Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Le cheminot : responsable de tous les maux 18.11.07

Filed under: < Emploi — eilema @ 7:03

 Christine Grunnet / Reuters

La recette de la basse manoeuvre présidentielle est toujours la même : Pour affaiblir jusqu’au point de non-retour ce qu’il reste d’une cohésion déjà largement mise à mal par le dernier passage aux urnes : montez les français les uns contre les autres ; après avoir bien divisé le pays, pointez du doigt le coupable – il en faut un – des maux de « tous les français ». Laissez frémir.

La méthode, pourtant grossière, semble hélas fonctionner à merveille. Alors c’était donc lui, le privilégié ? Le cheminot ?

« Etait-il opportun, au moment où l’on demande aux cheminots de se serrer la ceinture, que le Président de la République augmente son propre salaire de 206% ? Comment justifier ces « efforts » au moment ou Total , qui refuse de faire le moindre geste pour atténuer les effets de la hausse du prix du baril, annonce des bénéfices semestriels de 9 milliards d’euros ? Quand les retraites chapeaux de certains grands patrons – autre régime de retraite très spécial ! – atteignent plusieurs millions d’euros ? Quand le Sénat repousse à 2011 d’éventuelles cotisations sociales sur les stock options ? – exonération qui au passage font perdre plus de 3 milliards d’euros de recette par an ? 

Que valent, en effet, les 1300€ mensuels de retraite d’un cheminot, fut-elle prise à 50 ou a 55 ans, au regard du chèque de 7,7 millions d’euros que le Trésor, au nom du bouclier fiscal, a restitué à une riche veuve actionnaire des Galeries Lafayette ?

La réforme des régimes spéciaux de retraite permettra d’économiser 200 millions d’euros par an. Le bouclier fiscal va permettre à quelques milliers de contribuables les plus aisés d’économiser 300 millions d’euros d’impôts. Où est la logique, où est l’équité ? »

[Extrait de l’article de Laurent Neumann, Marianne, semaine du 17 au 23 novembre 2007]