Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Nicolas Sarkozy, c’est « Badinguet » ou « Foutriquet » ? 13.11.07

Filed under: < Histoire Et Mémoire — eilema @ 11:15
Tags:

Article de

Une comparaison en vogue fait de Nicolas Sarkozy la projection de Napoléon III, cet autocrate populiste dans le sillage duquel prospéra une bourgeoisie financière avide et qui, par orgueil et bêtise, précipita en 1870 le pays dans le désastre militaire de Sedan. Passons sur le décalage historique : l’appétit d’enrichissement d’une nouvelle classe possédante, avec Guizot en gourou des marchés, est plus à mettre au compte de la Monarchie de Juillet que du Second Empire. En fait, le livre que Georges Valance vient de consacrer à Adolphe Thiers (1) suggère moins d’analogies avec « Badinguet », le surnom de l’empereur, qu’avec « Foutriquet », le sobriquet attribué par les Communards à l’objet de cette captivante biographie.

La figure de Nicolas Sarkozy, 23e président de la République, souvent se superpose dans l’esprit du lecteur à celle du deuxième que fut Adolphe Thiers. Mêmes origines socialement déclassées à cause d’un père défaillant, semblable désir de revanche pour s’imposer aux élites de son temps, commune inclination à la jouissance sans complexes des avantages que procurent l’argent, leurs petites tailles respectives, leurs dandinements nerveux partagés, ne décourageant pas non plus les télescopages d’images. Et quand Henri Heine écrit de Thiers que « par sa familiarité avec des chevaliers d’industrie sans convictions, il s’est lui-même attiré tous les bruits malicieux qui rongent sa réputation« , on se dit que le grand écrivain allemand voit loin. La Revue des deux mondes pourrait republier à l’identique l’article qui décrit Thiers de la sorte : « il se flatte, il se mire, tout part de sa personne, tout y revient aboutir. »

De surprenantes coïncidences

Jusqu’à leurs premiers pas ministériels qui offrent de surprenantes coïncidences comme secrétaires d’Etat au Budget (du moins ce qui en tenait lieu sous Louis-Philippe) puis ministres de l’Intérieur (un poste qui, lui, n’a pas tant changé à plus d’un siècle et demi de distance). Tous deux furent intensément brocardés et immensément populaires, encore que Thiers dût attendre la fin de sa vie pour émouvoir les foules.

Ils connurent de fulgurants et juteux succès d’édition, Thiers comme historien de la Révolution, du Consulat et de l’Empire, Sarkozy sur le tard avec ses ouvrages de pré-campagne présidentielle. L’un et l’autre étaient des républicains, encore que Thiers a quand même beaucoup balancé entre le régime de monarchie parlementaire à l’anglaise qui avait ses préférences et la République dont il devint l’un des piliers surtout par rejet de Napoléon III. Mais il défendait le principe d’une « République conservatrice » qui n’est pas si étrangère aux vues sarkozyennes, en ce qu’elle visait à préserver l’ordre économique, social et familial existant, des fureurs de la « multitude » – le mot est de Thiers en 1850 – formée par un peuple indistinct réputé paresseux, dépravé et envieux. Si l’un a cultivé une proximité avec Mgr Dupanloup et l’autre Mgr Lustiger c’est moins pour le réconfort spirituel que pour le renfort qu’ils attendent de la religion comme encadrement moral de la société.

Pourtant Thiers doit son entrée en politique à une révolution, les « Trois glorieuses » de 1830, dont il sera un des meneurs et il a des sympathies pour celle de 1848, du moins jusqu’à ce qu’elle se radicalise et prenne ce visage de lutte des classes qui l’effraye tant. Nicolas Sarkozy, plus conséquent, ne s’est jamais risqué aux abords d’une quelconque barricade. Mais sur le fond ils professent la même condamnation d’une société d’assistanat et l’on pourrait croire extraite d’une plate-forme électorale « Ensemble tout devient possible » cette phrase de Thiers:

« Nul ne doit faire peser sur la société le fardeau de sa paresse ou de son imprévoyance. »

Le rôle de Thiers dans la répression de la Commune

Par chance l’actuel président de la République n’a pas eu à traverser une guerre. Et il serait pour le coup vraiment anachronique de lui trouver des ressemblances avec le Thiers « massacreur de la Commune » tant cette accusation relève de circonstances extrêmes appartenant à un autre siècle. Au demeurant c’est l’intérêt du livre de Georges Valance que de fournir une réévaluation nuancée du rôle joué par Adolphe Thiers dans la répression de la Commune.

D’abord en remettant en perspective les conditions terribles imposées par la Prusse à une France militairement écrasée et dont Thiers négociera avec Bismarck les conséquences avec une ténacité et un attachement à son pays que l’on ne peut lui enlever. L’armistice ne peut se résumer à une « trahison » mais peut aussi être défendu comme une façon d’avoir évité bien pire encore. Il n’y avait pas seulement d’un côté des « communards » patriotes et de l’autre des « versaillais » collabos, même si les uns et les autres ont existé. Et si Thiers porte une responsabilité indéniable dans les atrocités de la « semaine sanglante » comme « chef du pouvoir exécutif de la République française », de fait Président, c’est plus pour avoir laissé faire des généraux revanchards et ne pas avoir saisi la perche tendue pris par les maires d’arrondissement de la capitale qui, comme Clemenceau, croyaient qu’une issue pacifique était possible. Il est vrai que sa répulsion ancienne pour la « vile multitude » ne le disposait pas à d’excessifs états d’âme sur le sort des victimes, encore qu’il aida personnellement des acteurs de l’insurrection à échapper à la vindicte de son camp.

Yasmina Reza n’est pas Gustave Flaubert

A sa mort en 1877, il est déjà réconcilié avec Gambetta qui le désigne comme « libérateur du territoire » et c’est en symbole de la République qu’il est porté en terre (au cimetière du Père Lachaise) par la foule parisienne qui fit de ses obsèques une manifestation contre les tenants de l’Ancien régime combattus jusqu’à son dernier souffle par le défunt. Gustave Flaubert qui avait jadis traité Thiers d’ « étroniforme bourgeois » écrira:

« Comparé aux autres qui l’entouraient, c’est un géant; et puis il avait une rare vertu ; le patriotisme. Personne n’a résumé comme lui la France, de là l’immense effet de sa mort ».

On s’éloigne évidemment à grand pas de Nicolas Sarkozy : Yasmina Reza n’est pas Gustave Flaubert.

Mais c’est sans doute parce que Thiers a été la quintessence du bourgeois républicain français qu’il a servi de stéréotype à bien d’autres figures politiques qui lui ont succédé. Après tout on peut trouver aussi des analogies avec François Mitterrand, opposant irréductible à De Gaulle après le 13 mai 1958 presque aussi longtemps que l’est resté Thiers à Napoléon III après le coup d’Etat du 2 décembre 1851.

L’époque qui est la sienne demeure aussi une des grandes matrices de la vie politique de ce pays où se forgent des imaginaires collectifs tenaces. Georges Valance relève ainsi :

« Si les haines de classes demeurent vives dans la France d’aujourd’hui, si l’extrême gauche reste si vivace, si le Parti socialiste n’a toujours pas fait son congrès réformiste de Bad Godesberg, cela tient pour une grande part au traumatisme laissé par les journées de juin 1848 et la « Semaine sanglante » de la Commune de Paris en mai 1871″

► (1) « Thiers, bourgeois et révolutionnaire », de Georges Valance, éditions Flammarion.