Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Le New York Times Lamine Sarkozy 22.10.07

successionlepen.jpg

Agir en homme d’Etat pour être considéré comme un homme d’Etat.

C’est le conseil que le New York Times adresse à Nicolas Sarkozy, au terme d’un éditorial particulièrement sévère où le quotidien américain n’hésite pas à faire un rapprochement entre une « loi abjecte » – le projet de loi relatif à la maîtrise de l’immigration, et notamment la mise en place de tests ADN – et certaines lois de la France de Vichy.

Bigoterie pseudo-scientifique en France

Editorial du New York Times du 21 octobre 2007 (Traduction : Ligue des Droits de L’homme de Toulon)

Les questions d’immigration font ressortir les pires instincts des hommes politiques qui devraient se montrer plus avisés. Le Congrès américain l’a prouvé au début de l’année. Maintenant c’est au tour du Parlement français. Il s’apprête à adopter une nouvelle loi abjecte qui introduit les tests ADN comme fondement possible du rejet d’une demande de regroupement familial présentée par des étrangers dont une partie de la famille est déjà installée en France.

Les tests ADN peuvent être utiles pour établir la culpabilité ou l’innocence dans une affaire criminelle. Mais ils n’ont rien à faire dans une loi sur l’immigration. De nos jours, les familles françaises, comme les familles américaines, se constituent sur des bases qui ne se limitent pas à la filiation biologique. C’est un fait dont la plupart des politiciens et des électeurs français devraient être conscients.

La France aurait dû retenir les leçons de son histoire récente. C’est sous l’occupation nazi et le régime de Vichy que la notion pseudo-scientifique de pureté de la race a été introduite dans le droit français avec les conséquences tragiques que l’on sait.

Le recours à l’ADN, proposé par un député proche du Président Nicolas Sarkozy, a été vivement dénoncé par l’opposition de centre-gauche, par des membres de la majorité de centre-droit qui ont encore des principes, ainsi que par un membre du cabinet de M. Sarkozy. Cela s’est traduit par une certaine prudence – mais insuffisante – dans la rédaction de cette innovation législative. M. Sarkozy aurait pu intervenir à tout moment pour arrêter le processus législatif, il le peut encore, il ne l’a pas fait et il ne le fera sans doute pas.

C’est en fustigeant la dernière génération d’immigrés, en particulier ceux qui sont originaires d’Afrique du Nord, que M. Sarkozy, lui-même fils d’un immigré hongrois, s’est fait un nom en politique. Ce racolage lui a permis de récupérer les voix qui se portaient habituellement à l’extrême droite, sur Jean-Marie Le Pen, éternel candidat à l’élection présidentielle.

Casser de l’immigré est un moyen efficace de gagner des suffrages. Malheureusement, cela conduit à de mauvaises lois, à une mauvaise politique et à des souffrances inutiles pour les personnes et leurs familles que cette stratégie vise et instrumentalise.

M. Sarkozy veut être considéré comme un homme d’Etat.
Qu’il agisse en homme d’Etat !


LE COMMUNIQUÉ DE LA LDH

L’ARTICLE DE LIBÉRATION

La loi sur l’immigration et ses tests ADN pour le regroupement familial suscitent toujours l’émoi, jusqu’aux Etats-Unis. Dans un éditorial au vitriol, paru hier sous le titre « Bigoterie pseudo-scientifique en France », le New York Times cloue au pilori la loi que l’Assemblée nationale doit entériner demain par un vote solennel.

«Les questions d’immigration réveillent les pires instincts des hommes politiques qui devraient être plus raisonnables», commence le quotidien américain. S’il reconnaît que l’utilisation des tests ADN «peut être utile pour établir la culpabilité ou l’innocence» dans une affaire criminelle, il précise que «cela n’a rien n’a y faire dans une loi sur l’immigration».

