en plus de son salaire de Président, touchait un complément en retraites variées, pour lesquelles il avait cotisé durant sa carrière politique. Et que les Français ne le savaient pas et qu’il fallait désormais que tout se sache. On ne voit pas du tout la pertinence de l’argument mais passons. Ce qu’avait oublié de nous dire Sarko-la-transparence à ce moment-là, c’est que lui-même, depuis Mars et jusqu’à maintenant, avait demandé – et évidemment obtenu – de voir son salaire de ministre de l’intérieur prolongé jusqu’à la fin de l’année 2007.

La bombe explose dans le Canard enchaîné, relayée par Politique.net. Explication : pour permettre à un ministre de retrouver un emploi, le versement de son salaire est en effet maintenu durant 6 mois, c’est la règle. Sarkozy ayant démissionné en Mars, il aurait dû cesser de le toucher au 1er octobre, à condition de ne pas avoir trouvé le moindre boulot depuis le mois de Mars, or il est président de l’U.M.P. Et touche donc un maximum de ce côté là ! ! ! Or il a demandé à ce que cette rémunération de ministre de l’Intérieur, soit prolongée jusqu’au 1er janvier 2.008, jour d’entrée en vigueur de son augmentation officielle de 206%. Au nom de quelle justification ? Peut-être faut-il chercher du côté de Pierre Lellouche, inénarrable conseiller de Sarkozy, qui trouvait anormal que le Président soit payé comme « un petit cadre moyen« . Vous en connaissez beaucoup, des petits cadres moyens à 7.500 euros nets (d’argent de poche) ? La droite qui voudrait réconcilier les Français avec l’argent n’a aucune idée de la réalité du pays, aveuglée par son fol appât du gain : nouvelle illustration après celle donnée par Jean-François Copé, alors ministre du budget, pour qui les classes moyennes émargeaient à 4000 euros nets par mois ! Le même Copé qui cumule avec ses rémunérations d’élus un salaire d’avocat dans un cabinet d’affaires
Pour revenir enfin au sujet, en résumé, Nicolas Sarkozy, l’homme qui reprochait à son prédécesseur de toucher en catimini ses retraites en plus de son salaire de Président, justifiant ainsi sa propre augmentation, touche depuis le 6 mai non 7500 euros, rémunération normale du Président, mais 11 500 euros nets, en ayant conservé son salaire de ministre de l’Intérieur – qu’il n’est plus depuis fin Mars. En toute opacité : qui l’eût su sans la révélation du Canard ? Ajoutons qu’il ne s’agit pas de divagations de la part du palmipède puisque l’Élysée a… confirmé l’information ! « Ensemble, tout devient possible » : là-dessus au moins, Sarkozy ne mentait pas.