Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Le Président Distribue des Médailles 23.11.07

//www.plusnews.fr/mt_320/mt-static/FCKeditor/UserFiles/Image/PRESIDENTIELLE/070527_KLARSFELD.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. https://i1.wp.com/blog.bromet.fr/public/portrait/fillon_sarkozy.jpg //www.bo-alternativ.de/aktuelles-bilder/beate-klarsfeld.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Le président Nicolas Sarkozy a remis le mercredi 21 novembre à l’Elysée à son Premier ministre François Fillon les insignes de Grand croix de l’Ordre national du Mérite.
La cérémonie s’est déroulée à l’issue du Conseil des ministres dans la salle des fêtes de la présidence, en présence de l’ensemble du gouvernement. A l’exception d’un seul photographe, la presse n’y avait pas été conviée.

« C’était très amical, c’était pas du tout protocolaire », a commenté le ministre du Budget, Eric Woerth, en quittant l’Elysée. « Il (M. Fillon) la mérite à beaucoup de titres. D’abord parce que c’est un bon Premier ministre. Il la mérite aussi parce que c’est quelqu’un de profondément humain, qui tient bien son gouvernement. Franchement, il est bien et ça faisait plaisir », a poursuivi M. Woerth.

« C’est un instant très solennel », a pour sa part commenté le secrétaire d’État à l’Outre-mer, Christian Estrosi. « C’était un hommage à l’unité du gouvernement, qu’a su maintenir, préserver, dynamiser François Fillon pendant ces six mois et chacun des membres du gouvernement était heureux de partager cet instant d’émotion », a-t-il ajouté.

Cette remise de décoration est « automatique » pour tout Premier ministre en fonction depuis six mois, avait expliqué la semaine dernière le porte-parole de l’Elysée, David Martinon, en annonçant la cérémonie. « Au-delà de cette règle, le président de la République souhaite remettre personnellement cette décoration au Premier ministre », avait-il ajouté.

Deux jours plus tard, le vendredi 23 novembre, Nicolas Sarkozy a décoré Beate et Arno Klarsfeld lors d’une cérémonie à l’Elysée. Le chef de l’Etat a remis les insignes d’officier de la Légion d’honneur à Beate, l’épouse de Serge Klarsfeld, et celles de chevalier de l’ordre national du Mérite à son fils Arno.

M. Sarkozy a rendu hommage à l’ensemble des combats de Mme Klarsfeld, et notamment à son action pour la recherche des criminels de guerre nazis, dont certains ont opéré en France lors de la Seconde guerre mondiale. « L’Allemagne et la France ont eu la chance de vous avoir ensemble pour fille. Chacune vous doit beaucoup et conjointement encore plus », a dit le président français.

« Vous fûtes parmi les premières, si ce n’est la première, à convoquer votre pays au tribunal de son histoire et de sa mémoire », a-t-il souligné. Dans les années 1960, Beate Klarsfeld avait notamment dénoncé le passé nazi du chancelier ouest-allemand Kurt Kiesinger, qu’elle giflera même lors d’un meeting de la CDU.

Son fils, l’avocat Arno Klarsfeld, a également été décoré pour son action au côté de ses parents, notamment lors du procès de Maurice Papon. Nicolas Sarkozy l’a aussi remercié pour son travail à ses côtés, notamment dans le cadre de la mission que le ministre de l’Intérieur de l’époque lui avait confiée sur la question des enfants de sans-papiers.

Le chef de l’État a salué son « travail remarquable » sur ce sujet. « Des amis comme toi, j’en veux d’autres », a-t-il lancé.

Nicolas Sarkozy avait aussi confié à Arno Klarsfeld des missions sur l’histoire de la colonisation, et sur les SDF. Candidat aux législatives en juin dernier sous l’étiquette UMP, Arno Klarsfeld a été battu dans la 8e circonscription de Paris.

[Associated Press]