Puis l’éditorialiste du New York Times attaque fort : s’étonnant que les politiques français ne soient pas plus attentifs aux leçons de leur histoire, il rappelle que «sous les occupants nazis et leurs collaborateurs de Vichy, des notions pseudo-scientifiques de descendance pure avaient été introduites dans le droit français avec les conséquences tragiques que l’on connaît.»

«Alors qu’il est lui-même le fils d’un immigré hongrois, M. Sarkozy s’est fait un nom politique avec ses critiques acerbes sur les immigrés récents, et notamment les Arabes d’Afrique du nord», rappelle le quotidien. Critiques qui «l’ont aidé à gagner les voix qui se reportaient habituellement sur les extrêmistes comme l’éternel candidat à l’élection présidentielle, Jean-Marie Le Pen».

Reprochant au président français de ne pas être intervenu pour retirer cette loi, le journal de sensibilité démocrate lui inflige pour conclure cette cinglante saillie : «M. Sarkozy veut être considéré comme un homme d’Etat. Qu’il agisse en tant que tel.»

L’ARTICLE DE TF1

Pour le New York Times, les tests ADN rappellent Vichy

Dans son édition de dimanche, le quotidien américain lance une critique acerbe de la loi française sur l’immigration.
Il appelle à l’abrogation de l’amendement sur les tests ADN.
« M. Sarkozy veut être perçu comme un homme d’Etat. Il se doit alors d’agir comme tel ». Dans son éditorial du 21 octobre, le New York Times appelle le président de la République à retirer l’amendement ADN de la loi immigration, qui doit être définitivement adoptée mardi par l’Assemblée nationale.
Dans un court mais incisif éditorial de six paragraphes, titré « Bigoterie pseudo-scientifique en France », le quotidien revient sur le texte qui fait polémique depuis plusieurs semaines dans l’Hexagone. Il rappelle notamment que les familles françaises, comme celles américaines, sont aujourd’hui constituées de sang et de génétique mêlés. « Les tests ADN sont utiles pour établir une culpabilité ou une innocence. Mais ils n’ont pas leur place dans une loi sur l’immigration », lance le journal, qui affirme que « les questions d’immigration font ressortir les pires instincts des hommes politiques ».
Pour mieux demander au locataire de l’Elysée de supprimer un texte qu’il qualifie d »hideux », le New York Times établit un parallèle avec l’Etat français du maréchal Pétain. Il souligne que les « les notions pseudo-scientifiques de lignée pure ont été introduites en France avec des conséquences tragiques » par les Nazis et les collaborateurs de Vichy. « Les politiciens français devraient retenir les leçons de l’Histoire française récente », conclut le quotidien.

L’ARTICLE DU FIGARO

Le New York Times écœuré par les tests ADN français
Julie Connan (lefigaro.fr).
Publié le 22 octobre 2007

Dans un édito au vitriol, le prestigieux quotidien américain dénonce une «nouvelle loi hideuse» et n’hésite pas à dresser un parallèle avec certaines lois de la France de Vichy.

«Les questions d’immigration font ressortir les pires instincts des hommes politiques qui devraient être plus raisonnables». Dimanche, le New York Times a publié un éditorial corrosif intitulé «Bigoterie pseudo-scientifique en France», pour vilipender le projet de loi sur l’immigration de la France, et notamment la mise en place de test ADN, qualifiée de «loi hideuse».

«Les tests ADN peuvent être utiles pour établir la culpabilité ou l’innocence dans une affaire criminelle. Mais ils n’ont rien à faire dans une loi sur l’immigration», peut-on lire.

Leçons de l’histoire.

Le quotidien ne comprend pas que la France n’ait pas retenu les leçons de son histoire. «Des notions pseudo-scientifiques de lignée pure ont été introduites avec de conséquences tragiques, sous l’occupation par les Nazis et leurs collaborateurs de Vichy».

Fort de ce constat, le New York Times estime que Nicolas Sarkozy «aurait pu intervenir pour stopper ce projet de loi à n’importe quel instant, et en a encore la possibilité», mais «ne le fera sans doute pas».

