Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Georges-Marc Benamou 14.05.07

//www.rmc.fr/blogs/media/images/lesgrandesgueules/images/mn/1184315916.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Depuis mai 2007, il est conseiller du président de la République pour la culture et l’audiovisuel. Ancien directeur du mensuel Globe, fondé grâce à l’argent du milliardaire Pierre Bergé, PDG de Yves Saint-Laurent, pour « voir les intellectuels et les stars du show-biz se rassembler sous le signe de la fête, et mobiliser la jeunesse contre la montée du racisme » (Globe n°33, décembre-janvier 1988).

Le Plan B en a tiré un joli portrait dans l’article Quand la serpillière de BHL cire les parquets de l’Élysée. Extraits :

Au milieu des années 1980, Mitterrand cherche un histrion pour mettre en scène son virage libéral. Le doigt sur la couture du pantalon, Georges-Marc Benamou fait un pas en avant. Dans les années 1990, BHL, Kouchner et le PS font pleuvoir les bombes humanitaires de Bagdad à Belgrade. Ils cherchent un attaché de presse. « Présent ! », hurle Benamou. En 2007, les mêmes rallient Sarkozy. Lequel cherche un « conseiller » pour la culture et l’audiovisuel. « Moi, chef ! », supplie Benamou. Le Plan B retrace ce parcours de vingt ans marqué par la grandeur…

Partisan de la guerre du Golfe en 1990-1991, Benamou est avant tout l’ancien directeur de Globe, un magazine qui pendant le deuxième septennat de Mitterrand, devient un bulletin de Cour. Il y défend tous les choix de l’homme dont il deviendra le biographe et le confident, et qu’il désignera comme le « dernier roi de France ». Mitterrand laisse faire, déplorant seulement les « questions de primate » de Benamou.

Va-t-en-guerre avec le sang des autres, le mensuel se montre suffisamment « ouvert » et « complexe » pour soutenir les politiques de la droite quand celle-ci revient aux affaires en mars 1986. Ainsi, en juin de cette même année, Globe applaudit la privatisation de TF1 annoncée par François Léotard, qui sonne le glas de la « religion du service public » ; en juillet, le magazine assène en couverture que « Le privé c’est pas si con ». L’édition de mars avait pourtant publié un manifeste, signé par BHL, qui listait les mesures formant « l’infranchissable limite au-delà de laquelle c’est notre culture démocratique qui se verrait entamée ». Y figurait « la remise en cause du principe de service public, de radio et de télévision. » Comment expliquer ce revirement ? Lagardère, candidat à l’acquisition de la chaîne publique, avait sifflé la fin de la récréation et exigé de ses caudataires (dont BHL, directeur de collection à Grasset) qu’ils revoient leurs positions. Ce que Lévy, son boy Benamou et Globe à sa suite, s’empressèrent de faire.

En 1997, année de l’arrivée au pouvoir de la « gauche plurielle », Georges-Marc Benamou reprend du service. Jean-Luc Lagardère l’a choisi (sur les conseils de Bernard-Henri Lévy, ami intime de l’industriel depuis 1981) pour reprendre les rênes de L’Événement du jeudi (rebaptisé L’Événement en 1998).

Antiraciste sous Mitterrand, Benamou est donc devenu « libéral-libertaire » sous Jospin (une ligne qu’il revendique pour son magazine dans Libération, le 1er juin 1999). Son héros n’est plus Harlem Désir, mais Daniel Cohn-Bendit (devenu lui-même centriste).

L’ex-libertaire Benamou se proclame aujourd’hui « républicain de gauche » (Le Parisien, 21. 5.07) et inspiré par Maurice Barrès (France Culture, 1.8.07). Mais peu importe, au fond, les méandres sans rime ni raison du bénamoulisme : après Jacques Attali, Dominique Strauss-Kahn, Hubert Védrine, Jack Lang, Bernard Kouchner… la liste de ceux qui ont, comme Benamou, craché dans la soupe socialiste pour que Sarkozy puisse l’avaler, ne cesse de s’allonger. À l’Élysée, l’ex attaché de presse de BHL assure d’ailleurs « rester un homme de gauche » (Le Parisien, 21.5.07).

Depuis sa nomination au poste de conseiller du chef de l’État, Benamou mène grand train et multiplie ses frasques inspirées par les Communards. En juillet dernier, il a fait intervenir Sarkozy auprès de la mairie UMP d’Aix-en-Provence pour être l’invité tous frais payés du festival lyrique. Un mois plus tôt, le 6 juin 2007, au bar d’un grand hôtel parisien, il jetait un ramequin de cacahuètes sur un employé dont le service l’avait mécontenté. Résultat : c’est la victime qui est sanctionnée par une mise à pied de cinq jours après une intervention de l’Élysée. Enfin, les idéaux de justice de Benamou l’ont emporté.

Illustration © Gérard Eleouët

 

One Response to “Georges-Marc Benamou”

  1. […] BENAMOU Infos [Ancien Journaliste, ancien directeur de Globe I Conseiller du président de la République pour la […]


Commentaires fermés