Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Badinter dénonce une « présidence impériale » 22.07.07

Dans une interview donnée au Parisien le 22 juillet 2007, le sénateur socialiste des Hauts-de-Seine, ancien responsable du Conseil constitutionnel, Robert Badinter déclare que « Le problème fondamental de la Vème république, c’est sa constante dérive, non pas vers un régime présidentiel, mais vers une présidence impériale ». « Les pratiques du nouveau président ne font qu’accentuer cette dérive », ajoute-t-il.
On a affaire à un premier ministre qui « n’est que le chef d’état-major politique du président de la République » et à des ministres « exécutant des décisions présidentielles, étroitement contrôlés par l’Elysée », estime-t-il par ailleurs.
« Le Parlement n’exerce plus ni sa fonction de contrôle, ni sa fonction législative. Il n’est plus pour l’essentiel que la chambre d’enregistrement de la volonté du président », regrette-t-il, jugeant que la priorité, désormais, « doit être d’instaurer un réel équilibre des pouvoirs dans la République ».
« Il faut d’abord redonner au Parlement souffle et vigueur dans le contrôle de l’action du gouvernement et l’initiative des lois », souligne-t-il, estimant que donner un statut à l’opposition « n’y suffira pas ».
Le sénateur critique aussi le choix de Nicolas Sarkozy de recourir à une commission de réflexion nommée par ses soins pour préparer la réforme des institutions. « Mieux aurait valu créer au Parlement une commission paritaire majorité-opposition », juge-t-il.