«Alors qu’il est lui-même le fils d’un immigré hongrois, Mr Sarkozy s’est fait un nom politique avec ses critiques acerbes sur les immigrés récents, et notamment sur ceux originaires d’Afrique du Nord», affirme le quotidien qui voit dans cette thématique un levier électoral.

Et de conclure : «Nicolas Sarkozy veut être considéré comme un homme d’Etat. Qu’il agisse en tant que tel.»

L’ARTICLE DU NOUVEL OBS

Le New York Times en guerre contre les tests ADN
NOUVELOBS.COM | 22.10.2007 | 10:58

Dans un éditorial très virulent, le quotidien américain dénonce un projet de loi sur l’immigration « abject », qui utilise des méthodes qui rappellent celles des nazis.

Le New York Times part en guerre contre le projet de loi sur l’immigration de la France, qualifié d' »abject », qui introduit des tests ADN « comme fondement potentiel pour l’exclusion de familles immigrées cherchant à retrouver leurs parents qui vivent en France ».
Dans un éditorial très virulent publié dimanche 21 octobre, le quotidien américain insiste sur le fait que l’utilisation de la génétique peut se révéler utile seulement « pour déterminer la culpabilité et l’innocence en matière criminelle », mais n’a « aucune place légitime au sein du droit de l’immigration ». Le journal s’étonne que la France ne se souvienne pas des leçons imposées par son histoire. « En effet, rappelle le NYT, les premières notions de pseudo-science du ‘sang’ ont été introduites dans le droit français sous l’Occupation, par les Nazis et leurs collaborateurs de Vichy, avec les conséquences tragiques que l’on connaît ».

Le NYT interpelle Sarkozy

S’il souligne que l’opposition à l’amendement sur les tests ADN a réuni des politiques de « centre-gauche », comme « des membres de la majorité de centre-droit encore pourvus de principe », le New York Times est choqué que les politiques français se soient contentés de « modifications d’ordre sémantique », qu’il juge largement insuffisantes.
Pour finir, le journal s’adresse directement au président français, « qui aurait pu à n’importe quel moment intervenir pour empêcher ce projet de loi, et en a encore la possibilité », mais qui « ne l’a jamais fait. » Et conclut par cet appel, on ne peut plus clair : « Nicolas Sarkozy veut être considéré comme un homme d’Etat. Qu’il agisse en tant que tel ».

Texte Original
Pseudoscientific Bigotry in France

October 21, 2007

Immigration issues bring out the worst instincts in politicians who should know better. Congress showed that earlier this year. Now it is the turn of France’s Parliament. It is moving toward final approval of an ugly new law that would introduce DNA testing as a potential basis for excluding prospective immigrants hoping to reunify with family members already living in France.

DNA testing can be a useful tool in establishing criminal guilt or innocence. But it has no rightful place in immigration law. Modern French families, like modern American families, are constituted on many bases besides bloodlines and genetics. This is something most French politicians and voters should be aware of.

They should also be aware of the cautionary lessons of modern French history. Under the Nazi occupiers and their Vichy collaborators, pseudoscientific notions of pure descent were introduced into French law with tragic consequences.

The DNA provision, proposed by a member of Parliament close to President Nicolas Sarkozy, has been angrily denounced by the center-left opposition, principled members of the center-right majority and a member of Mr. Sarkozy’s cabinet. As a result, the legislation has been hedged with some cautionary language, but not enough. Meanwhile, Mr. Sarkozy, who could have intervened to stop this bill at any point, and still can, has not, and is not very likely to.

Though himself the son of a Hungarian immigrant, Mr. Sarkozy has made his political name with harsh criticism of more recent immigrants, especially North African Arabs. His pandering on this issue helped win him votes that used to go to far-right extremists like the perennial presidential candidate Jean-Marie Le Pen.

Immigrant bashing is an effective vote-getter. Unfortunately, it leads to bad laws, bad policies and needless human suffering for the individuals and families it targets and exploits. Mr. Sarkozy wants to be seen as a statesman. He should act like one.