Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

V 10.05.07

Vente d’armes à la Chine

La levée de l’embargo est une décision collective, qui doit être prise par l’ensemble des partenaires européens. La Chine est un partenaire de première importance pour la France et l’Europe. Nos relations se sont beaucoup développées au cours des dernières années, et c’est une très bonne chose. Mais l’embargo sur les armes a une signification bien particulière, liée notamment à la situation des droits de l’homme dans ce pays. Dans ce domaine, la Chine peut encore faire des progrès. C’est à l’aune de cette question que nous devons continuer de discuter avec nos partenaires chinois.

Sources(s) : Le Monde (16/04/07)

Vieux Métiers

Il ne faut pas se contenter de perpétuer les vieux métiers en les soutenant à bout de bras. Il faut aider les vieux métiers à se transformer en nouveaux métiers.

Sources(s) : Discours Besançon (13/03/07)

Vin

Les producteurs de vin pourront faire de la publicité pour le vin. Le vin n’est pas une drogue.

Sources(s) : Visite au salon de l’Agriculture (09/03/07)

Violation du secret de l’instruction

Je suis attaché à la liberté de l’information, mais aussi au respect de la présomption d’innocence. Je constate que l’équilibre actuel entre ces deux principes fondamentaux n’est pas satisfaisant. Il faut très certainement éviter que des poursuites abusives soient engagées contre des journalistes, mais également protéger la dignité des personnes. S’appuyer sur, renforcer ou compléter les diverses chartes déontologiques existantes me paraît une bonne voie pour aller en ce sens.

Sources(s) : Réponses à Reporters sans frontières (avril 2007)

Viticulture

Il faut que vous, les viticulteurs vous, vous organisiez et vous, vous rassembliez plus fortement, parce que la création de valeur elle est trop prise par la grande distribution par rapport aux viticulteurs. Deuxièmement, je veux qu’on arrête avec des importations de vins qui ne correspondent pas aux critères de qualité qu’on vous oblige à respecter. Et troisièmement, je veux qu’il y ait une vraie campagne sur le vin qui est un produit du terroir et qu’on ne doit pas culpabiliser. Je ne peux pas vous imposer une règle qu’on n’impose à aucun autre en Europe.

Sources(s) : J’ai une question à vous poser (5/02/07)