Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Kadhafi loves Paris, Sarkozy loves Kadhafi 15.12.07

Filed under: < International — eilema @ 1:49

13 Novembre 2007, Séance solennelle devant le Parlement européen. Nicolas Sarkozy ose :

« TOUS CEUX QUI ONT FAIT L’EXPÉRIENCE DE RENONCER À LA DÉFENSE DES DROITS DE L’HOMME AU BÉNÉFICE DE CONTRATS, N’ONT PAS EU LES CONTRATS, ET ONT PERDU SUR LE TERRAIN DES VALEURS. »

Un mois plus tard, Muammar Al-Kadhafi pose le pied sur le sol français.

Nicolas Sarkozy, après avoir dénoncé les excès de critiques contre cette visite, s’est comme à son habitude, placé en sauveur de l’équilibre mondial, en affirmant avoir fait « ce qu’il fallait faire, c’est à dire éviter à toute force un affrontement entre le monde musulman et le monde occidental ».

Après avoir usé du « J’ai changé » qui l’a propulsé à la tête de l’état, le chef de l’État abuse désormais du « Il a changé », qui (juge-t-il), l’autorise à accueillir avec faste ce notoire pourfendeur des Droits de l’Homme. (1)

La campagne de désinformation est ouverte. Nicolas Sarkozy et Claude Guéant, notamment, s’emploient donc à démontrer le bien fondé de cette visite au travers de la supposée rédemption du Colonel Kadhafi.

.

.

Assemblée Nationale, 12 décembre 2007 : Bernard Kouchner, parfaitement acquis à la cause Sarkozyste et assujetti à merveille au discours officiel, répond à Arnaud Montebourg. Du grand Kouchner, qui avale son chapeau à s’en étouffer…

.

.

Canal + : Face à Rachida Dati, Jean-Michel Aphatie tente de démontrer avec des éléments sinistrement récents, qu’il n’est guère question de rédemption chez Muammar Al-Kadhafi.

.

Rachida Dati répondra à cette intervention avec les arguments officiels déjà entendus ci-dessus. La vidéo complète Ici.

_

Des nombreuses voix qui se sont élevées contre le séjour en France de Muammar Al-Kadhafi, la plus médiatisée de toute aura sans nul doute été celle de Rama Yade, qui selon Claude Guéant, secrétaire général de l’élysée, « a exprimé une sensibilité, mais pas la voix de la France ».

Celle qui a désormais la colère systématique contre un gouvernement pour lequel elle continue néanmoins à travailler a ensuite durci le ton, en déclarant au Parisien/Aujourd’hui en France que : « Le colonel Kadhafi doit comprendre que notre pays n’est pas un paillasson, sur lequel un dirigeant, terroriste ou non, peut venir s’essuyer les pieds du sang de ses forfaits. La France ne doit pas recevoir ce baiser de la mort

Nouvelle instrumentalisation de la jolie demoiselle afin d’apaiser le courroux des opposants à cette visite ? Coup de pub de celle dont l’arrivisme supplante définitivement les principes ? Les deux, sans doute. Ce qui est indéniable, c’est que sur cette photo, prise à Tripoli le 25 Juillet 2007, Rama Yade semblait moins frileuse à l’égard du Colonel.

yadekadhafi.jpg

Ce jour-là, elle avait tenu des propos contrastant avec ceux tenus ce lundi 10 décembre : « La Libye cherche aujourd’hui à entrer dans le concert des nations de manière normalisée et cette libération apparaît comme le signal de départ de ce processus ».

_

« J’ai dit au Président Kadhafi combien il fallait continuer à progresser sur le chemin des droits de l’homme ». C’est ce que Nicolas Sarkozy affirme, tout autant que Kadhafi le dément.

« Le Guide » Lybien ne se contentera pas de contredire Nicolas Sarkozy à une heure de grande audience. Au siège de l’UNESCO, il expliquera ne pas avoir à recevoir de leçons de la part d’un pays qui ne respecte pas les Droits des Hommes immigrés.

_

PAR ICI LES CONTRATS…

« Les droits de l’homme d’affaire, on le sait, sont proportionnels à l’importance des dépenses… »(2)

« 14 Rafales, 35 hélicoptères Tigre, 21 Airbus, un aéroport, des autoroutes et un réacteur nucléaire »(2). Au total, l’addition du Colonel Kadhafi devrait atteindre les 10 milliards d’euros. En principe seulement, puisque sur ces 10 milliards d’euros, 3 seulement sont à peu près assurés, et qu’à défaut de contrats, il ne s’agit que de « memorum d’intention ».

Peu importe qu’il ne s’agisse que de promesses de ventes. Ce chiffre, c’est celui que Nicolas Sarkozy « martèle et brandit dès que les « naïfs », les « donneurs de leçons » parlent de droit de l’homme ou critiquent sa diplomatie de VRP »(2).

La grande surprise de cette semaine de shopping, c’est que Kadhafi, qui a débarqué « avec une caravane de 100 limousines et une suite de 400 personne, laisse aussi dire qu’il achèterait des avions Rafale. Une aubaine, et surtout une grande première pour ce coûteux joujou dont le fabricant, la maison Dassault, n’a depuis le lancement de l’appareil il y a plus de 20 ans, jamais réussi à vendre un seul exemplaire hors de nos frontières »(2). Rappelons-le, Dassault est un ami intime du Président de la République ». Le monde est si petit…

PIÈCES JOINTES…

Berlin pointe les risques d’accès au nucléaire militaire que pourrait amener l’accord de partenariat signé mercredi entre Sarkozy et Kadhafi.

05 Octobre 2007, Claude Angeli, rédacteur en chef du Canard Enchaîné, revient sur les accords passés entre la France et la Lybie lors de la libération des infirmières Bulgares.

(1) Lire à ce sujet :
Lettre ouverte au Président Sarkozy sur la visite du colonel Kadhafi/ Fédération Internationale des Droits de l’Homme http://www.fidh.org/spip.php?article4994 : « Il est important que la France sache, à la veille de la visite du Président Kadhafi, que la Libye est toujours gouvernée par la même structure et que les droits inhérents à un système de gouvernement démocratique tels que le droit à la liberté d’expression, à la liberté d’association, de réunion, d’information, etc. n’existent pas et doivent être rétablis et surtout garantis à tous les libyens. A cet égard la volonté du peuple doit redevenir le fondement du pouvoir comme il est stipulé dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Il est impératif, pour l’instauration de la démocratie, la stabilité et la sécurité en Libye, synonyme de paix dans la région, qu’une constitution démocratique, qui fasse de la volonté du peuple librement exprimée, par un vote secret et au suffrage universel, le fondement de tout pouvoir et la source de toute légitimité. »
Amnesty International http://www.amnesty.fr/index.php/amnesty/s_informer/actualites/visite_du_colonel_kadhafi_a_paris
– Lybie, rapport 2005 / Reporters Sans Frontières : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=13299

(2) Extraits d’articles du Canard Enchaîné du 12 décembre 2007