Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

le soir de son élection à la Présidence de la République 06.05.07

© Christian Antonelli

Mes chers compatriotes.

En m’adressant à vous ce soir, dans ce moment qui est, chacun le comprend, exceptionnel dans la vie d’un homme, je ressens une immense, une sincère, et une profonde émotion J’éprouve depuis mon plus jeune age la fierté indicible d’appartenir à une grande, à une vieille, à une belle nation : la France. J’aime la France comme on aime un être cher qui m’a tout donné. Maintenant, c’est à mon tour de rendre à la France ce que la France m’a donné.

Ce soir ma pensée va aux millions de Français qui aujourd’hui m’ont témoigné leur confiance. Je veux leur dire qu’il m’ont fait le plus grand honneur qui soit à mes yeux en me jugeant digne de présider aux destinées de la France. Ma pensée va à tous ceux qui m’ont accompagné dans cette campagne. Je veux leur dire ma gratitude, je veux leur dire mon affection. Je veux le dire d’abord à ma famille, je veux le dire à mes amis, je veux le dire à mes partisans. Je veux le dire à tous ceux qui m’ont soutenu. Mais ma pensée va à Madame Royal. Je veux lui dire que j’ai du respect pour elle et pour ses idées dans lesquelles tant de Français se sont reconnus. Respecter Madame Royal, c’est respecter les millions de Français qui ont voté pour elle. Un Président de la République doit aimer tous les Français quelle que soit leur opinion. Ma pensée va donc à tous les Français qui n’ont pas voté pour moi. Je veux leur dire que par delà le combat politique, par delà les divergences d’opinion, il n’y a pour moi qu’une seule France. Je veux leur dire que je serais le Président de tous les Français, que je parlerais pour chacun d’entre eux. Je veux leur dire que ce soir ce n’est pas la victoire d’une France contre une autre. Il n’y a pour moi ce soir qu’une seule victoire, celle de la démocratie, celle des valeurs qui nous unissent, celle de l’idéal qui nous rassemble. Ma priorité sera de tout mettre en oeuvre pour que les Français aient toujours envie de se parler, de se comprendre, de travailler ensemble.

Le peuple Français s’est exprimé. Il a choisi de rompre. De rompre avec les idées, les habitudes et les comportements du passé. Je vais donc réhabiliter le travail, l’autorité, la morale, le respect, le mérite. Je vais remettre à l’honneur la nation, et l’identité nationale. Je vais rendre aux Français la fierté de la France. Je vais en finir avec la repentance, qui est une forme de haine de soi, et la concurrence des mémoires, qui nourrit la haine des autres. Le peuple Français a choisi le changement. Ce changement je le mettrais en oeuvre, parce que c’est le mandat que j’ai reçu du peuple, et parce que la France en a besoin. Mais je le ferais avec tous les Français. Je le ferais dans un esprit d’union, et dans un esprit de fraternité. je le ferais sans que personne n’ait le sentiment d’être exclu, d’être laissé pour compte. je le ferais avec la volonté que chacun puisse trouver sa place dans notre République. Que chacun s’y sente reconnu, s’y sente respecté dans sa dignité de citoyen et dans sa dignité d’homme.

Tous ceux que la vie a brisé, que la vie a usé, doivent savoir qu’ils ne seront pas abandonnés. Qu’ils seront aidés, qu’il seront secourus. Ceux qui ont le sentiment que quoi qu’ils fassent ils ne pourront pas s’en sortir, doivent être surs qu’ils ne seront pas laissés de côté, et qu’ils auront les mêmes chances que les autres. J’appelle tous les Français, par delà leur parti, leur croyance, leurs origines, à s’unir à moi pour que la France se remette en mouvement. J’appelle chacun à ne pas se laisser enfermer dans l’intolérance et dans le sectarisme, mais à s’ouvrir aux autres, à ceux qui ont des idées différentes, à ceux qui ont d’autres convictions.

Je veux lancer un appel à nos partenaires européens, auxquels notre destin est profondément lié, pour leur dire que toute ma vie j’ai été européen. Que je crois profondément, que je crois sincèrement en la construction européenne, et que ce soir la France est de retour en Europe. Mais je conjure nos partenaires européens d’entendre la voix des peuples qui veulent être protégés. Je conjure nos partenaires européens de ne pas rester sourds à la colère des peuples qui perçoivent l’Union Européenne non comme une protection, mais comme le cheval de Troyes de toutes les menaces que porte en elle les transformations du monde.

Je veux lancer un appel à nos amis Américains pour leur dire qu’ils peuvent compter sur notre amitié qui s’est forgée dans les tragédies de l’histoire que nous avons affronté ensemble. Je veux leur dire que la France sera toujours à leurs côtés quand ils auront besoin d’elle. Mais je veux leur dire aussi que l’amitié, c’est accepter que ses amis puissent penser différemment. Et qu’une grande nation comme les Etats-Unis a le devoir de ne pas faire obstacle à la lutte contre le réchauffement climatique, mais au contraire de prendre la tête de ce combat parce que ce qui est en jeu c’est le sort de l’Humanité toute entière. La France fera de ce combat son premier combat.

Je veux lancer un appel à tous les peuples de la Méditerranée pour leur dire que c’est en Méditerranée que tout va se jouer. Qu’il nous faut surmonter toutes les haines pour laisser la place à un grand rêve de paix et à un grand rêve de civilisation. Je veux leur dire que le temps est venu de bâtir ensemble une union Méditerranéenne qui sera un trait d’union entre l’Europe et l’Afrique. Ce qui a été fait pour l’union de l’Europe il y a 60 ans, nous allons le faire aujourd’hui pour l’union de la Méditerranée.

Je veux lancer un appel à tous les Africains. Un appel fraternel. Pour dire à l’Afrique que nous voulons l’aider. Aider l’Afrique à vaincre la maladie, à vaincre la famine, à vaincre la pauvreté, à vivre en paix. Je veux leur dire que nous allons décider ensemble d’une politique d’immigration maîtrisée et d’une politique de développement ambitieuse.

Je veux lancer un appel à tous ceux qui dans le monde croient aux valeurs de la tolérance, de la liberté, de la démocratie, de l’humanisme. A tous ceux qui sont persécutés par les tyrannies et par les dictatures. Je veux dire à tous les enfants à travers le monde, à toutes les femmes martyrisées dans le monde. Je veux leur dire que la fierté et le devoir de la France sera d’être à leur côté. La France sera aux côtés des infirmières libyennes enfermés depuis 8 ans. La France n’abandonnera pas Ingrid Bétancourt et la France n’abandonnera pas les femmes qu’on condamne à la Burka. La France n’abandonnera pas les femmes qui n’ont pas la liberté. La France sera du côté des opprimé du Monde, c’est le message de la France, c’est l’identité de la France, c’est l’Histoire de la France.

Mers chers compatriotes, nous allons écrire ensemble une nouvelle page de notre histoire. Cette page de notre histoire, mes chers compatriotes, je suis sûre qu’elle sera grande, qu’elle sera belle. Et du fond du coeur je veux vous le dire, avec la sincérité la plus totale qui est la mienne en ce moment où je vous parle : Vive la République, et Vive la France.