Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

On nous avait annoncé la rupture : promesse tenue ! 18.10.07

ceciliatranquille.jpg

Au soir de son mariage, Nicolas su monter des quantités d’étages.
Dans le sport amoureux, superbe il se montra.
Unique au lit fut Nicolas.

Alphonse Allais (cité par un auditeur de France Inter).

« Nicolas Sarkozy voulait la rupture, il l’a eue. Il a gagné les élections en promettant une rupture avec le passé et l’immobilisme traditionnel français, mais c’est sa femme qui a rompu avec lui. » Corriere della Sera

« L’état de grâce est terminé. Place à l’état de crosses, celles qui s’abattent sur lui comme dans un derby de hockey sur glace. Après la tentaculaire affaire EADS, les bisbilles et chicayas au sein de sa propre majorité, les divergences croissantes avec la chancelière allemande Angela Merkel, voilà que Nicolas Sarkozy subit son grand bizutage de président : sa première grève des transports. Le tout nappé d’une procédure de divorce ». La Tribune de Genève

« Je me suis entretenu avec un ami français. « Chapeau », m’a-t-il dit. Il parlait de Nicolas Sarkozy. Annoncer son divorce le jour de la plus grande grève des transports en douze ans est un coup de maître. Quel contre-feu ! Quel timing ! s’extasiait cet ami. Quel cynisme, fut ma seule réponse. » Daily Telegraph

« Mon Dieu, que diront Jacques et Bernadette ? Un divorce à l’Elysée ! Ce Sarko a simplement trop d’énergie. Il fallait bien qu’il fasse exploser quelque chose un jour ou l’autre. » Frankfurter Rundschau

« Que vaut Sarkozy sans sa Cécilia ? C’est un fait qu’il a obtenu une bonne partie de ses succès non seulement accompagné de sa femme mais activement soutenu par elle. Son absence l’affaiblira-t-il sur le plan politique et en tant que président ? Ses collaborateurs ne veulent pas le croire. Mais Sarkozy se sentira un peu seul à l’Elysée. » Die Welt

« La séparation du couple Sarkozy est tout sauf une anecdote. Le divorce entre le maître de l’Elysée et la ‘First Lady’, tout sauf juste une aubaine pour la presse people. Qu’il le veuille ou non, l’affaire sera un tournant dans le quinquennat du président français. Après six mois de mandat, celui-ci va tout simplement devoir se révéler tel qu’il est. » « Fini la mise en scène, plus ou moins sincère, de sa vie privée. L’histoire dira – dès que l’on apprendra la chronologie du divorce – si Nicolas Sarkozy a menti en jouant la comédie de la réconciliation. Mais le voilà déjà, sans fard, les yeux dans les yeux avec les Français. Ceux-ci seront à même de le juger pour ce qu’il est : un homme politique porteur d’un projet, pas une sorte d’apprenti Kennedy cherchant à refabriquer un quelconque mythe. » Le Soir