Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Budget du ministère de l’Immigration 26.09.07

https://i1.wp.com/img504.imageshack.us/img504/6077/sarkozyimmigration5zq7.jpg © Cabu

Les echos.frLundi 8 octobre 2007 – Info & Secteurs > France > Actualité – BUDGET –

610 millions d’euros pour le ministère de l’Immigration, l’Asile et l’Intégration
[ 26/09/07 – 14H39 – actualisé à 14:39:00 ]

Le budget 2008 du ministère de l’Immigration prévoit une enveloppe de 610 millions d’euros en allouant principalement 195 millions à son programme « intégration et accès à la nationalité » et 414 millions à sa mission « immigration et asile ». Le périmètre du budget du nouveau ministère de l’Immigration correspond aux crédits d’accueil et d’intégration, aux crédits de fonctionnement des centres de rétention et de reconduite à la frontière, aux crédits relatifs à l’entrée et au séjour des étrangers, ainsi qu’à ceux finançant l’instruction du droit d’asile, l’accueil et l’hébergement des demandeurs d’asile, les moyens de fonctionnement des services de naturalisations et des visas à Nantes.

Ces différents crédits ayant, jusqu’à cette année, été affectés à différents ministères, il est difficile de faire des comparaisons avec les années précédentes. Ainsi le programme « immigration et asile » – 414 millions d’euros dont 18 millions de dépenses de personnel – regroupe d’une part les emplois tranférés de plusieurs ministères en charge jusque là des différents aspects de la gestion des étrangers et d’autre part les crédits de fonctionnement de tous les aspects de l’asile ainsi que de la future administration centrale du ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Codéveloppement.

L’hébergement des demandeurs d’asile bénéficie d’une hausse de crédits de 6 millions d’euros, les interventions auprès des vieux migrants ainsi qu’en faveur de stagiaires étrangers de 8 millions.

Les subventions à l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides) s’élèvent à 43 millions d’euros, soit une diminution de 2,5 millions par rapport à 2007.

Quelque 67,1 millions sont affectés pour le fonctionnement des centres de rétention et organiser les procédures d’éloignement : 27,5 millions pour couvrir 2.433 places de rétention et 39,6 millions de dépenses d’achat de billets de transport.

(Source AFP)