Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Gaz lacrymogènes lors de l’arrestation de sans-papiers 20.06.07

belleville1.jpg

Plusieurs sans-papiers asiatiques ont été interpellés mercredi soir lors d’un contrôle d’identité rue de Belleville, à Paris, auquel plusieurs dizaines de personnes ont tenté de s’opposer, obligeant les policiers à utiliser des gaz lacrymogènes, selon des témoignages concordants.L’opération a eu lieu tout près du débit de boisson où l’interpellation d’un grand-père chinois sans-papiers le 20 mars avait déclenché des heurts entre policiers et parents d’élèves devant l’école maternelle Rampal, a précisé à l’AFP Brett Cline, journaliste américain qui a assisté à la scène.

Plusieurs dizaines de policiers sont entrés dans un tabac puis dans une épicerie de la rue de Belleville pour des contrôles d’identité. Ils ont embarqué plusieurs personnes et utilisé des gaz lacrymogènes contre les gens qui s’y opposaient », a-t-il indiqué.

Selon Brigitte Wieser, du réseau Education sans frontières (RESF), qui était présente par hasard, 200 personnes se sont massées dans la rue et « ont hurlé » pour s’opposer à l’opération de police qui a commencé peu après 19H00. La préfecture de police de Paris a confirmé qu’une opération de police se déroulait sur place, sans autre indication.

« Il y avait trois clients dans mon bar quand, tout d’un coup, une vingtaine de policiers sont entrés pour les contrôler. Ils ont embarqué un client qui n’avait pas de papiers », a raconté à l’AFP Patrick Huang, patron du « Celtic ». Ensuite ils ont fait pareil dans l’épicerie juste en dessous de mon bar. Ils ont pris un sans-papiers qu’ils ont traîné dans un fourgon », a-t-il ajouté.

Selon les témoignages recueillis sur place, après le contrôle de l’épicerie, une foule s’est rassemblée dans la rue et a obligé les policiers à appeler des renforts qui l’ont dispersée au moyen de gaz lacrymogènes. Selon ces sources, il y avait quatre ou cinq fourgons et une voiture de police stationnées dans la rue de Belleville au moment de l’opération.

[Afp – Mercredi 20 juin 2007]