Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

ADN : Assez De Nicolas ! 15.10.07

De Nouveaux Éléments Bientôt Intégrés à Cet Article.

inquiete.jpg

L’amendement ADN avait été déposé par le député UMP Thierry Mariani, rapporteur du projet de loi présenté par le ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale, Brice Hortefeux.

Il a été adopté – par 91 voix contre 45 – au terme d’un débat houleux au Palais-Bourbon et après avoir été modifié à la marge par le gouvernement qui a instauré une période d’expérimentation de deux ans. A l’Assemblée nationale, l’article a été combattu par l’opposition mais également le groupe Nouveau centre (NC). Il a provoqué quelques remous au sein du groupe UMP.

Le 26 septembre, la commission des Lois du Sénat a supprimé l’article du projet de loi sur la maîtrise de l’immigration prévoyant la possibilité de recourir à des tests génétiques dans le cadre du regroupement familial. L’instance a adopté un amendement par 24 voix contre 13.
Le Sénat doit examiner le texte à partir du 2 octobre.
« Les sénateurs socialistes (…) se réjouissent de cette position de la Commission des lois. Elle est conforme à la vision qu’ils se font de la France, de ses valeurs républicaines et de son image de pays des droits de l’homme », déclare le président du groupe PS au Sénat, Jean-Pierre Bel dans un communiqué. « Ils attendent du Sénat la confirmation de ce vote important lors de l’examen en séance publique », ajoute-t-il.
Sénateur UMP de la Vienne, Jean-Pierre Raffarin avait déclaré lundi avoir « le sentiment » que les élus de la chambre haute supprimeraient l’article controversé lors de la séance publique – une décision à laquelle les a encouragés le Haut commissaire aux solidarités actives, Martin Hirsch.
Le président du groupe Jean-François Copé a déclaré mardi que la suppression par le Sénat de cet amendement ne devrait pas « a priori » modifier la position de la majorité de ses députés qui, dit-il, jugent cette mesure importante.

Le 16 octobre, après l’adoption de l’article sur les tests ADN en commission mixte paritaire, Mouloud Aounit, le président du MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) a dénoncé « l’acharnement » et le « coup de force » d’un gouvernement « autiste dès lors qu’il s’agit des droits fondamentaux ». « C’est une tache qui va aujourd’hui malheureusement salir une certaine image et idée qu’on peut avoir de la France », s’est-il indigné auprès de l’Associated Press.

Désaccords au sein du gouvernement : Fadela Amara a jugé cet amendement « dégueulasse ». Nadine Morano, députée UMP a sévèrement jugé ces propos : « la liberté de parole s’accompagne d’un devoir de politesse… Ces gens-là (sic) ne connaissent pas la réalité du parlement et ce qu’est la démocratie » (2).

La droite n’est (heureusement) pas unanime au sujet des test ADN. Listings des brebis gâleuses :

François Goulard s’est très sérieusement fait remonter les bretelles pour être allé au meeting anti-ADN à Bercy le dimanche 14 octobre (Article). Il n’était pas le seul représentant de la droite. L’avocat favori de la Chiraquie, Francis Szpiner, avait aussi sacrifié son week-end. Il en a profité pour expliquer à Goulard « J’ai appelé une bonne dizaine de députés UMP, mais aucun n’est venu. Ils ne voulaient pas donner l’impression de soutenir Villepin qui a signé la pétition de Charlie Hebdo » (1).

Jean-Pierre Raffarin, à titre personnel, a expliqué ne pas croire que « le lien biologique soit le lien exclusif de la structure familiale », estimant qu’« il eût été meilleur d’attendre 2009, c’est-à-dire la loi bioéthique, pour cadrer ce dossier », a-t-il déclaré sur France Inter.

[(1) Le Canard Enchaîné du Mercredi 17 Octobre 2007♥(2) Le Monde du 11 octobre 2007]