Le Sarkopithèque

LE SARKOPITHÈQUE A POUR BUT D’ARCHIVER PUIS DE RECOUPER LES INFORMATIONS ET RÉFLEXIONS RELATIVES AU CHEF DE L’ÉTAT, À SON GOUVERNEMENT ET À LEURS [MÉ]FAITS. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République le 6 Mai 2007, jour de la Sainte-Prudence. Voyons-y un signe, et non un hasard.

Cécilia Sarkozy ne vote pas au second tour : Article Censuré 16.05.07

nicolas_cecilia

Le JDD avait l’information ainsi que la preuve que Cécilia Sarkozy n’avait pas été voter le 6 mai, mais le directeur de la rédaction n’a pas voulu la diffuser. Deux versions du pourquoi de cette décision circulent. La première sur le site Rue 89, qui indique qu’Arnaud Lagardère (à qui appartient le JDD) est intervenu pour que l’article ne soit pas publié après l’intervention du Staff de Nicolas Sarkozy. D’un autre côté, le directeur du Journal du Dimanche, Jacques Espérandieu, dit avoir pris lui-même cette décision, jugeant que cela relevait de la sphère privée. Il précise toutefois qu’il a reçu beaucoup d’appels de « gens », sans dire lesquels.

Les journalistes avaient découvert que Cécilia Sarkozy n’avait pas voté en consultant le registre (qui est public). Ils avaient alors pris une photo de la liste d’émargement. Dans l’article, ils mentionnaient également de vifs échanges au sein du couple Sarkozy le soir des élections.

Depuis, la rédaction du JDD a envoyé une lettre ouverte à Arnaud Lagardère, publiée sur le site Rue89 :

La rédaction dénonce une censure inacceptable.

Les journalistes du Journal du Dimanche ont adressé mardi une lettre ouverte à Arnaud Lagardère, patron du groupe propriétaire du journal, dans laquelle ils dénoncent « une censure inacceptable » après la non-publication d’un article sur Cécilia Sarkozy révélée par Rue89.

« Vous êtes intervenu samedi auprès de la direction de la rédaction pour que cet article ne soit pas publié », écrivent les journalistes du JDD. « Nous estimons qu’il s’agit là d’une censure inacceptable, contraire à la liberté de la presse. L’ensemble des journalistes du JDD s’indigne de cette pratique d’un autre âge, d’ailleurs largement dénoncée par l’ensemble de notre profession, en France comme à l’étranger », poursuivent-ils dans cette lettre.
« Vos relations privilégiées avec Nicolas Sarkozy ne sauraient nous contraindre à renoncer une nouvelle fois aux exigences de notre métier. La rédaction du JDD, indépendante, revendique le droit de refuser toute subordination qui voudrait la priver de son devoir d’informer », ajoute le texte.
Dans le même temps, les sociétés des journalistes de ELLE, Europe 1, Paris Match, Première et Télé 7 Jours, filiales du groupe Lagardère, demandent à Arnaud Lagardère de garantir leur indépendance après l’affaire du JDD.
« Nous considérons que notre responsabilité éditoriale vis-à-vis de nos lecteurs et auditeurs est impérative. Elle ne doit en aucun cas s’effacer devant d’éventuelles tentatives de l’actionnaire majoritaire ou des politiques de faire pression sur nos contenus », écrivent-elles mardi dans un communiqué. « Conformément aux engagements définis en 2000 dans la Charte de déontologie du groupe, réitérés par Didier Quillot, le 3 décembre 2006, devant nos représentants, nous demandons à M. Arnaud Lagardère, président du Conseil de surveillance de Lagardère Active, de nous garantir à son tour cette indépendance », ajoutent-elles.

Article Rue89

 

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.